Une ambiance chaleureuse au cœur de la ville


28 août 2007 à 12h34

Niché sur une rue tranquille du quartier Roncesvalles, tout près de High Park, le Bed and Breakfast Ambiance fait l’effet d’une oasis de paix. À l’avant du gîte, un jardin fou de grandes fleurs accueille les visiteurs et les guides vers la maison quasi centenaire dont l’intérieur a été rénové avec amour. Décoration aux accents provençaux alliant teintes chaudes et boiseries naturelles, espaces ouverts, grande cuisine conviviale; tout porte à la détente et au ressourcement à la maison Ambiance.

C’est d’ailleurs ce qu’avait en tête la propriétaire Laure Ampilhac quand elle a décidé de convertir sa demeure en Bed and Breakfast, il y a un an: «Je voyage beaucoup pour mon travail», explique la jeune Française qui occupe également un poste de responsable commerciale au sein d’une compagnie informatique. «Je fréquente les Bed and Breakfast au lieu des hôtels dans mes déplacements», explique t-elle.

Au gré de ses voyages d’affaire, la jeune femme a découvert ce qui l’attirait dans un gîte: un décor inspirant et un lieu qui favorise le bien-être. Après mûre réflexion, Ampilhac, une passionnée de décoration et une adepte des médecines douces a décidé de faire le saut et d’ouvrir elle aussi sa demeure aux visiteurs.

«J’avais envie d’offrir un endroit sain et calme, avec une bonne énergie où les gens de Toronto et d’ailleurs pouvaient se reposer», explique la jeune femme qui reprend en quelque sorte une tradition familiale.

En effet, les parents de Laure Ampilhac ont tenu pendant près de 20 ans un restaurant dîner-spectacle en France où l’on servait des repas faits maison avec des produits de la ferme. Le Bed and Breakfast Ambiance s’est d’ailleurs développé dans ce même esprit familial: chaque poutre ou mur en briques qui a été dénudé, chacune des petites touches – du bain sur pattes à l’ancienne aux miroirs encadrés de mosaïque – porte la signature d’un ami ou d’un proche venu mettre la main à la pâte.

Laure Ampilhac a aussi fait appel à Magali Roussière, son amie de toujours en France, pour l’épauler dans la mise en marché et la promotion de cette nouvelle entreprise. Emballée par le projet, Magali Roussière est tout de suite venue s’installer à Toronto. On sent d’ailleurs une belle complicité entre les deux femmes. C’est sans doute cette camaraderie qui donne à la maison une atmosphère si accueillante.

En plus de cette belle ambiance, les deux amies proposent un concept de «maison du mieux-être». La maison a en effet été certifiée par Nikken, une compagnie japonaise oeuvrant dans la promotion de la santé par la prévention. Un système de filtration de l’eau et de l’air a été installé dans la maison afin de créer un environnement sain.

De plus, les visiteurs dorment dans un lit magnétique reconnu par les chiropraticiens et dont Laure Ampilhac vante les vertus thérapeutiques: «C’est un lit qui favorise un sommeil profond et réparateur, grâce auquel les gens peuvent recharger leur batterie.»

Les deux hôtesses sont attentives au bien-être de leurs invités jusque dans les petits détails: elles privilégient des produits non polluants et non allergènes pour l’entretien de la maison. Amoureuses de la bonne chère, elles offrent également un menu santé où les produits biologiques sont à l’honneur. Magali Roussière offre quant à elle des ateliers de préparation de sushi à ceux qui auraient envie de découvrir ce délicat mets japonais.

Ambiance n’a ouvert ses portes qu’en juillet et déjà Laure Ampilhac et Magali Roussière ont des projets plein la tête. Elles voudraient offrir à leurs invités des services de massothérapie et autres médecines douces et ouvrir une deuxième chambre pour des invités. Les deux jeunes femmes ont le vent dans les voiles et leur petit havre de paix semble promis à un bel avenir.

Ambiance B&B: 17 Silver Street, Toronto. Renseigmenents au 416-850-5851 ou au www.bbcanada.com/ambiance. Ouvert de mai à novembre.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’identité linguistique canadienne sur les bords de la Tamise

colloque
Parmi les universitaires britanniques spécialistes du Canada, une quinzaine pourraient se dire «québécistes».
En lire plus...

25 septembre 2018 à 7h00

Le Club Richelieu Toronto honore Denis Rioux

Club Richelieu Toronto
Ce dimanche, le Club Richelieu de Toronto rendait hommage à Denis Rioux, désormais ex-président, et célébrait la passation des pouvoirs au nouveau président, Michel...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 17h01

Anciens combattants : délais plus long pour les francophones et les femmes

Anciens combattants Canada
Lenteur à répondre aux demandes d’aide médicale des vétérans: 19 semaines pour les demandes en anglais, 52 pour le français!
En lire plus...

24 septembre 2018 à 15h00

CSI : Éléphants

Les braconniers opèrent surtout au Gabon, au Congo et en Tanzanie.
En lire plus...

24 septembre 2018 à 14h00

Proposez des candidatures au 10e Gala Trille Or

Adieu les prix masculin et féminin : le Trille Or «Artiste solo» récompensera le ou la meilleur.e artiste tous genres confondus
En lire plus...

24 septembre 2018 à 12h00

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur