Après le paintball, voici l’archery tag

Partagez
Tweetez
Envoyez

Inaugurée il y a deux mois à Brampton, la salle de batailles de tir à l’arc Battle Archery offre aux joueurs, sur le même principe que le paintball, d’atteindre leurs adversaires de leurs flèches (inoffensives), en se faufilant à travers des obstacles.

Le jeune proprio John Pawlak a découvert ce concept d’«Archery Tag» lors d’une visite à New York et a tout de suite lancé l’idée auprès de trois amis du secondaire, Monica, Ben et Oryan. «Ils ont adhéré et m’ont aidé à monter ce projet», raconte-t-il en entrevue à L’Express.

Passionné par le tir à l’arc depuis l’âge de 11 ans, il l’a également pratiqué en compétition. «Mon père m’emmenait chasser en forêt, on visait des petites cibles, on attrapait souvent des dindes sauvages.»

Ses souvenirs d’enfance l’ont motivé dans son projet. Tout de suite convaincus par le potentiel de ce nouveau jeu, lui et ses amis ont construit de leurs mains cette grande salle aux allures de terrain hostile.

Des obstacles, des cachettes, des fausses maisonnettes et un décor mural de circonstance, tout y est. Il ne manque plus que le courage pour se lancer.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’arc à bout de bras, essoufflés, à la recherche d’une flèche avant qu’une autre les atteignent, les joueurs ont une heure pour faire leur preuve sur ce terrain de jeu digne d’une scène du Seigneur des Anneaux.

Les joueurs doivent former deux équipes adverses de 3 à 15 joueurs chacune. Grâce à des flèches protégées par une sorte de mousse en plastique à l’extrémité, le jeu est sans risque, mais il faut porter un casque protecteur.
Ça ne semble pas inquiéter Natalie Lopez, âgée de 16 ans, qui, le jour de notre visite, combat une armée de garçons. 

«C’est la première fois que je tiens un arc. Mes cousins en font depuis qu’ils sont tous petits, alors j’ai voulu essayer et c’est vraiment excitant. Je me croyais dans un de ces films fantastiques», raconte la jeune fille.
De 11h du matin à minuit, Battle Archery accueille les guerriers pour trente minutes d’entraînement puis une heure de combat.

Pour ceux qui souhaitent tenter l’aventure, impossible de prendre son ennemi par surprise, il faudra réserver à l’avance et payer 11 $ pendant la semaine et 15 $ le weekend. Mais à partir d’octobre, les prix s’élèveront à 22 $ tous les jours.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur