Tiffany ou la magie du verre au Musée des beaux-arts de Montréal


6 avril 2010 à 11h17

C’est une rare exposition que présente en ce moment, jusqu’au 2 mai, le Musée des beaux-arts de Montréal. Intitulée Le verre selon Tiffany: la couleur en fusion, l’exposition est consacrée à la contribution exceptionnelle apportée au design et à la technologie du verre par Louis C. Tiffany.

Louis Comfort Tiffany, né en 1848, est le fils de Harriet et Charles Lewis Tiffany, fondateur de la bijouterie Tiffany & Co à New-York. En 1866, il entre à la National Academy, une association d’artistes fondée à New York en 1825 dans le but de promouvoir les beaux arts, où il poursuit des études artistiques. Ses premières productions sont des peintures, mais il se spécialise comme architecte d’intérieur et connaît alors un vif succès.

Il crée des décors d’intérieur pour des personnalités célèbres. Même le président des États-Unis fait appel à ses services pour l’aménagement du salon rouge et bleu de la Maison blanche. Malheureusement, il ne reste à peu près rien de ses réalisations de cette époque.

La «Favrie»

En 1822, inspiré peut-être par l’Art nouveau, il réalise des œuvres en verre dans ce style: vases, carrelages, mosaïques, vitraux. Le succès aidant, il crée sa propre entreprise et invente un procédé de fabrication de verre opaline.

Vers 1893, il invente une nouvelle technique, la «Favrie», consacrée au façonnage à la main d’articles comme des vases, des bols, d’autres contenants. Il s’occupe également de vitraux.

En 1902, il devient directeur artistique de Tiffany & Co, une florissante entreprise offrant une gamme complète de décoration d’intérieur. Lui-même dessine des lampes et des abat-jour en verre, combinant harmonieusement plusieurs couleurs. Progressivement, il se retire des affaires vers la fin des années 1920 et il décède à 85 ans, en 1933.

Lampes et vitraux

L’exposition de Montréal est la première exposition de cette importance consacrée au Canada à Louis C. Tiffany.

Près de 180 œuvres sont réunies, parmi lesquelles un ensemble de dix-huit vitraux religieux de grandes dimensions, un large éventail de vases en verre aux formes organiques, une série de lampes ornées de glycines, de libellules et de magnolias, quelques exemples de tableaux, de mosaïques, de bijoux, de même que des dessins originaux des ateliers Tiffany et des photographies d’époque.

Un ensemble de dix-sept vitraux appartenant au Musée des beaux-arts de Montréal constitue l’un des temps forts de la rétrospective.

«Puisqu’ils devaient être démontés [de l’église Erskine and American] en raison des travaux d’expansion, j’ai tout de suite vu l’opportunité unique d’en faire une exposition», explique Nathalie Bondil, directrice du Musée. «Après plus d’un demi-siècle d’oubli, ce patrimoine montréalais et canadien –la plus importante commande de Tiffany au Canada – est enfin redécouvert. Il s’agit du chantier de restauration le plus important de l’histoire du Musée», conclut-elle.

Les spécialistes affirment que ces vitraux sont issus de la meilleure période des ateliers Tiffany, entre 1897 et 1902. Ils sont présentés à hauteur des yeux.

Le catalogue

Cette exposition donne lieu à la publication d’un superbe livre d’art, le catalogue, qui constituera un excellent souvenir pour les visiteurs qui ne voudront pas manquer de voir cette exposition. (Sinon, il faudra aller au Virginia Museum of Fine Arts, à Richmond, aux États-Unis, qui accueillera l’exposition du 29 mai au 15 août 2010.) Et pour qui ne peut se rendre à Montréal, cet ouvrage permet de mieux connaître le créateur et ses réalisations.

Première publication majeure en français sur Tiffany, ce catalogue compte 261 pages et 250 illustrations. Il réunit des essais par les conservateurs et plusieurs spécialistes qui étudient de près l’œuvre de Tiffany et la remettent dans son contexte.

Ce livre est divisé en six chapitres: Les débuts; Intérieurs; Vitraux; Vases; Luminaires et objets décoratifs; Rayonnement international. Suivent les notices, la chronologie, la liste des œuvres et une bibliographie sélective. De magnifiques illustrations accompagnent les textes.

Une occasion unique

Le catalogue donne ainsi la possibilité d’admirer à loisir ces pièces de verre multiformes et multi couleurs, dont le talent de Louis Tiffany a fait l’originalité et la valeur.

Ces véritables sculptures marient les effets et les reflets de la lumière et des couleurs dans une somptueuse harmonie. Bien entendu, la visite de l’exposition permet de mieux apprécier le scintillement lumineux des œuvres exposées, grâce notamment à une scénographie particulièrement soignée.

L’élégant aménagement de l’espace qui rehausse l’éclat des vitraux, met en valeur les innombrables formes du verre Favrile et fait ressortir les lumineuses couleurs des lampes. Celles-ci sont placées sur des socles individuels pour que le visiteur puisse en faire le tour, bénéficier d’une relation particulière avec chaque lampe et d’apprécier la variété des modèles.

Voir cette exposition en personne, ou par le livre d’art auquel elle donne lieu, c’est une occasion rare de découvrir un art aussi original qu’étincelant. À ne pas manquer, si on le peut.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur