Une femme juge en chef en Alberta

On est arrivé en 2017...

Mary Moreau, juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta.

Mary Moreau, juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta.


23 octobre 2017 à 12h00

Mary T. Moreau a été nommée le 17 octobre juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta par le premier ministre du Canada, Justin Trudeau. Elle est la première femme nommée à ce poste, apportant à sa nouvelle fonction plus de vingt ans d’expérience au sein de l’organisation.

La juge en chef Moreau succède au juge en chef Neil Wittmann, qui a démissionné le 1er mai dernier.

Les juges en chef du Canada sont chargés du leadership et de l’administration de leurs tribunaux. Ils sont aussi membres du Conseil canadien de la magistrature, qui vise à améliorer la qualité des services judiciaires dans les cours supérieures du Canada.

La Cour du Banc de la Reine de l’Alberta entend des procès civils et des procès criminels, ainsi que les appels des décisions de la cour provinciale. La Cour du Banc de la Reine de l’Alberta compte actuellement 85 juges à temps plein ou surnuméraires.

Depuis qu’elle a été nommée juge au mois de novembre 1994, Mary Moreau apporte son énergie et sa sagesse à la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta. Tout au long de sa carrière, la juge en chef Moreau a été active dans les domaines de la formation, de l’administration et de la planification stratégique.

Elle donne régulièrement de la formation à des juges, et a coprésidé pendant six ans la conférence nationale annuelle du printemps sur le droit criminel organisée par l’Institut national de la magistrature.

Ex-présidente de l’Association canadienne des juges des cours supérieures, la juge en chef Moreau a reçu le prix du président de l’Association en 2013.

Depuis 2014, elle est membre du comité consultatif sur la conduite des juges, qui donne des avis confidentiels sur des questions d’éthique aux juges fédéraux partout au Canada. De plus, elle fait depuis longtemps partie du comité de planification stratégique de la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta.

Avant de devenir juge, la juge en chef Moreau a pratiqué le droit criminel, le droit constitutionnel et le droit civil à Edmonton. En particulier, elle a plaidé dans le cadre de nombreuses affaires importantes en lien avec les droits des minorités linguistiques et la Charte canadienne des droits et libertés. Elle a aussi cofondé, en 1990, l’Association des juristes d’expression française de l’Alberta.

Depuis qu’elle est devenue juge, elle a présidé des procès en français ou bilingues en Alberta et elle est juge adjointe aux Territoires du Nord-Ouest et au Yukon. En 2009, elle a présidé un projet de l’Institut national de la magistrature sur la création d’un ouvrage de référence à l’intention des juges sur les droits linguistiques de l’accusé, qu’elle a aidé à mettre à jour en 2017.

La juge Moreau participe activement à des projets internationaux de formation et de soutien des juges, et elle est membre du comité consultatif sur l’engagement international de la magistrature fédérale du Commissariat à la magistrature fédérale.

Diplômée de la Faculté de droit de l’Université de l’Alberta, elle a été présidente du «Criminal Trial Lawyers Association», membre du conseil d’administration du «Legal Education Society of Alberta», et la présidente du comité régional de la Société d’aide juridique de l’Alberta. En 1999, elle a reçu le Prix d’excellence Jean-Louis-Lebel.

Par coincidence, la journée où le premier ministre Trudeau a annoncé la nomination de la nouvelle juge en chef, Dialogue Canada, l’Association des communautés francophones d’Ottawa et l’Institut canadien-français d’Ottawa tenaient à quelques pas du Parlement du Canada une lecture collective de citations au sujet de 150 ans de revendications de bilinguisme judiciaire.

Les participants à cet évènement ont ainsi pu apprendre que, le 4 avril 1978, Ron Basford, le ministre fédéral de la Justice, a déposé le projet de loi C-42 modifiant le Code criminel afin de garantir les droits linguistiques devant les tribunaux. À ce moment-là, seuls le Québec et le Nouveau-Brunswick permettaient qu’un procès criminel se déroule en français.

Dans sa biographie de Jean-Robert Gauthier, Rolande Faucher écrit que «conscient que le projet de loi accorde aux provinces tout le temps voulu pour se soumettre aux obligations de C-42, Jean-Robert tente, en comité parlementaire, de le faire modifier afin d’y inscrire une limite de temps… Si l’Ontario s’est plié volontairement et rapidement aux exigences de la nouvelle loi, il n’en sera pas de même pour les autres provinces et cela entraînera de longues sagas judiciaires.»

Dans mon article La langue des procès criminels en 1985, je décris les réticences de certaines provinces à ce que la justice criminelle soit rendue en français. En fait, dans le cas de  l’Alberta, il a fallu attendre la date-limite de 1990 avant que soit enfin reconnu le droit d’être jugé en français dans les causes criminelles. Et cet objectif a été atteint en bonne partie grâce à l’avocate Mary Moreau qui a vaillamment revendiqué ce droit pour ses clients, notamment l’accusé Luc Paquette.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

États généraux: la métamorphose d’une identité

La grande majorité des délégués aux États généraux du Canada français de 1967-69 ont appuyé une motion favorable au droit à l’autodétermination du Québec, «territoire national des Canadiens-Français». L’opposition minoritaire est venue des représentants des communautés francophones de l’Ouest, de l’Ontario et de l’Acadie. L’événement est considéré comme marquant la fin d’un Canada français uni.
Une prise de conscience de qui on est vraiment
En lire plus...

23 novembre 2017 à 10h04

Ça brasse dans nos académies

Ancienne gravure représentant la bibliothèque de l'une des plus vieilles universités au monde, celle de Bologne en Italie. (Photo: Wikipedia Commons)
Pas d'exclusivité pour la nouvelle université franco-ontarienne
En lire plus...

22 novembre 2017 à 15h41

L’UOF veut récupérer les programmes francos de Glendon

Le «Centre d’excellence pour les études postsecondaires en français et bilingues» à l'entrée du campus Glendon de l'Université York.
L'exclusivité à Toronto, puis dans le Nord et l'Est...
En lire plus...

21 novembre 2017 à 17h20

Un astéroïde venu de très loin

Représentation d'artiste de l'astéroïde Oumuamua. (Photo: ESO / M. Kornmesser)
Jusqu'à maintenant, aucun objet ne provenait de l’extérieur de notre système solaire
En lire plus...

21 novembre 2017 à 15h05

Damien plus pop et Mehdi plus rock

Damien Robitaille
Une découverte: le Adelaide Hall
En lire plus...

21 novembre 2017 à 13h44

Offre de travail pour le Salon du Livre de Toronto

J’ai besoin d’une vingtaine de personnes pour aider à monter et démonter les stands du Salon du livre de Toronto. Vous serez payé 12$/heure. C’est un travail très physique...
En lire plus...
Print

Direction des services corporatifs et du développement organisationnel au CFT

Centre Francophone de Toronto - Le Centre Francophone de Toronto effectue un virage important dans une conjoncture de développement et de croissance des services. Pour continuer à réussir, le Centre désire faire l’expansion de...
En lire plus...
Print

Direction de la santé mentale et petite enfance au CFT

Centre Francophone de Toronto - Le Centre francophone de Toronto effectue un virage important dans une conjoncture de développement et de croissance des services. Pour continuer à réussir, le Centre désire faire l’expansion de...
En lire plus...
Print

Direction de la santé primaire et promotion de la santé au CFT

Centre Francophone de Toronto - Le Centre Francophone de Toronto effectue un virage important dans une conjoncture de développement et de croissance des services. Pour continuer à réussir, le Centre désire faire l’expansion de...
En lire plus...

Les Indisciplinés, libres dans l’absurde avec leur nouvelle metteure en scène

Les Indisciplinés incarnent les personnages de Frontières Libres.
Début décembre à l'auditorium de l'école Toronto Ouest
En lire plus...

20 novembre 2017 à 16h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur