Bilinguisme des juges: les Libéraux adoptent la position de Harper


30 octobre 2017 à 6h00

Mercredi 25 octobre dernier, le projet de loi C-203  Loi modifiant la Loi sur la Cour suprême (pour y inscrire l’exigence pour les juges nommés au plus haut tribunal du pays de comprendre les deux langues officielles) a été défait en deuxième lecture à la Chambre des communes par un vote de 224 contre 65.  

Je vous invite à lire les pages du Journal des débats du 8 mars et du  19 octobre dernier, où sont rapportés les propos des députés qui sont intervenus. Vous serez sans doute aussi intéressés de vérifier si, le 25 octobre, votre député a voté en faveur ou contre ce projet de loi du député François Choquette.

Il était prévisible que le nouveau chef conservateur, Andrew Scheer, et la majorité de son caucus suivent la position que défendait le gouvernement Harper. Cependant, puisqu’en 2008, 2010 et 2014, les Libéraux avaient appuyé un projet similaire, le projet C-232 du député Yvon Godin, il était incertain qu’elle allait être leur position maintenant qu’ils forment la majorité gouvernementale.

Le droit d’être compris

En votant contre le projet de loi, le premier ministre Trudeau et la majorité de son caucus se sont placés dans la situation inconfortable d’adopter les arguments du gouvernement Harper selon lesquels il n’est pas nécessaire, ni souhaitable d’inscrire des exigences linguistiques dans la Loi sur la Cour suprême.

En agissant ainsi, ils ont notamment renié ce qu’en 2010, le chef libéral d’alors, Michael Ignatieff, écrivait à la ministre de la Justice de l’Alberta, Alison Redford, laquelle menait une campagne contre le droit d’être compris en français. À ce moment-là, les Libéraux étaient d’avis que le droit d’être compris en français et en anglais sans interprète devait être inscrit dans la loi.

Notons que le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, et le chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton, avaient aussi écrit à Alison Redford.

Droits linguistiques fictifs

En 2010, au moment où la Chambre des communes débattait le projet de loi C-232, je demandais une clarification du droit d’employer le français et l’anglais devant les tribunaux de l’Alberta.

Dans le dossier R. c. Pooran, 2011 ABPC 77, la Couronne alléguait que les juristes et justiciables d’expression française avaient le droit d’employer le français devant le tribunal, mais n’avaient pas le droit d’être compris en français.

En rejetant la position de la Couronne, la juge Anne Brown a écrit ce qui, à mon avis, s’applique aussi au débat sur l’emploi  du français en Cour suprême du Canada:

[21] Si des participants à un litige ont le droit d’employer soit l’anglais, soit le français dans leurs observations orales devant les tribunaux, mais qu’ils ne sont compris que par l’intermédiaire d’un interprète, ils ne détiennent certes que des droits linguistiques fictifs. Une interprétation aussi restreinte de leur droit d’utiliser l’anglais ou le français est illogique ─ comme le fait d’applaudir d’une seule main et d’en espérer du son. Ainsi une telle interprétation a-t-elle été écartée avec force dans l’arrêt Beaulac.

Le rejet du projet de loi C-203 signifie que les Québécois et les membres des communautés francophones en situation minoritaire sont condamnés à continuer à quémander leur droit d’être compris en français devant le plus haut tribunal du pays.


À lire aussi dans L’Express: Libéraux et Conservateurs votent contre le bilinguisme des juges

bado-justice

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Écosystème caché en Antarctique

Écosystème Antarctique
Pour les biologistes, c’est comme partir à la découverte d’une nouvelle planète: une mer qui était cachée sous la glace de l’Antarctique depuis 120 000...
En lire plus...

23 février 2018 à 9h30

Centre d’innovation en agroalimentaire: si vous le construisez, ils viendront…

Ontario Agri-Food Venture Centre
Il y a près de deux ans, l’Ontario Agri-Food Venture Centre (OAFVC) ouvrait ses portes pour favoriser la croissance de l’industrie agrolimentaire dans l’Est...
En lire plus...

23 février 2018 à 7h00

La campagne «Bonjour Welcome» gagne Durham-Peterborough

Bonjour Welcome Durham
Après la région de York, au nord de Toronto, c’est la région de Durham-Peterborough, à l’est, qui se met au «Bonjour Welcome». Le mercredi...
En lire plus...

22 février 2018 à 18h22

Débat sur l’Université franco dans l’atrium de Radio-Canada

L'atrium de Radio-Canada accueillera le Grand débat sur l'Université de l'Ontario français.
#universiteONfr le 6 mars
En lire plus...

22 février 2018 à 14h00

Droits constitutionnels: les francophones doivent-ils envier les Autochtones?

Justin Trudeau Premières Nations
Beaucoup d'engagements, peu d'actions
En lire plus...

22 février 2018 à 13h00

Maven rejoint la course de l’autopartage à Toronto

Les voitures Maven arrivent à Toronto
Un nouvel acteur de l’autopartage, Maven, associée à General Motors, vient d’arriver à Toronto. On comptait déjà des entreprises comme Zip Car, Car2Go ou Car...
En lire plus...

22 février 2018 à 12h30

Le sel de mer pas plus santé que le sel de table

sel de mer
On tire de plus en plus la sonnette d’alarme quant à notre consommation de sel: un Canadien moyen avalerait 3400 mg de sodium par jour,...
En lire plus...

22 février 2018 à 11h00

La Cour supérieure de justice augmente sa capacité bilingue

Sandra Nishikawa
Une magistrature davantage en mesure d'utiliser les deux langues officielles
En lire plus...

22 février 2018 à 9h30

La valeur d’une entrevue d’information

access-employment-speed-mentoring
L’une des meilleures sources d’information sur les actualités d’une profession ou d’une industrie consiste à parler aux personnes qui travaillent dans le domaine.
En lire plus...

22 février 2018 à 7h00

À la découverte de la francophonie canadienne

Corridor patrimoine
Le Corridor patrimonial, culturel et touristique ouvert dès ce printemps
En lire plus...

21 février 2018 à 18h08

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur