Vive l’infonuagique 3.0


6 février 2017 à 20h18

En informatique, trois facteurs irritent particulièrement les administrateurs financiers et décisionnels d’organisations de toutes tailles.

  • Prévision difficile des investissements.
    Les investissements en ressources humaines et en serveurs (CPU, mémoire et disque) sont imprévisibles puisqu’ils surviennent fréquemment à la suite d’une nouvelle application ou d’une mise à jour. En réalité, il n’y a bien peu à faire puisque le besoin est urgent et nécessaire.
  • Stabilité, disponibilité et performance des applications.
    Chaque minute perdue, quand les employés ou pire, quand les clients attendent devant un écran qui ne répond pas coûte très cher à une entreprise.
  • Main-d’œuvre qualifiée et disponible.
    La disponibilité d’une main-d’œuvre spécialisée est très limitée et coûteuse. De plus, le maintien de la connaissance technologique dans une organisation est souvent ardu.

L’avènement de la virtualisation en informatique a permis trois grandes avancées et a mené les organisations à tirer avantage de bénéfices indéniables : redondance inhérente, mobilité, flexibilité pour croître ou consolider rapidement, sécurité accrue, et bien d’autres.

Virtualiser un environnement

La première vague du cloud: déménager le stockage et les serveurs physiques vers un environnement cloud virtualisé. L’équipe IT est nécessaire pour gérer les bases de données, la sécurité, les applications, etc.

Le premier objectif de l’infonuagique consistait à virtualiser un environnement sur une plateforme disponible par le réseau privé ou internet.

Ce changement a permis aux organisations de TI (technologie de l’information) de distribuer leurs services de façon plus efficace et de limiter les besoins en espaces physiques pour les disques et processeurs. Si les améliorations furent indéniables au niveau de la stabilité et de l’accessibilité, la réalité du support technologique et les investissements imprévisibles ne changeaient pas.

Une organisation devait avoir le même niveau d’expertise et devait régulièrement augmenter la performance des serveurs.

infonuagique

Simplifier l’accessibilité des ressources

Toujours en forte croissance, la deuxième vague importante au niveau de l’infonuagique consiste à utiliser des ressources virtuelles appartenant à des organisations spécialisées.

Essentiellement, une organisation de TI peut avoir accès à des serveurs (disques, CPU et mémoires) en fonction de leurs demandes afin d’y installer un système d’opération et des applications.

La simplicité d’accès aux ressources virtuelles améliore certainement la flexibilité, la disponibilité et la stabilité des services. Le flux d’investissements en capitaux est ainsi réduit et rend le budget opérationnel plus malléable.

Toutefois, l’un des trois irritants persiste: l’expertise interne est toujours la clé pour assurer une certaine évolution et stabilité.

Faciliter la gestion

La troisième vague correspond à l’infonuagique 3.0: amener les applications et tous les outils de gestion dans l’environnement cloud. L’équipe IT n’est plus nécessaire.

L’infonuagique 3.0 connaît une croissance impressionnante et est souvent référée a SaaS (Logiciel en tant que service ou Software as a service) et aussi utilisée pour (Sécurité en tant que Service ou Security as a Service), mais va bien au-delà. Elle permet aux grandes, moyennes, et maintenant, aux petites organisations de faciliter la gestion de l’informatique en utilisant, en tout ou en partie, une suite de services qui est facturée mensuellement ou selon les besoins.

  • Le réseau, l’accès, la redondance et le test de celui-ci continuellement gérés par les experts chez votre partenaire infonuagique.
  • Une couche de sécurité accrue qui non seulement agit en pare-feu, mais également qui supervise, rapporte et élimine les tentatives d’attaques et gère le trafic interne pour contrôler les accès par utilisateur ou groupe d’utilisateurs.
  • Les serveurs Microsoft, Linux ou autres. Adaptant constamment les ressources afin d’optimiser la performance et en appliquant les ‘patch’ de sécurité selon les meilleures pratiques sécuritaires.
  • Les prises de sauvegardes assurant ainsi une paix d’esprit puisqu’elles sont gérées et testées régulièrement.
  • Un plan de recouvrement de désastre intégré.
  • La suite de services peut même inclure les applications usagers, par exemple Office 365, courriel, téléphonie, communications unifiées, ERP (système de planification des ressources d’entreprise), etc.

Pour les organisations, les avantages de faire affaire avec un groupe d’experts en infonuagique sont nombreux puisqu’ils sont en constante évolution, à la fine pointe de la technologie et qu’ils offrent un niveau de services garantis. Les prévisions financières sont aussi facilitées et la sécurité, la mobilité ainsi que la disponibilité sont accrues.

Les experts technologiques des organisations peuvent ainsi se concentrer à créer de la valeur en améliorant les applications critiques, plutôt que de gérer un environnement difficile et souvent hostile.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur