Aux ultimes frontières de la microbiologie

L’île Axel Heiberg dans le rôle de la planète Mars

Axel_Heiberg_Island_Basalt_microbiologie

Falaise de basalte sur l'île Axel Heiberg. (Photo: Odin55 / Flickr)


2 mars 2018 à 10h46

Dans l’Arctique canadien, sur l’île Axel Heiberg, des chercheurs en microbiologie de l’Université McGill ont récemment réalisé les premiers tests sur une nouvelle génération d’instruments permettant la détection du vivant à moindre coût.

«Nous voulons sélectionner les meilleurs instruments pour les intégrer à une plateforme qui serait capable de forer la roche, d’y extraire des microorganismes, de séquencer leur ADN et d’envoyer toutes les informations vers la Terre», explique Isabelle Raymond-Bouchard, l’étudiante postdoctorale en microbiologie au Laboratoire de microbiologie polaire, dirigé par le professeur Lyle Whyte.

Sondes spatiales

La récente publication de leurs résultats souligne l’importance d’embarquer de tels instruments sur les futures sondes spatiales.

C’est plus précisément sur cette île de l’Arctique, à la latitude 79° 26 ‘N, que l’équipe a pu tester trois appareils, l’équipement de culture des microorganismes cryo-iPlate, celui d’analyse du métabolisme MAM et un outil de détection et séquençage nommé Oxford Nanopore MinION.

Les îles de l’Arctique possèdent un environnement rocheux similaire à celui de Mars, avec des froids extrêmes.

La microbiologiste Isabelle Raymond-Bouchard a travaillé sur ce dernier appareil. «Nous continuons à le tester avec l’idée de l’optimiser pour obtenir une limite de détection la plus basse possible. Pour l’instant, nous sommes capables de repérer 10 bactéries par microgramme de sol. Les roches de Mars risquent d’en contenir bien moins.»

L’équipe, qui regroupait des ingénieurs et des biologistes de l’Université McGill, vise à améliorer chacun des instruments, mais surtout, créer une plateforme compacte qui devra consommer peu d’énergie, être autonome, légère et très résistante — capable de supporter un voyage d’au moins six mois dans l’espace.

Mars-Eupope-Encelade-microbiologie
Mars, Europe et Encelade

Mars, Europe ou Encelade

Trois cibles extraterrestres intéressent les chercheurs, tout d’abord Mars, mais aussi Europe, la lune glacée de Jupiter, ou Encelade, qui tourne autour de Saturne.

Mais il n’est pas nécessaire d’aller aussi loin pour trouver des formes de vie étranges. Sur l’île Ellesmere, dans l’Arctique canadien, une autre équipe a identifié en 2013 une bactérie nichée dans le pergélisol et qui s’entête à croître à des températures aussi basses que – 15 degrés C. Elle présente même une activité métabolique à – 25 degrés C.

Planococcus halocryophilus vit dans cette terre gelée en permanence, dans des micro-niches rocheuses qui la protègent des éléments extérieurs.

«À l’intérieur, des veines d’eau salée offrent un habitat extrême à ces bactéries. Elles continuent de pousser, quoique très très lentement, et de respirer à des températures plus basses encore», assure Isabelle Raymond-Bouchard.

Ce potentiel de survie avait d’abord été mis à jour au sein de sources hypersalines — où la concentration de sel avoisine les 24% — un environnement riche aussi en sulfates, en ammoniaque et en méthane. Ces bactéries dites halophiles – qui aiment ou supportent des environnements à forte concentration en sel – poussent alors sous forme de filaments dans ces microfilms liquides.

Une vie qui semble donc repousser les limites. «En se nourrissant de différents éléments (nitrate, sulfate, méthane), différentes familles de bactéries s’adaptent et créent des communautés spécifiques à ces environnements arides», relève la chercheuse.

Pister ces écosystèmes au sein de ces endroits inhospitaliers aide donc les microbiologistes à fourbir les outils les plus sensibles pour détecter le moindre sursaut de vie.

Hors contamination

Une tentative de «spatialiser» leur équipement que salue le Pr Daniele Pinti, directeur du centre de recherche sur la dynamique du système Terre GEOTOP de l’UQAM et l’un des éditeurs de la première encyclopédie mondiale sur l’astrobiologie, Encyclopedia of Astrobiology (Springer).

L’ADN permettra de mieux caractériser les microbes extraterrestres, dit-il. On ignore évidemment s’il existe des bactéries martiennes, mais elles devraient être, selon lui, très différentes de celles qui peuplent notre planète.

Mais il faudra aussi avoir de la chance pour les trouver. «Quand on explore une zone de 10 km2 sur une planète dont la surface représente 1/6 de la surface de la Terre, cela en prend. Il faudra aussi s’assurer que la vie que l’on découvre ne provient pas de la contamination terrestre des instruments.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur