Un livre qui crée parfois un malaise

Ma jumelle m’a quitté dans la dignité

Paul-François Sylvestre: «Ma sœur jumelle voulait vivre dignement et ne pas être définie par un seul aspect médical.» (Photo: Nancy Vickers)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 16 mai, la librairie La Mosaïque a procédé au lancement officiel de Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, de notre collaborateur Paul-François Sylvestre. L’ouvrage aborde directement la question du suicide assisté, «un sujet qui plonge plusieurs lecteurs dans un profond malaise», selon l’animatrice Lisette Maillet, présidente de la Société d’histoire de Toronto.

En répondant à une question de l’animatrice, Paul-François Sylvestre a avoué que sa sœur jumelle avait longtemps caché sa maladie (sclérose en plaques). «Elle voulait vivre dignement et ne pas être définie par un seul aspect médical.»

C’est en publiant le livre que l’éditeur Alain Baudot a découvert tout le côté familial de son auteur. «Je ne savais pas qu’il avait une sœur jumelle, qu’il avait été séparé d’elle pour étudier en français à Ottawa.»

Le livre raconte d’ailleurs comment une mort planifiée peut comporter certains avantages pour la famille. «Cela permet à tout le monde de faire un dernier adieu et, peut-être, de se dire des choses qu’on a toujours cachées ou niées. En choisissant de mourir comme elle avait vécu, c’est-à-dire dignement, Paulette a posé un geste qui lui ressemblait, une geste qui nous a rassemblés.»

Ne pouvant assister au lancement, l’écrivain Pierre Karch a lu le livre lundi et a immédiatement envoyé ce mot à l’auteur: «Ma jumelle m’a quitté dans la dignité se distingue de tous tes livres précédents par l’engagement personnel et émotif que tu y as mis. On le lit d’une traite pour ne rien perdre du récit de cette relation aussi brève qu’intense.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur