Une ado en hibernation: que restera-t-il de son corps?

cryonics-institute

25 novembre 2016 à 10h30

À l’heure qu’il est, il y a quelque part aux États-Unis une adolescente britannique de 14 ans qui, immédiatement après son décès, a été congelée dans l’espoir que la médecine, un jour, puisse la ressusciter.

Il y a quelques dizaines d’années que la cryonie (qu’on devrait cesser de confondre avec la cryogénie, qui est l’étude très sérieuse des basses températures) n’est plus de la science-fiction: on peut préserver un corps aussi longtemps qu’il y a quelqu’un pour alimenter l’appareil en azote liquide et veiller à ce que la température demeure à moins 196 degrés.

Le problème réside dans le fait qu’une fois l’opération terminée, le corps a été vidé de son sang et remplacé par un mélange d’antigel et autres produits de conservation: un peu comme les personnages de l’exposition scientifique Body Worlds. On voit donc mal comment il pourrait être ramené à la vie.

Depuis les années 1960, l’argument des médecins et des biologistes reste le même: le froid intense brise les cellules vivantes, et même l’hypothèse de nanotechnologies futuristes capables de faire des réparations à l’échelle microscopique, laisse sceptique.

On pourrait en théorie avoir une copie du corps original, mais serait-ce la même personne? D’autant qu’on ne sait pas grand-chose sur ce qui, dans notre cerveau, définit la personnalité… et nos souvenirs.

À travers le monde, trois institutions, entièrement financées par des fonds privés — et par les familles des défunts — offrent un tel service «après décèss: deux aux États-Unis et une en Russie. Une quatrième serait en cours de construction en Australie.

Détail: il faut que la personne soit déclarée morte par les médecins, puisqu’aucun de ces pays n’accepterait que soit congelée une personne vivante. Le journal The Guardian estimait récemment à 350 le nombre de corps qui sont ainsi préservés.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassestkaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

À millénial, millénial et demi

Le nouveau chef du NPD canadien, Jagmeet Singh.
Nos trois chefs politiques fédéraux sont «jeunes»
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h25

Maître Jesse Gutman

Maître Jesse Gutman
Agent de grief au Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h20

De plus en plus facile d’obtenir la citoyenneté canadienne

citoyennete
On n'a même plus besoin de vouloir résider au Canada.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h15

Francophonie des Amériques: des liens qui se multiplient

centre_franco_ameriques_logo
On est 33 millions dans le Nouveau Monde
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h10

Le lac Érié à nouveau envahi par les algues

L'ouest du Lac Érié, le 26 septembre. (Photo: NASA)
Au banc des accusés: les engrais utilisés par les fermiers.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h05

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur