Trois romans finalistes du prix du Salon du livre de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

La semaine dernière, le comité du Salon du livre de Toronto a dévoilé les finalistes de l’édition 2007 du Prix Christine-Dumitriu-van-Saanen. Le lauréat de ce prix, doté d’une bourse de 5 000$ offerte conjointement par le Salon du livre et le Bureau du Québec à Toronto, sera connu lors du lancement officiel de l’événement littéraire, le 25 octobre prochain au Manège militaire Moss Park Armoury.

Le jury, composé de trois membres impliqués de profession ou de passion au sein de la communauté littéraire franco-ontarienne, a retenu trois compétiteurs pour le sprint final: Hélène Koscielniak, de Kapuskasing, pour Marraine (roman publié chez L’Interligne), Andrée Christensen, de Vanier, pour Depuis toujours, j’entendais la mer (roman, David) et Maurice Henrie, de Gloucester, pour Le chuchotement des étoiles (roman, Prise de Parole).

Dans Marraine, le premier roman d’Hélène Koscielniak, le lecteur fait la connaissance de Normande, femme vulnérable et forte à la fois, et de son mari Gilles, conquérant aux pieds d’argile.

L’histoire l’entraîne de Kapuskasing à Saint-Domingue, où Normande poursuit une quête dictée par l’amour et la générosité. Le style est plein de souffle, les dialogues sont justes et l’histoire tient en haleine du début jusqu’à la fin. Première oeuvre fort réussie donc pour cette auteure au talent prometteur.

Andrée Christensen est connue pour des textes qui font souvent appel aux faces cachées de la mythologie, desquelles elle dégage un traitement qui se loge presque toujours à l’enseigne du symbolique. Andrée Christensen figure parmi les gens qui croient qu’«entrer chez les morts, c’est découvrir la vie».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans Depuis toujours, j’entendais la mer, elle démontre comment la mort, toujours fidèle au rendez-vous, demeure une grande initiatrice. Ironie du sort, la mort a l’art d’introduire le lecteur à la connaissance des choses secrètes de la vie. Chaque perte est l’occasion d’une renaissance, d’une initiation à la vie.

Récit où l’intrigue cherche surtout à intriguer, Le Chuchotement des étoiles met en scène la vie d’un couple ordinaire subissant les exactions d’un réel qui s’avère de plus en plus traumatisant et fantastique. L’oeuvre de Maurice Henrie tisse, derrière les rumeurs assourdissantes du train-train quotidien, la progressive perte de facultés de Pierre, scribe et traducteur d’un certain âge.

Au cours du récit, sa compagne Odette meurt et le laisse seul dans un univers dans lequel il ne peut gérer les signes. Mue par une écriture fine et discrète, la narration, de manière fantomatique, déboussole le lecteur, supprimant les repères habituels du récit réaliste. Elle lui fait entendre l’immensité d’un monde où le sujet se sent tout petit et incertain.

Passeport

On peut déjà se procurer le Passeport du 15e Salon du livre de Toronto, qui aura lieu dans un tout nouvel endroit cette année, au manège militaire de Moss Park (angle Queen et Jarvis au centre-ville), du 25 au 27 octobre.

Ce précieux document donne un accès illimité à tous les spectacles, les conférences et la cérémonie d’ouverture en présence de l’ancien Premier ministre Jean Chrétien qui y lance ses mémoires. On l’obtient en téléphonant au 416-670-9847 ou en écrivant à [email protected]

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur