Libéraux et Conservateurs votent contre le bilinguisme des juges

L'édifice de la Cour suprême du Canada. (Photo: Murckraker commons.wikimedia)

L'édifice de la Cour suprême du Canada. (Photo: Murckraker commons.wikimedia)


26 octobre 2017 à 15h26

Bien que les Libéraux de Justin Trudeau se soient engagés à nommer des juges bilingues à la Cour suprême, ils ont voté ce mercredi 25 octobre contre un projet de loi néo-démocrate visant à en faire un critère officiel de sélection, sous prétexte que cela nécessiterait un amendement constitutionnel plutôt qu’une simple modification à la Loi sur la Cour suprême.

Ils avaient pourtant appuyé un projet de loi semblable, piloté par le député néo-démocrate acadien Yvon Godin, lorsqu’ils étaient dans l’opposition.

M. Godin avait failli réussir en 2010, lorsque les Conservateurs étaient au pouvoir, rappelle le quotidien L’Acadie nouvelle. Le projet de loi C-232 (identique au projet C-203) avait alors été adopté en troisième lecture, mais était mort au feuilleton au Sénat.

François Choquette
François Choquette

«Les libéraux ont décidé de rater un rendez-vous important avec l’histoire», a déclaré François Choquette, qui représente la circonscription québécoise de Drummond.

«Ce projet de loi a été battu, mais pour nous ça ne clôt pas le dossier du bilinguisme des juges à la Cour suprême», a tweeté Jean Johnson, le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA).

«Ce dossier repose sur un principe: que les justiciables ont le droit d’être entendus, lus ET compris dans la langue officielle de leur choix», poursuit le lobby politique des francophones hors Québec.

Dissidents

Dix-sept députés libéraux d’arrière-ban ont voté avec le NPD du nouveau chef Jagmeet Singh (qui ne siège pas à la Chambre des communes), et donc contre leur gouvernement. Neuf députés conservateurs ont appuyé le projet, qui a toutefois été rejeté par le reste du caucus et par le chef Andrew Scheer lui-même.

Le projet de loi C-203 du néo-démocrate François Choquette a donc été défait par 224 élus (surtout du Canada anglais) contre 65 (surtout du Québec) en deuxième lecture.

Le texte visait à rendre obligatoire la compréhension du français et de l’anglais, sans l’aide d’un interprète, comme condition pour la nomination de juges à la Cour suprême.

Yvon Godin
Yvon Godin

Marge de manoeuvre

«C’est un projet de loi qui est mal rédigé dans le sens que ça ne tient pas compte des questions constitutionnelles», a soutenu le député libéral David Lametti en entrevue à Radio-Canada.

Il croit même que le gouvernement doit se garder «une marge de manoeuvre pour pouvoir nommer au besoin un juge qui aurait une expertise dans un domaine du droit particulier ou un juge autochtone qui ne maîtriserait pas nécessairement le français».

«L’argument constitutionnel ne tient pas la route», a réfuté son collègue libéral Nicolas di Iorio, qui a voté pour le projet de loi.

Via la Loi sur les langues officielles?

Radio-Canada rapporte que François Choquette songe déjà à une nouvelle façon de revenir à la charge en proposant un amendement à la Loi sur les langues officielles éliminant l’exemption accordée aux juges de la Cour suprême pour la compréhension du français et de l’anglais sans interprète.

Ce sera aussi la nouvelle voie privilégiée par la FCFA.  «Le gouvernement est engagé dans un processus de modernisation de la Loi sur les langues officielles auquel on pourrait greffer le principe du bilinguisme des juges de la Cour suprême», estime Jean Johnson en entrevue à L’Express.

«Il n’y a pas un francophone qui est enchanté du résultat du vote de mercredi», dit-il. «Mais quand une porte se ferme, j’en cherche une autre à ouvrir»: la réforme de la Loi sur les langues officielles serait cette nouvelle porte.

Jean Johnson
Jean Johnson

Les coulisses du pouvoir

M. Johnson a déjà rencontré le chef conservateur Andrew Scheer, mais il n’a pas abordé avec lui la question du bilinguisme des juges de la Cour suprême. «Je pensais que ça allait être réglé plus rapidement»… La FCFA n’organise pas, comme l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario à Queen’s Park, de rencontres formelles avec le caucus conservateur.

Ses dirigeants sont parfois invités au caucus des langues officielles du Parti libéral, et ils ont participé aux discussions sur le nouveau Plan d’action quinquennal sur les langues officielles attendu de la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

Coïncidence: M. Johnson rencontrait au lendemain du vote le nouveau leader parlementaire du NPD, Guy Caron.

En deux ans de pouvoir, le premier ministre Justin Trudeau n’a pas encore rencontré à son bureau les représentants de la francophonie hors Québec. M. Johnson a toutefois bon espoir qu’une telle rencontre puisse survenir d’ici la fin de l’année.


À lire aussi dans L’Express: Les Libéraux adoptent la position de Harper

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

États généraux: la métamorphose d’une identité

La grande majorité des délégués aux États généraux du Canada français de 1967-69 ont appuyé une motion favorable au droit à l’autodétermination du Québec, «territoire national des Canadiens-Français». L’opposition minoritaire est venue des représentants des communautés francophones de l’Ouest, de l’Ontario et de l’Acadie. L’événement est considéré comme marquant la fin d’un Canada français uni.
Une prise de conscience de qui on est vraiment
En lire plus...

23 novembre 2017 à 10h04

Ça brasse dans nos académies

Ancienne gravure représentant la bibliothèque de l'une des plus vieilles universités au monde, celle de Bologne en Italie. (Photo: Wikipedia Commons)
Pas d'exclusivité pour la nouvelle université franco-ontarienne
En lire plus...

22 novembre 2017 à 15h41

L’UOF veut récupérer les programmes francos de Glendon

Le «Centre d’excellence pour les études postsecondaires en français et bilingues» à l'entrée du campus Glendon de l'Université York.
L'exclusivité à Toronto, puis dans le Nord et l'Est...
En lire plus...

21 novembre 2017 à 17h20

Un astéroïde venu de très loin

Représentation d'artiste de l'astéroïde Oumuamua. (Photo: ESO / M. Kornmesser)
Jusqu'à maintenant, aucun objet ne provenait de l’extérieur de notre système solaire
En lire plus...

21 novembre 2017 à 15h05

Damien plus pop et Mehdi plus rock

Damien Robitaille
Une découverte: le Adelaide Hall
En lire plus...

21 novembre 2017 à 13h44

Offre de travail pour le Salon du Livre de Toronto

J’ai besoin d’une vingtaine de personnes pour aider à monter et démonter les stands du Salon du livre de Toronto. Vous serez payé 12$/heure. C’est un travail très physique...
En lire plus...
Print

Direction des services corporatifs et du développement organisationnel au CFT

Centre Francophone de Toronto - Le Centre Francophone de Toronto effectue un virage important dans une conjoncture de développement et de croissance des services. Pour continuer à réussir, le Centre désire faire l’expansion de...
En lire plus...
Print

Direction de la santé mentale et petite enfance au CFT

Centre Francophone de Toronto - Le Centre francophone de Toronto effectue un virage important dans une conjoncture de développement et de croissance des services. Pour continuer à réussir, le Centre désire faire l’expansion de...
En lire plus...
Print

Direction de la santé primaire et promotion de la santé au CFT

Centre Francophone de Toronto - Le Centre Francophone de Toronto effectue un virage important dans une conjoncture de développement et de croissance des services. Pour continuer à réussir, le Centre désire faire l’expansion de...
En lire plus...

Les Indisciplinés, libres dans l’absurde avec leur nouvelle metteure en scène

Les Indisciplinés incarnent les personnages de Frontières Libres.
Début décembre à l'auditorium de l'école Toronto Ouest
En lire plus...

20 novembre 2017 à 16h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur