Tu dis «combat extrême», je dis «arts martiaux mixtes»

Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est le samedi 28 mars, à l’aréna Robert Guertin de Gatineau, En face d’Ottawa, que Carlos «The Ronin» Newton et Nabil «The Thrill» Khatib seront enfermés dans une cage pour une démonstration d’arts martiaux mixtes (AMM) – que bien des gens appellent encore «combat extrême».

L’événement est chapeauté par la W-1 (Warrior-1). Ses administrateurs, Jack Bateman et Ian Brewster, font valoir que les adeptes des AMM sont nombreux au Canada, «surtout au Québec, où les bars de sport sont souvent pleins les soirs de combats télévisés». C’est au Centre Bell de Montréal que la première de ces organisations, l’UFC (Ultimate Fighting Championships), avait établi le record de spectateurs pour un événement AMM en avril 2008 avec 21 390 personnes.

Georges St. Pierre y avait alors défait le vétéran Matt Serra pour devenir champion du monde chez les poids welter (mi-lourds). «Les billets s’étaient vendus en… deux minutes!», raconte M. Brewster. George St. Pierre est aujourd’hui une vedette des AMM, mais il n’était pas le premier champion canadien. Cet honneur appartient à Carlos «Ronin» Newton (un «Ronin» est un guerrier japonais qui n’a pas de maître, un agent libre).

Newton a fait ses débuts UFC en 1996, également à Montréal. Sa carrière de combattant l’a mené aux quatre coins de la planète, au point où il est aujourd’hui un ambassadeur du sport. Son adversaire du 28 mars, Nabil Khatib, est lui aussi un favori des Québécois.

Ce filon francophone s’est enrichi récemment du célèbre kick- boxeur Jean-Yves “The Iceman” Thériault, dont le nom n’est cependant pas au programme du 28 mars. Par contre, on y retrouve ceux de Christopher Boisvert, qui affrontera Tom Waters, de Xavier Desroches, qui sera opposé à Thomas Arrand, et de Fred Bélanger, qui se battra contre Jeffrey Laughren. Bob Landry, Denis Poirier, Mustafa Khalil et plusieurs autres combattants seront également dans l’arène.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Un grand nombre de francophones iront assister au retour de Newton avec W-1», prédit M. Brewster. S’il faut se fier aux rencontres précédentes, il y aura de l’action!

C’est en 1993 qu’un publiciste californien, Art Davie, et un adepte des arts martiaux brésiliens, Rorion Gracie, ont fondé la UFC, les championnats de combat extrême. L’idée est de confronter des compétiteurs issus de diverses disciplines pour en appeler aux arts martiaux les plus appropriés en situation de combat réel (sans armes… il ne manquerait plus que ça!).

À mesure que l’engouement pour le combat extrême se confirmait en Amérique du Nord et ailleurs, l’UFC et d’autres organisations du même genre (Gladiator Challenge, King of the Cage, Strike Force…) adoptaient des règlements pour améliorer la sécurité des combattants… et des spectateurs. Les organisateurs préfèrent maintenant les termes «arts martiaux mixtes» pour décrire leur sport, qui rivalise de popularité – et de visibilité sur les chaînes de télévision payantes – avec la boxe et la lutte.

C’est à l’ancien champion olympique de lutte gréco-romaine Jeff Blatnick que M. Brewster attribue la paternité des termes «arts martiaux mixtes» (AMM, évidemment mieux connus en anglais par MMA).

Au cours de la dernière campagne présidentielle américaine, le candidat républicain John McCain avait dénigré les arts martiaux mixtes comme étant du «combat de coqs humains». Les organisateurs estiment au contraire que ce sport n’est pas plus ou moins respectable que la boxe, le karaté ou la lutte. «C’est un sport où l’on peut s’exprimer physiquement librement», selon M. Brewster.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il reste que ce n’est pas un sport pour les âmes sensibles. Les AMM sont encore illégaux dans quelques provinces canadiennes, dont l’Ontario – mais pas au Québec, ce qui permet à W-1 d’annoncer son prochain événement à «Ottawa/Gatineau» – et dans quelques états américains, dont New York. Dans ce dernier cas, cependant, l’interdiction pourrait être levée dès cet été, croient les organisateurs.

Ian Brewster constate que les pouvoirs publics revisent leurs positions sur les AMM, en raison de la popularité grandissante du sport et bien sûr de ses retombées économiques. «Même le sétaneur John McCain reconnaissait récemment que les Américains l’approuvent».

Billets en vente chez TicketMaster ou via le site: www.w1mma.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur