Amour et énergie au grand spectacle afro-caribéen

Francophonie en fête

Le chanteur Emmanuel Jal à la 14e édition de Francophonie en fête.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Ce samedi 28 septembre au théâtre du centre Miles Nadal, Abel Maxwell et Emmanuel Jal ont clôturé en beauté le festival torontois Francophonie en fête. Le «grand spectacle afro-caribéen» a fait danser le public au bas de la scène.

Abel Maxwell: animateur et artiste

Abel Maxwell a été maître de cérémonie durant les deux premières soirées de Francophonie en fête (Louis-José Houde et Corneille). Mais pour la soirée de clôture du festival, c’est l’artiste qui est monté sur scène.

Abel Maxwell en tant qu’animateur au concert de Corneille.

Il nous a chanté plusieurs de ses chansons comme Célébrer, Victory ou encore Por Favor. Mais il a également fait des reprises avec Moi aimer toi de Vianney et Si t’étais là de Louane.

Il a également invité le public à danser, tout comme l’a fait par la suite Emmanuel Jal.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Abel Maxwell.

Pour l’amour de la paix et du partage

Emmanuel Jal, qui a été enfant soldat au Soudan du Sud, partage à travers sa musique les valeurs de paix.

Il a donc non seulement chanté des chansons (en anglais) portant sur cette thématique, mais aussi, il a récité un de ses poèmes en la mémoire de ses camarades enfant-soldats qui sont morts.

En dehors de sa carrière d’artiste, il porte également un message de paix à l’international en s’adressant à l’ONU, au Congrès américain, ou encore au Centre Carter.

Par ailleurs, sa vie a fait l’objet d’un film en 2008, Warchild, qui a remporté 12 prix prestigieux festival du film dans le monde entier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Emmanuel Jal.

Pour sa grande implication en faveur de la paix, il a reçu différents prix comme le Prix international Vaclav Havel pour la dissidence créative 2018 ou encore le Desmond Tutu Reconciliation Award 2017.

Emmanuel Jal.

L’artiste était très énergique sur scène, et a su partagé sa bonne humeur au public qui est venu danser au pied de la scène… mais aussi sur scène!

Francophonie en fête s’est donc terminé dans la joie et la bonne humeur. Jacques Charrette, le directeur général du festival, affirme que c’était «une des plus belles éditions de ces 14 dernières années».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur