Au nord de ma mémoire, de Mattia Scarpulla: débridé, décousu, déroutant

Mattia Scarpulla, Au nord de ma mémoire
Mattia Scarpulla, Au nord de ma mémoire, poésie, Montréal, Annika Parance Éditeur, coll. Sauvage, 2021, 138 pages, 13,00 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

D’origine italienne et vivant à Québec, le poète Mattia Scarpulla a choisi d’illustrer la fabrication de nos identités d’une manière fulgurante. Dans son recueil Au nord de ma mémoire, il campe des personnages qui perdent des membres ou modifient leur apparence physique.

La marginalité a souvent le haut du pavé dans ce recueil écrit sans ponctuation. Je croyais que cette soi-disant originalité était chose du passé. Pourquoi compliquer la lecture quand le propos est déjà complexe?

Tout un orchestre…

Le premier texte en prose poétique présente un orchestre dominical.

Un Sud-Africain joue du violon avec un seul bras. Une Vénézuélienne «sans doigts de mains de pieds sans larmes» joue de la guitare. Le batteur sourd muet arrive de Chine. Le trompettiste palestinien a ni langue ni testicules. Le saxophoniste étatsunien a décidé de devenir invisible. Enfin, à la basse on retrouve «une femme sans seins sans utérus sans vagin».

Je ne vous cacherai pas que j’ai trouvé pénible de lire cet opuscule débridé, décousu et déroutant. Un texte intitulé «Incompréhensions» exprime assez bien ma réaction. En voici un extrait :

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«on a écrit absurde
traduit par je ne suis pas d’accord
on a écrit feu
traduit par je brûlerai ta maison
on a écrit chat
traduit par je n’aime pas les animaux (…)
on a écrit sexe
traduit par je veux tuer dieu»

Inspiré par P.E.N. international

Il y a, bien entendu, des passages moins rébarbatifs.

L’un d’eux décrit un habitué de la Bibliothèque de Québec. «chaque soir à la bibliothèque / je joue le médecin Tchekhov / des ordonnances de livres / de la camomille un recueil poétique / de l’échinacée le magazine Ricardo / de l’arnica une bande dessinée / du rooibos Paris Match / n’importe quoi me dit une usagère / pour ignorer l’extérieur».

L’ébauche des premiers textes d’Au nord de ma mémoire a commencé en 2018 lorsque Mattia Scarpulla a exploré le site web du Centre québécois du P.E.N. international, organisme qui vient en aide aux écrivains et journalistes en exil ou en péril. Quelques proses poétiques y font écho.

Scarpulla est titulaire d’un doctorat en arts, spécialité danse. Il est doctorant en études littéraires – volet recherche et création – à l’Université Laval. Il organise des ateliers corporels d’écriture et collabore à la création de spectacles littéraires.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur