Un test de santé pour les sols

L'étudiante Erin Wepruk et la prof Amanda Diochon.


12 octobre 2016 à 15h21

Les sols les plus sains ne produisent pas nécessairement les meilleurs rendements.

Toutefois, une nouvelle étude indique que les pratiques de gestion agricole influent sur la santé des sols et donnent aux cultures une meilleure chance de prospérer dans des conditions difficiles.

Dans le cadre d’un projet de recherche multipartenaires, Amanda Diochon, professeure à la Faculté de géologie de l’Université Lakehead, à Thunder bay, collabore à la mise au point d’un test de santé pour le sol.

Le projet vise à déterminer comment différentes pratiques de gestion influent sur la santé du sol à l’aide d’échantillons prélevés de quatre sites de l’Ontario: Ottawa, Delhi, Elora et Ridgetown. Mme Diochon suivra l’évolution des composants de la matière organique au fil du temps.

Rendement ≠ santé

«Un agriculteur peut augmenter les doses d’engrais et optimiser le rendement, mais cela ne signifie pas pour autant que le sol sera en santé», dit-elle. «Et parfois, le rendement est uniforme d’une saison à l’autre ou entre les lieux de culture, mais la santé du sol de différents champs peut tout de même varier.»

Alors, s’il est possible de produire une culture à haut rendement dans un sol peu favorable, en quoi la santé du sol importe-t-elle?

Selon Mme Diochon, la réponse est simple: la certitude. Un sol en santé est plus productif lorsque les conditions sont moins qu’idéales.

De plus, un sol sain est plus résilient et peut s’adapter aux facteurs de stress imposés par le climat. Par exemple, un sol bénéficiant d’un apport adéquat en matière organique de qualité retient plus d’humidité lorsque le climat est sec.

Et un sol ayant une communauté microbienne plus diversifiée et productive s’adapte mieux aux changements.

Mesurer la santé

Mme Diochon évalue actuellement les effets de la rotation des cultures et du travail du sol sur les diverses propriétés de la matière organique. Pour y parvenir, il lui faudra déterminer les indicateurs de la matière organique du sol qui sont sensibles aux changements.

« Nous savons ce qu’est la santé du sol, mais pouvons-nous la mesurer? Personne n’a encore percé le secret», ajoute-t-elle.

Son équipe de recherche a cerné sept indicateurs clés qui, selon elle, évolueront au fil du temps. Ensemble, les indicateurs lui permettent d’évaluer les propriétés physiques, biologiques et chimiques du sol.

«Il est difficile de déceler des changements en mesurant la matière organique ou le carbone organique», indique Mme Diochon. «Toutefois, en examinant certains attributs de la matière organique, comme la fraction légère ou la fraction sableuse, nous constatons qu’ils sont sensibles aux changements.»

Mme Diochon explique qu’en analysant les échantillons de sol prélevés de quatre sites en Ontario les chercheurs arriveront à mieux comprendre comment la matière organique répond aux changements parmi les lieux de culture et les types de sols.

«Nous espérons que nos travaux permettent de déterminer des pratiques exemplaires de gestion pour améliorer ou conserver la santé du sol», précise la chercheuse. «Nous voulons qu’ils profitent autant que possible aux agriculteurs tout en minimisant l’impact sur l’environnement, l’objectif final étant de renforcer la résilience de l’ensemble du système.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur