Reflet Salvéo surveille l’évolution du financement de la santé

Le nouveau gouvernement pourrait revoir la bureaucratie de la santé

Reflet Salvéo
Près de 70 personnes ont participé à l'assemblée générale de Reflet Salvéo
Partagez
Tweetez
Envoyez

On s’est inquiété de l’avenir des subventions provinciales, et donc du budget de Reflet Salvéo, lors de la huitième assemblée générale annuelle de l’organisme lundi soir à Mississauga.

Le nouveau gouvernement conservateur de Doug Ford pourrait en effet revoir toute la bureaucratie du système de santé, qui repose sur les RLISS (Réseaux locaux d’intégration) conseillés par des «entités» francophones comme Reflet Salvéo pour Toronto et ses banlieues ouest.

Fins de projets

«Nous avons eu moins de recettes cette année, car certaines concernaient des projets spécifiques qui ont pris fin», a indiqué la trésorière Sylvie Lavoie.

Au sujet des subventions provinciales, «il n’y a pas de changement prévu dans les financements pour le moment», dit-elle. «Le budget de base a été confirmé.»

«Nous travaillerons à respecter nos engagements et nos objectifs, et ce peu importe le gouvernement», a également expliqué le directeur général Gilles Marchildon. «Nous avons montré que nous étions capables de gérer convenablement nos ressources. Nous pouvons donc prétendre à de nouveaux financements afin de continuer de développer les services de santé en français.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Reflet Salvéo
Gills Marchildon, directeur général, et Solange Belluz, présidente du conseil d’administration.

Partenariats

Néanmoins, Reflet Salvéo tente de se prémunir des risques et d’anticiper de possibles changements. Et pour cela, l’organisme est à la recherche de nouveaux partenariats, afin de diversifier ses sources de revenus.

«Nous avons déjà une rencontre de prévue avec le centre de santé communautaire de Regent Park», a précisé Gilles Marchildon. «Le but est de refaire à nouveau ce que nous avons déjà fait avec le Centre de santé communautaire de Mississauga

Encore beaucoup à faire

Malgré ces inquiétudes sur la pérennité des financements provinciaux, Reflet Salvéo reste confiant et compte bien mener sa mission à bien.

«Il reste beaucoup de travail à faire afin d’approfondir les services de santé en français, ainsi que l’accès à ces services», a précisé Gilles Marchildon.

«Nous voulons améliorer l’identification des patients et de leurs besoins, ainsi que les professionnels capables de parler en français. Notre but est de faire en sorte qu’il y ait un agencement plus organisé, qui soit moi dû au hasard.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Bonne participation

«Nous devons être stratégiques dans la formulation de nos orientations, pour qu’elles reflètent les objectifs du gouvernement. Nous restons dans l’idée de faire progresser les services de santé en français.»

Et Reflet Salvéo bénéficie du soutien de ses membres. «Nous étions très satisfaits de cette assemblée générale», se sont félicité Gilles Marchildon et la présidente réélue Solange Belluz. «Près de 70 personnes ont répondu présentes et ont posé beaucoup de questions. Cela signifie que les gens sont sensibles à notre travail et qu’ils tiennent aux services de santé en français, nous les remercions.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur