Récupération du plastique dans le Pacifique: l’échec prévisible

L'idée était bonne, mais pas en haute mer

pollution plastique

Un élément de la barrière d'Ocean Cleanup.


10 janvier 2019 à 9h00

Les médias ont fait état en fin de semaine des déboires du projet de récupération de «l’île de plastique» dans l’océan Pacifique. Pourtant, ce ne sont pas seulement des déboires: c’est un échec qui était écrit dans le ciel, ou plutôt dans l’océan.

Un océan, c’est en effet composé de courants marins capricieux dont certains peuvent être très violents. C’est dans ce contexte que, le 31 décembre, une partie de la barrière flottante du projet Ocean Cleanup s’est rompue, obligeant l’équipe à en ramener les morceaux à Hawaï.

pollution plastique
Microplastiques dans nos rivières et océans.

Courants marins trop puissants

Or, qu’une barrière flottante de 600 mètres de long se rompe en plein milieu de l’océan Pacifique n’avait rien d’étonnant pour tous ceux qui avaient mis en doute la vraisemblance du projet.

Les océanographes Kim Martini et Miriam Goldstein par exemple, dès 2014, écrivaient que l’étude de faisabilité du projet s’appuyait beaucoup trop sur les courants marins «moyens» et pas assez sur les courants «extrêmes» susceptibles de mettre à mal la barrière.

80 000 tonnes

Qui plus est, même avant le bris, Ocean Cleanup n’était pas à la hauteur des attentes: l’organisation estimait avoir recueilli environ 4500 livres de débris — du plastique, mais aussi des filets de pêche — soit loin des 150 000 livres qui constituaient l’objectif pour la première année.

À titre de comparaison, ce qu’on appelle erronément une «île» ou un «continent» de plastique est en fait un territoire marin de plus d’un million et demi de kilomètres carrés où flotteraient 2000 milliards de morceaux de plastique de toutes les tailles totalisant 80 000 tonnes.

pollution plastique
La barrière à l’oeuvre.

L’idée d’un adolescent

Formulé pour la première fois en 2012 dans une conférence TED, le projet a tout de suite beaucoup fait parler de lui parce que son auteur était un adolescent, le Néerlandais Boyan Slat.

Le jeune Boyan Slat sur la scène du TED Talk qui a lancé le projet Ocean Cleanup.

Celui-ci a réussi à amasser pas moins de 30 millions $ pour son idée: une barrière flottante en U, de 600 mètres de long par 3 mètres de haut, qui ramasserait les débris flottants à la manière d’un balai, lesquels débris seraient périodiquement ramenés sur la terre ferme.

Goldstein et Martini écrivaient également en 2014 que le projet n’avait pas tout faux, s’il permettait d’attirer l’attention sur la pollution de plastique dans les océans.

Plus utile près des sources de pollution

C’est aussi ce que disait cette semaine au New York Times Nicholas Mallos, directeur du programme de lutte contre les déchets chez Ocean Conservancy.

Mais bloquer les déchets avant qu’ils n’atteignent la haute mer serait, disait-il, une «approche plus efficace»: en plaçant de telles barrières près de l’embouchure des rivières ou à proximité des villes côtières.

C’est ce que fait depuis 2014, à Baltimore, un «intercepteur de déchets» appelé «Mr. Trash Wheel» qui, dans l’embouchure de la rivière Jones Falls, récupère les détritus avant qu’ils n’entrent dans la baie, puis l’océan.

pollution plastique
Mr. Trash Wheel à Baltimore. (Photo: Matthew Bellemare, Wikipedia Commons)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Écriture soignée et soyeuse

roman Lévesque éditeur
Journaliste-photographe dans plusieurs médias québécois, Jean-François Villeneuve a publié un premier roman intitulé Les chambres obscures. Le titre renvoie aussi bien à des pièces...
En lire plus...

24 mars 2019 à 9h00

Quiz : Gestation et espérance de vie

Épaulard
Quiz : Quelques questions sur la gestation et l'expérance de vie des animaux.
En lire plus...

24 mars 2019 à 7h00

Les Rangers ont le dessus sur les Maple Leafs

Les Maple Leafs étaient de retour à domicile samedi soir pour la dernière rencontre du samedi de la saison après avoir été sur la...
En lire plus...

23 mars 2019 à 23h54

Le Thunder prend sa revanche sur les Raptors

Mike Laviolle
Il y avait comme une odeur de phases finales, vendredi soir à l’Aréna Scotiabank, pour la rencontre qui opposait les Raptors de Toronto au...
En lire plus...

23 mars 2019 à 17h00

Les Québécois sont bourrés de contradictions

Le sondeur et conseiller en mise en marché Jean-Marc Léger raffine depuis plusieurs années son expertise de la mentalité des Québécois, qu’il explique dans...
En lire plus...

23 mars 2019 à 15h00

Regagner du muscle pour contrer le vieillissement

vieux
Moins loin, moins souvent: les déplacements des personnes âgées se réduisent avec l’âge. De nombreux aînés préfèrent rester à la maison et limiter leurs...
En lire plus...

Appropriation culturelle: pour ou contre un droit de regard sur la création?

appropriation culturelle
Le débat québécois entourant l’appropriation culturelle gagne toute la francophonie. Chez nous, la réflexion amorcée fait-elle davantage référence à un réflexe défensif ou à...
En lire plus...

23 mars 2019 à 11h00

L’élimination des frais de scolarité: illusoire

Glendon
Dans un monde idéal, il serait très agréable de ne pas avoir à payer de frais de scolarité à l'université. Cependant, lorsque les étudiants...
En lire plus...

23 mars 2019 à 9h00

Il ne resterait que 10 marsouins du Pacifique

Le prochain animal à être officiellement déclaré éteint sera peut-être le vaquita, ou marsouin du Pacifique. Avec seulement 10 individus, il est devenu le...
En lire plus...

23 mars 2019 à 7h00

Karen Vanderborght veut reconnecter les jeunes et les aînés

Jusqu’au 28 mars chez Trinity Square Video, l’artiste Karen Vanderborght partage avec le public son projet «Grey Matter». À l’aide de leur cellulaire et...
En lire plus...

22 mars 2019 à 18h50

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur