Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

Le féminisme, c'est aussi l'affaire des hommes

AGA Oasis membres
Katerine B. Champagne, Julia Ballerio-Dupé, Carmelle Salomon-Labbé, Tzvetelina Tzoneva et Mona Barkat, membres du conseil d'administration d'Oasis centre des femmes lors de l'assemblée générale du jeudi 13 septembre au Collège Boréal.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Dada Gasirabo, la directrice générale d’Oasis Centre des femmes, a présenté un bilan annuel plutôt favorable et encourageant ce jeudi 13 septembre lors de sa 23e assemblée générale annuelle.

Après plusieurs années de recherches, trois projets ont enfin vu le jour et se rajoutent aux sept programmes déjà existants. Deux d’entre eux portent sur une aide économique destinée aux femmes.

Le projet Essor vise à accroître la préparation financière des immigrantes francophones et des entrepreneures.

De son côté, le projet Tremplin micro-financement facilite l’accès des entrepreneures aux micro-prêts et les encourage dans la création de leurs entreprises.

Dada Gasirabo #MoiAussi
Dada Gasirabo

Accompagner les survivantes d’agressions sexuelles

Enfin, le projet Femmes honorables s’attache à accompagner et soutenir les survivantes d’agressions sexuelles subies lors de conflits armés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par ailleurs, la ligne de soutien aux personnes subissant des violences, Fem’aide (1-877-336-2433), a enregistré 556 appels en 2017-2018.

La présidente Julia Ballerio-Dupé s’est également félicitée de la bonne santé financière de l’association. Non seulement le budget d’Oasis est à l’équilibre, mais en plus 14 000 $ d’excédents ont été enregistrés.

Bienvenue aux hommes

Les membres de l’association ont officiellement élu Katerine B. Champagne comme nouvelle membre du conseil d’administration. Elle prend la place d’une autre membre qui avait démissionné dans l’année.

Bien que tous les postes du bureau soient pourvus actuellement, Dada Gasirabo a insisté pour que les hommes membres de l’association se présentent à l’avenir.

«Le féminisme, ce n’est pas qu’une histoire de femmes. Il y a aussi des hommes féministes, et on a besoin d’eux pour éduquer nos petits garçons.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur