Améliorer la santé des hommes en petites étapes

Tabac, alcool, malbouffe: changer, mais «pas trop»

Rona Ambrose et son conjoint.
Partagez
Tweetez
Envoyez

La nouvelle n’a pas connu un grand retentissement le mois dernier: le gouvernement ontarien fait équipe avec la Fondation canadienne de la santé des hommes (FCSH) en lui fournissant 5 millions $ sur 5 ans pour encourager les hommes à «faire de petits changements qui peuvent faire toute une différence pour leur santé».

Les statistiques en matière de santé seraient alarmantes. Selon la FCSH, les hommes sont 40% plus susceptibles que les femmes de mourir du cancer et 70% plus susceptibles de mourir d’une pathologie du coeur.

Ces risques plus élevés peuvent être directement reliés à la nutrition, à l’exercice, à la consommation d’alcool et de tabac, ce qui signifie que de simples changements de vie peuvent grandement améliorer la santé des hommes en général.

Plus d’hommes que de femmes rapportent fumer la cigarette (21% contre 15%), boire de l’alcool en grande quantité (24% contre 14%) ou consommer des aliments malsains (72% contre 66%).

La FCSH fait la promotion de «petites étapes» comme dormir de sept à huit heures par nuit, fixer à 15 le nombre maximal de ses consommations hebdomadaires d’alcool, consommer de 8 à 10 portions de fruits et de légumes par jour et faire de l’exercice pendant 150 minutes par semaine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sa principale campagne de promotion s’appelle d’ailleurs «Change pas trop». Elle veut motiver les hommes et leur famille «de manière à ce qu’ils nous entendent réellement». Autrement dit, les hommes réagissent mieux aux conseils d’amis qu’aux critiques stridentes.

Le premier ministre Justin Trudeau apparaît dans une vidéo de promotion de la campagne. L’an dernier, la chef de l’opposition  Rona Ambrose y montrait, en compagnie de son conjoint, comment faire un jus de fruits et légumes.

La subvention de l’Ontario servira aussi à améliorer la recherche et la cueillette de données, de rejoindre les hommes des communautés ethniques qui sont à risque plus élevé et de s’engager avec les professionnels en santé et les organismes qui se spécialisent dans les maladies chroniques.

Le travail de la FSCH est un complément aux autres initiatives destinées à améliorer les résultats en matière de santé des hommes, dont un soutien pour l’abandon du tabac, une éducation sur la consommation sécuritaire d’alcool et la couverture du Régime d’assurance-santé de l’Ontario pour le dépistage du cancer de la prostate chez les hommes.

Costs of Unhealthy Behaviour to the IndividualLe coût d'un mauvaise santé chez les hommes

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur