Sibelius: la musique du Nord

Partagez
Tweetez
Envoyez

Il ya 150 ans naissait Johan Christian Julius Sibelius. Plus connu comme Jean Sibelius, le compositeur le plus célèbre des Finlandais ne serait-il pas aussi le compositeur le plus proche de nous? Ne décrit-il pas «les horizons démesurés de la Finlande, avec leurs vastes forêts solitaires, leur lumière d’un gris argenté monocorde»? (hellocoton.fr)

C’est un peu l’impression que nous avons eue après avoir passé quelques semaines de travail en Finlande et parlé avec plusieurs Finlandais en public ou en privé. Mais peut-être y a-t-il plus de forêts de bouleaux en Finlande que chez nous.

Selon un autre commentateur parlant des œuvres de Sibelius, «sa manière de créer des paysages, de faire entendre les rudesses et les tempêtes de la nature en font un musicien à la fois du Nord et du soleil». (theatre-imperial.com)

Serait-ce la raison de cette remarque du chef d’orchestre Herbert von Karajan, «La musique de Sibelius est tellement hors de ce monde», à laquelle fait écho ce critique d’art français, «comme sont tellement loin de nos paysages tempérés les horizons démesurés de la Finlande». (Télématin.fr)

Toutes ces évocations ne nous sont-elles pas bien familières, tout comme ces quelques mots de Sibelius lui-même: «Dehors, il neige, mais le printemps transparait. La vie s’éveille. Cette vie que j’aime tant, sentiment dont tout ce que j’écris doit porter l’empreinte.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce compositeur «qui vient du froid» comme un auteur titre son article nous serait sans doute plus familier si nous le connaissions mieux. Les 150e anniversaire de sa naissance en est peut-être l’occasion.

Repères biographiques

Jean Sibelius est né le 8 décembre 1865 à Hämeenlinna, alors une petite agglomération du sud de la Finlande au bord du lac Vanajavesi, entourée de collines, dominée par un château médiéval. Cet environnement romantique exercera certainement une influence sur sa musique. Sa famille est suédophone, ce qui ne l’empêchera pas d’être parfaitement bilingue (suédois et finnois).

Il n’a que deux ans lorsque son père, médecin militaire, décède lors d’une épidémie de choléra. C’est son oncle qui va s’occuper de lui. Celui-ci est un musicien amateur qui transmet ses connaissances musicales à son neveu. Très jeune, Sibelius apprend la musique et il peut composer au piano sa première œuvre à l’âge de dix ans, Goutte d’eau.

En 1876, alors que le contexte social promeut la culture finnoise, ses parents l’inscrivent dans une école dont les cours sont en finnois. Il poursuit ensuite sa scolarité au lycée d’Hämeenlinna jusqu’en 1885. De la domination suédoise, la Finlande était passée sous la souveraineté de la Russie en 1809 en tant que Grand-duché autonome (jusqu’en 1917).

À 14 ans, Sibelius reçoit un violon en cadeau et prend des leçons auprès du chef de l’Harmonie militaire d’Hämeenlinna. En 1885, sa famille lui fait entreprend des études de droit à Helsinki. Il étudie aussi le violon à l’Institut de musique et compose un trio et un quatuor à cordes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 1888, Sibelius travaille à Berlin où il rencontre le fondateur de l’orchestre philharmonique d’Helsinki, Robert Kajanus. Il retourne à Helsinki en en 1889 et sort de l’anonymat. Puis il travaille à Vienne jusqu’en 1891, année de son retour en Finlande.

«Ses facultés créatrices vont maintenant éclater et de nombreux projets musicaux mûrissent dans son esprit. À cette époque, un fort courant nationaliste contre la Russie se fait sentir dans toute la Finlande. Sibelius s’inspire de ces idées et participe à l’élan national.» Son poème symphonique Kullervo, héros tragique de l’épopée nationale, connaît un grand succès.

La célébrité va suivre et entre 1899 et 1925, Sibelius compose ses célèbres sept symphonies, et d’autres pièces symphoniques comme En saga, Karelia, Suite Lemminkäinen, dont la pièce la plus connue est le Cygne de Tuonela, Finlandia, devenue rapidement un hymne officieux de la Finlande, La Fille de Pohjola, Svanevi, et des œuvres diverses, romance, sérénades, Humoresques (6), etc.

Il travaillait à sa huitième symphonie quand il décède à 91 ans, le 20 septembre 1957 à Järvenpää, dans la maison qu’il s’y était fait construire et où il s’était installé le 24 septembre 1904.

Comprendre Sibelius

Ces quelques repères biographiques permettent de suivre Sibelius dans le temps et dans l’espace. Mais ils sont insuffisants pour comprendre sa musique. Heureusement, un petit livre vient nous aider à la faire, celui que Richard Millet a consacré à Sibelius, Les cygnes et le silence.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est, à notre connaissance, le seul ouvrage récent en français consacré à ce compositeur, son anniversaire de naissance n’ayant pas suscité l’intérêt des auteurs et éditeurs habituels.

Il ne s’agit pas d’une biographie classique mais d’une évocation du compositeur par touches successives et diversifiées, qui singularisent l’homme et son œuvre. Voici quelques exemples: Valse triste, Le pays, le monde, Le compagnon secret, La vie…

D’une lecture agréable, mais solidement musicale, ce livre se présente comme «l’accompagnement spirituel d’une grande aventure artistique». (resmusica.com). En quelques page, c’est l’occasion de découvrir ce musicien lointain et pourtant si proche de nous par son romantisme nordique.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur