Souvenirs de Provence au Dark Horse Espresso

Partagez
Tweetez
Envoyez

Plongée dans la Provence des années 1950: visages attachants et scènes nostalgiques attendent les curieux dans le bar Dark Horse Espresso, sur la rue Queen. C’est là que Toni Harting expose une nouvelle série de clichés provençaux, pris entre 1951 et 1961.

Un baiser furtif, dans l’ombre d’un couloir, des enfants jouant au bord de l’eau, Picasso aux arènes d’Arles, deux vieillards assis sur un banc…

Des scènes presque anodines mais qui disent plus qu’elles n’en ont l’air. Ces photos en noir et blanc révèlent une atmosphère douce et nostalgique, l’atmosphère d’une époque révolue, saisie sur le vif par le photographe Toni Harting. Lorsque l’on regarde ses photos, on ne peut s’empêcher de penser à Doisneau. L’artiste ne le nie pas mais défend aussi son propre style!

Entre 1951 et 1961, Toni Harting passe ses étés en Provence, une guitare à la main, jouant au musicien ambulant avec un compatriote. C’est pendant ces étés de bohème que le jeune étudiant ingénieur exercera son oeil artistique pour bâtir au fil des ans, à son insu, ce qui deviendra sa collection provençale.

«Je n’ai pas pris ces photos dans un but spécialement artistique, je les ai faites pour moi, comme de simples souvenirs de vacances. Récemment, un ami, voyant ces photos, m’a conseillé de les rendre publiques. En effet, elles présentent un beau regard frais sur la Provence et elles ont aussi une valeur historique.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cet ami a eu du flair. Car ces photos plaisent. «Ce sont des photos joyeuses et honnêtes de la vie de tous les jours. Elles documentent la vivacité et la gaieté tant de l’époque que du coeur de cette Provence enchanteresse.» Le sujet peut sembler suranné et lointain pour des Nord-Américains baignant dans une tout autre culture.

Mais ces photos ont quand même trouvé leur public. «Ceux qui apprécient mes photos ne sont pas les Nord-Américains que l’on se plaît à caricaturer. Ce sont des artistes, peintres ou écrivains, qui ont un esprit plus ouvert, ce sont aussi des voyageurs qui savent regarder autour d’eux et voient ce qui les entoure de manière différente.»

Ingénieur de formation, Toni Harting a quitté les Pays-Bas pour venir s’installer à Toronto en 1970. Abandonnant son métier, il se lance ensuite comme photographe et auteur, et se spécialise dans le domaine du canoë. Aujourd’hui, il se consacre en priorité à l’écriture et prépare un ouvrage qui regrouperait ses photos de Provence assorties de textes relatant ses anciennes aventures estivales.

En juin prochain, l’Alliance française ouvrira ses portes à Toni Harting, dans une grande exposition qui montrera 50 de ses clichés provençaux. Une exposition tournante dans les Alliances françaises d’Europe est aussi en gestation. Alors, si les éditeurs canadiens et français sont encore frileux devant son projet de livre jugé «trop cher et trop risqué», Toni Harting espère bien que le succès de ses expositions fera tourner le vent en sa faveur…

Provence People 1951-1961, photographies noir et blanc de Toni Harting, Dark Horse Espresso Bar, 682 rue Queen Est, 7h-19h, du 1er au 31 octobre. Plus de renseignements au www.toniharting.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur