St John’s entre ciel et mer


14 octobre 2014 à 10h04

«Les baleines sont parties pour cette année. L’été a été exceptionnellement chaud. Elles sont parties. Je suis désolé.»

Venue spécialement à St John’s, Terre-Neuve pour nager avec les baleines, la déception est grande et doit se lire sur mon visage, car mon hôte me demande aussitôt: «Voulez-vous annuler votre séjour à St John’s?». Un «Non!» fuse aussitôt. Pas question d’annuler ma visite à cette partie la plus à l’Est du Canada. «Qu’avez-vous à me proposer pour un petit 48h dans votre ville?»

Excursions en eaux troubles

Anxieux de me mettre à l’eau et d’entretenir l’illusion de possiblement voir des baleines au large, mon hôte m’inscrit sur un tour en bateau avec la compagnie O’Brien, réputée pour ses croisières à la rencontre de baleines et oiseaux marins. Le bateau quitte Bay Bulls sous un ciel d’encre et sur une mer houleuse.

Il a peut-être fait un temps de rêve à St John’s tout l’été, mais depuis mon arrivée, le temps est à l’orage.

On quitte la baie protégée et nous pénétrons dans la grande mer où les vagues soulèvent joyeusement le bateau. Bientôt la démarcation entre le ciel et l’océan s’estompe et le gris nous enveloppe, ainsi que la pluie. Le capitaine du bateau, très jovial, nous demande de bien nous tenir et nous contamine de sa bonne humeur.

Elle aura raison du brouillard et lorsque nous arrivons à l’ile aux oiseaux, je peux admirer des centaines de macareux pêcher, voler, nidifier aux côtés de toutes sortes de variétés de mouettes et sous la menace de quelques aigles venus chercher pitance dans ce grand vivier à plumes.

Je me laisse attendrir par le spectacle désarmant que m’offrent ces petits oiseaux noir et blanc à bec orange et en oublie presque mes baleines.

Épaves et kayak

Le ciel redevenant opaque, les ballades irlandaises chantées par le capitaine me bercent jusqu’à bon port et permettent à mon imagination de m’évader vers des histoires de bateaux hantés et de cimetière d’épaves.

Tentée par les épaves? Qu’à cela ne tienne. Ma prochaine aventure – toujours en mer- m’amènera en kayak au-dessus d’un cimetière de bateaux engloutis. Le temps toujours peu coopératif ne me permet pas de sonder les eaux alors que nous pagayons tranquillement au-dessus du cimetière. Je n’ai plus qu’à m’en remettre à la parole de mon guide, prolixe en anecdotes.

Lorsque je sonde l’ardoise du ciel et de la mer, je n’ai aucun mal à imaginer les nombreux naufrages et encore une fois mon imagination galope vers des mythes et des histoires que je garderai pour plus tard.

Deux heures et demie de kayak me permettent d’apprendre beaucoup sur les propriétés des différentes algues, de récolter oursins et étoiles de mer, d’apercevoir deux aigles royaux pêcher et planer au-dessus de la forêt côtière, de pagayer devant des chutes que la pluie est venue grossir, de me fondre dans un décor merveilleux sans horizon et de tester mes résistances physiques de citadines en grande mer. Un grand bol d’air frais. Une aventure que je ne manquerai pas de renouveler.

En route vers St John’s, je m’arrête dans le petit port de pêche Petty Harbour, rendu célèbre pare le film Orca mettant en vedette une orque venue se venger de pêcheurs impitoyables et détruisant la moitié des bateaux et des habitations sur pilotis de ce village.

Heureuse finalement d’avoir été en mer avant de venir ici rafraîchir ma mémoire cinéphile. Le charme pittoresque du port reste intact et je me perds un long moment en contemplation.

À flanc de falaise

«Êtes-vous déjà allée au point le plus à l’Est du pays?». Sûre de sa réponse, ma guide m’entraîne vers Cape Spears pour y voir le phare et les fortifications érigées pendant la Seconde Guerre Mondiale émerger de brouillard.

La visite de ces bunkers révèle la peur d’une attaque du continent par la mer. Rien ne survint pourtant. La promenade dans les environs offre un panorama grandiose sur l’océan et ses falaises découpées.

La jonction de deux pistes de la célèbre East Coast Trail. Des possibilités de randonnées infinies dans un décor somptueux. Une matinée ne permettant qu’une mise en bouche de la grandeur des sentiers de marche de ce côté-ci de Terre-Neuve.

Les deux phares (l’original datant de 1810, et le récent de 1955) pointent à travers la brume tels des vigiles fantômes de l’activité nautique. Au son de la corne de brume me reviennent des images tirées des descriptions du livre The Fog de Stephen King. Il y a décidément une aura de mystère dans cette partie est de la province.

Autre belle balade en bord de mer, celle qui mène à Signal Hill, juste à côté de St John’s. Moins sauvage, elle n’en reste pas magnifique avec son passage près de maisons de pêcheurs et villas privées colorées, entre les rocs et à flanc de falaise dans le passage exigu «The Narrows», avec toujours une vue surplombante sur la mer et les villages de l’autre côté de l’anse.

Même sous la pluie, la marche reste sympa. Le fort en haut de la colline se distinguant à peine dans le brouillard, et les formes dessinées par le vent et la pluie sur l’océan méritent un temps d’arrêt et promettent des débordements d’imagination fous.

On peut prendre l’une de ces pistes et marcher ainsi la journée. Pour les grands randonneurs, se munir d’une carte à l’office du tourisme, se munir d’eau et de bonnes chaussure est la porte d’entrée à de belles randonnées que des arrêts en Bed and Breakfast rendront encore plus agréables et enrichissantes.

Baleines ou pas, St John’s reste un coup de cœur et invite à y revenir. Qui sait, l’année prochaine, les baleines m’attendront-elles peut-être?

Renseignements

Y aller: Air Canada offre plusieurs vols par jour de Toronto
Où dormir: Hotel Sheraton St John’s
Kayak de mer: Stan Cook Sea Kayak Adventures
Sortie en mer: O’Brien’s boat tours
Randonnées: The East Coast Trail

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Les Red Wings gâchent le retour de William Nylander

La partie de lundi soir marquait le retour dans la formation torontoise de l'attaquant William Nylander.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 23h26

ARTmonie contre les stéréotypes de genre

Viamonde
Des élèves des écoles Micheline-Saint-Cyr, de Toronto, et De-Lamothe-Cadillac, de Windsor, ont remporté le concours ARTmonie dans les écoles du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 17h00

Université et commissariat: il faut une protection constitutionnelle

Le temps est venu d’enchâsser dans la Constitution du Canada des droits linguistiques pour la population de l’Ontario.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 15h00

Immersion dans l’Université de Toronto, dans le top 25 mondial

U of T
Plus grande université du Canada, l'Université de Toronto est une institution de prestige reconnue dans le monde entier.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur