Renaissance de la culture des poires en Ontario

90% des poires sont importées

Pear-on-the-tree-web-1-07071ed1689ed37472bc5b4b514f01ec5c2ed350

29 septembre 2016 à 15h21

Une nouvelle variété a redonné vie à la culture de poires, qui était en voie d’extinction, en Ontario.

L’automne dernier, la poire Cold Snap a été lancée — une nouvelle variété résistante aux maladies qui demeure croquante et juteuse, même lorsque le fruit passe du vert au jaune, contrairement aux poires conventionnelles qui deviennent molles et pâteuses lorsqu’elles mûrissent.

Michael Ecker, président de la coopérative agricole de Vineland qui célébrait son 100e anniversaire en 2013, a obtenu du financement «pour déterminer le marché disponible et pour savoir ce qui est requis pour cultiver de nouvelles poires au Canada», explique-t-il.

«Un deuxième projet nous a donné le financement nécessaire pour faire en sorte que les nouvelles poires soient disponibles pour les consommateurs.»

Transformation

À une époque, la majorité des poires de l’Ontario étaient cultivées pour le marché de la transformation. Toutefois, à mesure que les conserveries de la province fermaient leurs portes, les fruiticulteurs avaient besoin de quelque chose de nouveau.

Les premiers poiriers Cold Snap ont été plantés en 2011 avec la première récolte en 2015. À ce jour, plus de 70 000 poiriers ont été plantés. Selon l’estimation de M. Ecker, ceux-ci produiront 60 000 corbeilles de fruits annuellement lorsqu’ils auront atteint une pleine production.

«Plus de 90% de toutes les poires consommées au Canada sont importées», dit-il. «Ceci signifie qu’il y a un énorme marché au Canada pour des poires fraîches canadiennes pendant l’hiver.»

La récolte de fruits a lieu en octobre et est disponible sur le marché jusqu’au mois de mars ou d’avril, selon la demande.

Retombées

Il y a également des avantages économiques. Une industrie revivifiée de la poire créera des emplois locaux pour le secteur de l’emballage et agricole. La coop de Vineland vient d’investir dans un important agrandissement de ses installations d’entreposage dans la ville de Virgil, près de Niagara, pour stocker la nouvelle récolte de poires Cold Snap.

Pour les producteurs, la poire est également un ajout bien accueilli. Sa résistance au feu bactérien, conjointement avec de nouvelles plantations à haute densité, semblables à celles retrouvées dans l’industrie pomicole, en fait une culture viable à cultiver pour les marchés du produit frais.

«La poire Cold Snap est une véritable relance pour l’industrie», soutient M. Ecker. «Avec la fermeture des conserveries et la pression subite en raison des maladies, nous en étions au stade où les poires n’étaient plus cultivées.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Vieux jeu: affronter les fantômes du passé

Jacques Godin et Anthony Therrien dans Vieux jeu.
Partie parfaite pour Jacques Godin
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h30

Champion de la conservation des sols

Eric Kaiser ne se doutait pas que ses pratiques allaient devenir exemplaires.
Eric Kaiser voulait seulement empêcher sa terre de disparaître dans la baie
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h21

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur