Un air de famille jeudi: votez pour les Cugno de Toronto!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Casquette beige, lunettes sur le nez, guitare à la main. Pete Cugno a le look d’un papa rockeur. Quand il était plus jeune, il a joué dans plusieurs groupes de musique, et fait quelques concerts.

Assise à côté de lui, dans leur salon à Toronto, Julia, sa fille de 11 ans, l’écoute, tantôt corrigeant son récit, tantôt acquiesçant d’un hochement de tête. Sa sœur, Madelyn, âgée de 13 ans, aux mêmes longs cheveux bruns, a dû partir pour une sortie scolaire.

Tous les trois participent cette année à la deuxième saison d’Un air de famille, diffusée à la télévision de Radio-Canada. 27 familles francophones se produisent sur scène, à raison de trois familles par semaine. Après chaque émission, diffusée le jeudi soir (mais enregistrée le dimanche qui précède à Montréal), le public peut voter pour sa famille favorite. Cette dernière est alors sélectionnée pour les demi-finales. La grande finale aura lieu en direct, en décembre.

Mais à cette finale, Pete et Julia n’y pensent pas. Avec Madelyn, ils ont commencé à chanter en famille il y a quelques années «à l’occasion de fêtes et des repas. Mais rarement tous les trois ensemble».

C’est Louise, sa femme, qui les a encouragés à s’inscrire à l’émission. «On a envoyé une vidéo de nous trois en train de chanter. Puis Radio-Canada nous a contactés pour qu’on vienne passer les auditions. Je crois que ça leur a plus puisqu’on a été sélectionné », raconte en riant ce natif de Montréal. Une membre du jury aurait même littéralement fondu en larmes pendant leur passage.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le français est très important dans la vie de Pete. Son père était franco-italien. Sa mère est anglophone. Il a grandi dans une école française, et parlé en français quotidiennement jusqu’à ce qu’il déménage à Toronto.

C’était après avoir rencontré Louise, une Anglaise arrivée à Montréal à l’âge de 10 ans, maîtrisant mieux l’anglais que le français. «Mes filles sont nées à Toronto. À la maison, on parle surtout en anglais, mais elles vont à l’école française», explique-t-il.

Quand sa femme lui parle de ce concours, il y voit surtout une occasion pour faire découvrir ses racines francophones à ses filles. «Je voulais leur montrer d‘où vient papa», dit-il fièrement.

Pour l’émission, la famille Cugno a donc tenu à chanter en français. Ils chanteront Pour un instant, d’Harmonium lors de leur première prestation. «J’aime les chansons en anglais», raconte Julia, dont l’accent est franco-ontarien, à l’inverse de son père québécois. «Mais je préfère chanter en français. Je me sens différente quand je chante en français, c’est mieux. »

Fibre artistique

Célébrer la francophonie, mais aussi s’amuser en famille. «Cette aventure nous a rapprochés. C’est une expérience très spéciale qu’on vit», continue Pete. Lors des répétitions, leur coach, Jean-François Bréau, leur a appris à avoir une meilleure connexion entre eux, et avec l’auditoire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des répétitions «très enrichissantes» pour le quadragénaire qui, avec son métier, a plutôt l’habitude de travailler derrière la caméra. Pete fait des voix hors champ pour des dessins animés et des publicités.

Julia, elle, est un peu nerveuse à l’idée de passer sur le petit écran. «Ça me fait bizarre, je n’aime pas trop être le centre de l’attention», déclare-t-elle.

«Des trois, c’est surement Madelyn qui est la plus à l’aise avec ça», rigole le père.

Les deux filles ont hérité de sa fibre artistique. Madelyn chante dans une chorale et souhaite se lancer dans la musique. Julia écrit beaucoup de poèmes, et parfois même, des paroles pour sa sœur. «Mais, pour l’instant, je veux être vétérinaire», assure-t-elle.

D’autres concerts?

Avec Un air de famille, Pete a aussi retrouvé son premier amour. «J’avais perdu le goût de chanter. Avec les filles, j’ai retrouvé ce goût pour la musique, mon amour pour la musique pure et simple.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il pense donc à l’après-émission. «Pourquoi pas faire quelques concerts tous les trois pour des festivals?». Julia acquiesce. Oui ça lui plairait aussi de continuer l’aventure familiale.

Et la mère dans tout ça? Pete esquisse un sourire. «J’adore chanter, mais je ne sais pas chanter, plaisante l’intéressée. Je chante dans ma voiture et au karaoké!»

Louise est leur première fan. Elle a confectionné des banderoles pour l’occasion et arrangé leur page Facebook.

Pour leur premier passage, les Cugno auront une cinquantaine de supporters dans le public. Autant de votes assurés pour espérer ensuite se produire en demi-finale.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur