Récupération du plastique dans le Pacifique: l’échec prévisible

L'idée était bonne, mais pas en haute mer

pollution plastique

Un élément de la barrière d'Ocean Cleanup.


10 janvier 2019 à 9h00

Les médias ont fait état en fin de semaine des déboires du projet de récupération de «l’île de plastique» dans l’océan Pacifique. Pourtant, ce ne sont pas seulement des déboires: c’est un échec qui était écrit dans le ciel, ou plutôt dans l’océan.

Un océan, c’est en effet composé de courants marins capricieux dont certains peuvent être très violents. C’est dans ce contexte que, le 31 décembre, une partie de la barrière flottante du projet Ocean Cleanup s’est rompue, obligeant l’équipe à en ramener les morceaux à Hawaï.

pollution plastique
Microplastiques dans nos rivières et océans.

Courants marins trop puissants

Or, qu’une barrière flottante de 600 mètres de long se rompe en plein milieu de l’océan Pacifique n’avait rien d’étonnant pour tous ceux qui avaient mis en doute la vraisemblance du projet.

Les océanographes Kim Martini et Miriam Goldstein par exemple, dès 2014, écrivaient que l’étude de faisabilité du projet s’appuyait beaucoup trop sur les courants marins «moyens» et pas assez sur les courants «extrêmes» susceptibles de mettre à mal la barrière.

80 000 tonnes

Qui plus est, même avant le bris, Ocean Cleanup n’était pas à la hauteur des attentes: l’organisation estimait avoir recueilli environ 4500 livres de débris — du plastique, mais aussi des filets de pêche — soit loin des 150 000 livres qui constituaient l’objectif pour la première année.

À titre de comparaison, ce qu’on appelle erronément une «île» ou un «continent» de plastique est en fait un territoire marin de plus d’un million et demi de kilomètres carrés où flotteraient 2000 milliards de morceaux de plastique de toutes les tailles totalisant 80 000 tonnes.

pollution plastique
La barrière à l’oeuvre.

L’idée d’un adolescent

Formulé pour la première fois en 2012 dans une conférence TED, le projet a tout de suite beaucoup fait parler de lui parce que son auteur était un adolescent, le Néerlandais Boyan Slat.

Le jeune Boyan Slat sur la scène du TED Talk qui a lancé le projet Ocean Cleanup.

Celui-ci a réussi à amasser pas moins de 30 millions $ pour son idée: une barrière flottante en U, de 600 mètres de long par 3 mètres de haut, qui ramasserait les débris flottants à la manière d’un balai, lesquels débris seraient périodiquement ramenés sur la terre ferme.

Goldstein et Martini écrivaient également en 2014 que le projet n’avait pas tout faux, s’il permettait d’attirer l’attention sur la pollution de plastique dans les océans.

Plus utile près des sources de pollution

C’est aussi ce que disait cette semaine au New York Times Nicholas Mallos, directeur du programme de lutte contre les déchets chez Ocean Conservancy.

Mais bloquer les déchets avant qu’ils n’atteignent la haute mer serait, disait-il, une «approche plus efficace»: en plaçant de telles barrières près de l’embouchure des rivières ou à proximité des villes côtières.

C’est ce que fait depuis 2014, à Baltimore, un «intercepteur de déchets» appelé «Mr. Trash Wheel» qui, dans l’embouchure de la rivière Jones Falls, récupère les détritus avant qu’ils n’entrent dans la baie, puis l’océan.

pollution plastique
Mr. Trash Wheel à Baltimore. (Photo: Matthew Bellemare, Wikipedia Commons)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Non, la roue n’a pas été inventée avant le mur

Contrairement à ce qu'a dit le président Donald Trump à la frontière mexicaine le 10 janvier, le concept de mur n'est pas plus ancien...
En lire plus...

21 janvier 2019 à 7h00

Hergé et Tintin ont traversé le vingtième siècle

Les aventures de Tintin, héros du dessinateur belge Hergé (Georges Remi), sont célèbres dans le monde entier, dans plusieurs langues, avec environ 230 millions...
En lire plus...

20 janvier 2019 à 11h00

Secrets dans les brumes d’une lagune

roman
Dès qu’on mentionne le nom de Donna Leon, on pense au commissaire Guido Brunetti et à Venise, lieu où se déroule l’action des polars...
En lire plus...

20 janvier 2019 à 9h00

Quiz: Journées mondiales de la jeunesse

JMJ - 20 janvier
Quel pape a fondé les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) en 1984?
En lire plus...

20 janvier 2019 à 7h00

Que veulent les Anglos du Québec?

What do Anglos want?
Les récents événements en Ontario ont amené à comparer la réalité des Franco-Ontariens à celle des Anglo-Québécois. Leurs situations sont bien différentes, et la...
En lire plus...

19 janvier 2019 à 9h00

Inquiétant déclin des monarques selon le recensement citoyen

environnement
La population de papillons monarques en Californie était, en novembre 2018, de 86% inférieure au mois de novembre de l’année précédente, selon l'initiative citoyenne...
En lire plus...

19 janvier 2019 à 7h00

Trafic humain: l’impunité est encore la norme

esclavage prostitution
Fin 2018, le prix Nobel de la paix reconnaissait les milliers de Yézidies victimes d’esclavage sexuel en Iraq. Début 2019, l’ONU publie un rapport...
En lire plus...

18 janvier 2019 à 14h16

Invitation dans la tête d’Anique Granger

Ruban de la cassette
L’auteure-compositrice-interprète fransaskoise Anique Granger cherchait un cadre pour écrire autrement. Ça a donné un balado, «Le ruban de la cassette», une invitation à suivre...
En lire plus...

18 janvier 2019 à 8h00

Un nouveau point de service du Centre francophone à Mississauga

CFT
Le Centre francophone de Toronto ouvrait officiellement son point de service à Mississauga ce jeudi 17 janvier.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 17h00

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur