Richard Wagner juge en chef du Canada

Richard Wagner


12 décembre 2017 à 15h05

C’est un juge du Québec choisi par Stephen Harper, Richard Wagner, que le premier ministre Justin Trudeau a nommé ce mardi 12 décembre juge en chef du Canada, c’est-à-dire de la Cour suprême.

Après le départ à la retraite de l’actuelle juge en chef, l’Albertaine Beverley McLachlin, à la fin de cette semaine, le juge Wagner sera assermenté comme juge en chef et membre du Conseil privé de la Reine pour le Canada ce lundi 18 décembre.

«J’ai une confiance absolue en la capacité de Richard Wagner de diriger le plus haut tribunal du Canada, une institution respectée qui perpétue une longue tradition d’indépendance judiciaire et d’excellence», a déclaré le premier ministre. «Le système judiciaire, la profession juridique et tous les Canadiens seront bien servis par sa volonté d’assurer le respect des lois et de la Constitution sur lesquelles repose ce pays.»

Brébeuf et Ottawa

Richard Wagner, qui a eu 60 ans cette année, est né à Montréal et a étudié au Collège Jean-de-Brébeuf, puis à l’Université d’Ottawa, recevant sa licence en droit en 1979. Il a exercé la profession d’avocat au cabinet Lavery, de Billy jusqu’à sa nomination à la Cour supérieure du Québec en 2004. Cet expert du droit immobilier et des recours collectifs a aussi enseigné à l’École du Barreau du Québec.

Il a siégé à la Chambre civile, à la Chambre commerciale et à la Chambre criminelle de la Cour supérieure du Québec jusqu’en 2011, quand il a été nommé à la Cour d’appel du Québec. Il a été nommé juge à la Cour suprême du Canada le 5 octobre 2012.

L'édifice de la Cour suprême du Canada. (Photo: Stephen Boisvert commons.wikimedia)
L’édifice de la Cour suprême du Canada. (Photo: Stephen Boisvert commons.wikimedia)

Son père Claude Wagner a été juge lui aussi avant de faire le saut en politique provinciale, puis fédérale. Ministre de la Justice sous Jean Lesage, il a été candidat à la direction du Parti libéral du Québec (défait par Robert Bourassa), puis du Parti progressiste-conservateur du Canada (défait par Joe Clark), avant d’être nommé au Sénat par Pierre Trudeau.

Remplacerait le gouverneur général

La Cour suprême du Canada compte neuf juges, dont le juge en chef. Celui-ci préside les audiences de la Cour et supervise le travail de la Cour en désignant les juges qui entendront les affaires et les requêtes dont la Cour est saisie.

Outre ses fonctions judiciaires, le juge en chef préside le Conseil canadien de la magistrature, composé des juges en chef et juges en chef adjoints ou associés des cours supérieures fédérales et provinciales, des juges principaux des cours supérieures territoriales, et le juge en chef de la Cour d’appel de la cour martiale du Canada.

Il préside aussi le comité qui recommande au gouverneur général la nomination des récipiendaires de l’Ordre du Canada, ainsi que le Conseil des gouverneurs de l’Institut national de la magistrature, qui élabore et offre divers programmes de formation destinés à tous les juges du Canada.

Si la gouverneure générale Julie Payette devait décéder, se retrouver en incapacité, être renvoyée ou s’absenter du pays pour une période de plus d’un mois, Richard Wagner deviendrait également l’administrateur du Canada et exercerait tous les pouvoirs et attributions du gouverneur général.

L'édifice de la Cour suprême vue de la rivière des Outaouais. (Photo: Philippe Landreville, Collection de la Cour suprême du Canada)
L’édifice de la Cour suprême vu de la rivière des Outaouais. (Photo: Philippe Landreville, Collection de la Cour suprême du Canada)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur