Que veulent les Anglos du Québec?

Comparaisons entre l’Ontario français et le Québec Anglais

What do Anglos want?

Des dirigeants du Quebec Community Groups Network témoignant en commission parlementaire.


19 janvier 2019 à 9h00

Les récents événements en Ontario français ont amené à tenter certaines comparaisons entre ce que vivent au quotidien les Franco-Ontariens et les Anglo-Québécois. À première vue, leurs situations sont bien différentes. Mais la communauté anglophone a aussi ses demandes.

D’entrée de jeu, le président du Quebec Community Groups Network (QCGN anciennement Alliance Québec), Geoffrey Chambers, tient à apporter son soutien aux dernières revendications des Francos-Ontariens face aux décisions du gouvernement Ford, qu’il réprouve.

What do Anglos want?
Geoffrey Chambers

À ceux qui pensent cependant que le panier de récriminations est vide pour les anglophones du Québec, il n’en est rien.

Intérêts régionaux

Le représentant du réseau regroupant 58 organismes anglophones à travers le Québec convient que «les intérêts peuvent être différents d’une région à l’autre».

Il y a sûrement une différence dans une région comme Québec, qui compte près de 15 000 anglophones, et Montréal. Là, c’est plutôt 600 000 personnes qui maîtrisent la langue de Leonard Cohen, selon les chiffres de 2018 de l’Institut de la statistique du Québec.

Commissions scolaires

Pour 2019, Geoffrey Chambers voit notamment trois points sur lesquels le QCGN demeurera vigilant.

Alors qu’en campagne électorale, la Coalition Avenir Québec (CAQ) a signifié son intention d’abolir les commissions scolaires, il n’est pas question d’accepter une telle décision si cela touche aux commissions scolaires anglophones. Elles sont importantes pour la survie de plusieurs communautés.

Fonction publique

Le président de la QCGN aimerait aussi qu’il y ait plus qu’un maigre 1% d’anglophones dans la fonction publique du Québec.

«On veut participer au Québec moderne, on accepte que le français soit la langue officielle. Mais il est parfois regrettable que les politiques importantes qui touchent notamment les services sociaux — qui ont un impact sur notre communauté — soient souvent rédigées par de hauts fonctionnaires, qui n’ont pas beaucoup de connaissances de la communauté anglophone.»

Cégeps

Enfin, Geoffrey Chambers aimerait bien que les cégeps soient plus ouverts aux anglophones. «Ça devient de plus en plus difficile d’y avoir accès.»

De son côté, la directrice des communications du QCGN, Rita Legault, rappelle que c’est la communauté anglophone qui a créé les établissements qu’elle utilise, tant en santé qu’en éducation, «et qui servent l’ensemble des Québécois».

Génération mieux intégrée

Depuis près de 30 ans, Dave Martin est le directeur à Québec de l’école Carrefour des langues, l’une des plus vieilles écoles privées de langues de la capitale, qui offre des cours en anglais, mais aussi en français ainsi qu’en espagnol et en allemand.

Né d’un père anglophone et d’une mère francophone, il s’est davantage identifié aux anglophones, puisque «j’ai eu toute mon éducation en anglais».

Il se souvient qu’en 1976, alors qu’il avait environ 20 ans, «on se sentait menacé par l’arrivée du PQ». S’il considère que la génération de sa grand-mère était mal intégrée au Québec, celle de sa génération l’est beaucoup plus.

Il considère d’ailleurs que cette dualité linguistique lui a servi en affaires.

De Westmount vers le Plateau

De son côté, Patricia Fillmore est née en Nouvelle-Écosse de parents 100% anglophones et francophiles… à tel point que sa mère faisait partie de la chorale acadienne d’Halifax!

What do Anglos want?
Patricia Fillmore

L’identification, tant aux Maritimes qu’au Québec, n’a jamais été un problème pour elle. Enseignante de français à l’école Villa Maria à Montréal, ses élèves sont anglophones. «Ils semblent apprécier les avantages d’être bilingues. Aux rencontres de parents, beaucoup de parents font l’effort de me parler en français aussi.»

Habitant au Québec depuis une trentaine d’années, elle constate que les anglos de Montréal délaissent l’ouest et se déplacent dans l’est, sur le Plateau, comme le font les Français nouvellement arrivés.

Donc, toujours mieux intégrée la nouvelle génération?

«Je remarque que depuis 7 ou 8 ans, il y a de plus en plus de Français et d’anglophones dans le quartier. Ils ont “l’air’’ de s’intégrer. Je ne pense pas qu’ils envoient leurs enfants à la garderie et à l’école anglaise, car il n’y a pas d’école anglaise tout près. Cela étant, je ne suis pas experte en la matière… je ne parle pas aux Anglais!»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur