Que fait la société pour aider ses enfants handicapés?


27 février 2006 à 17h28

La science fait des miracles et réussit à sauver des nombreuses vies. Mais elle comporte aussi ses ratés et ses laissés-pour-compte. Deux documentaires présentés par l’Office national du film du Canada (ONF) brossent le portrait de fa-mil-les à qui la médecine moderne n’a pas fourni tous les éléments de réponse. Ces dernières vivent avec un enfant autiste ou encore avec un enfant atteint de paralysie cérébrale à la suite d’une naissance prématurée. Un quotidien souvent difficile à porter.

Le premier documentaire, Un Enfant pas comme les autres, plonge le spectateur dans l’univers de Barbara Maka. Cette mère d’un adolescent autiste de 13 ans vit une réalité différente de celle des autres parents.

Quand son fils Jan est né, il était parfaitement «normal», comme les autres. Un adorable chérubin tout sourire que les vidéos de famille montrent en train de s’amuser, de gambader gaiement dans un parc. Ce n’est que plus tard que les signes avant-coureurs de la maladie ont commencé à se faire sentir. Le diagnostique est tombé: Jan souffrait d’autisme, un désordre neurologique complexe qui altère le développement des facultés de communication et d’interaction avec l’entourage.

La réalisatrice d’origine polonaise Anna Barczewska a rencontré cette même famille peu de temps après s’être installée à Toronto, en janvier 2005. Interpellée par la situation, les multiples difficultés traversées par les parents, elle a décidé de consacrer un documentaire au thème de l’autisme.

«Le plus important pour moi était de montrer que ces enfants-là peuvent être utiles à la société et capables de mener une vie indépendante si on leur donne une chance», fait valoir Mme Bar-czewska.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de médicaments efficaces pour lutter contre l’autisme. Seules des thérapies éducatives – notamment, la méthode LOVAAS – ont prouvé leur efficacité. Seulement, elles demeurent dispen-dieuses. Placer son enfant dans une école spécialisée qui offre un tel programme coûte 50 000 $ par année.

«L’autisme n’est pas une maladie mortelle. Ces enfants seront un jour à la charge de la société. Se pose alors la question de savoir ce que l’on va faire d’eux. Est-ce que l’on va continuer à pratiquer la politique de l’autruche et toujours envisager des solutions à court terme?», s’interroge la réalisatrice.

Le second documentaire de l’ONF, intitulé Médecine sous influence, sou-lève de lourdes questions d’ordre éthique. Doit-on sauver tous les nouveaux-nés? Le rôle des médecins est-il d’être des soignants ou bien des performers privilégiant les avancées scientifiques au détriment de l’humain? Quel avenir pour ces bébés qui pèsent à peine 500 grammes à la naissance?

La réalisatrice Linda Moreco donne la parole à des parents qui ont accouché d’enfants prématurés maintenus en vie à coup de soins spécialisés, de cocktails médicamentés, et de tuyaux placés dans la bouche, dans le nez et un peu partout aux extrémités du corps.

Des années plus tard, ces interventions médicales ont laissé de nombreuses séquelles. Les enfants nés prématurés souffrent de paralysies cérébrales, de déficiences intellectuelles et d’handicaps di-vers allant de problèmes respiratoires à une surdité extrême. Que fait-on avec eux?

Depuis les années 90, on constate une recrudescence de ces cas dans les institutions spécialisées. Malaise? Ces enfants feraient-ils partie d’une génération sacrifiée sur l’autel de la science? La néonatologie (unité de naissance) serait-elle devenue un vas-te laboratoire d’expérimentation tentant, à n’importe quel prix, de maintenir ces nouveaux-nés en vie sans se soucier de la qualité de leur existence future?

Médecine sous influence est un documentaire coup de poing, éclairant et édifiant, qui évoque le sort souvent méconnu de ces familles et s’interroge sur la médecine, ses avatars et ses limites.

Médécine sous influence et Un Enfant pas comme les autres seront présentés le mardi 8 novembre à 19h, à la mé-diathèque de l’ONF, au 150 rue John.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Beaujolais Nouveau est arrivé au Ricarda’s

Ricarda's
La Fédération Tricolore a réuni une centaine de Français, francophones et francophiles autour d'un cassoulet ce jeudi soir au Ricarda's (angle Peter et Front)...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 15h36

Un conservatisme anglo régressif, mésadapté, ignorant

Assemblée de la francophonie de l’Ontario
L'Ontario français vient de reculer de 20 ans
En lire plus...

16 novembre 2018 à 13h03

L’écriture impulsive de Didier Leclair

livre
Didier Leclair a rédigé huit romans sans jamais faire un plan, presque toujours de façon impulsive.
En lire plus...

16 novembre 2018 à 11h45

D’un océan à l’autre en vélo

cyclotourisme
Le couple Mat LeBlanc et Ali Becker a traversé le Canada à vélo pour «normaliser la consommation du cannabis et de se débarrasser des...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 9h00

Les premiers Amérindiens ont migré rapidement du Nord au Sud

L’ADN d’un squelette du Nevada vieux de 10 000 ans et l’ADN d’un squelette du Brésil vieux de 10 000 ans montrent des similitudes...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 7h00

La série californienne continue pour les Leafs face aux Sharks (5-3)

Leafs
Les Leafs se sont imposés ce soir lors de leur déplacement à San Jose face aux Sharks (5-3).
En lire plus...

16 novembre 2018 à 1h08

«Jeudi noir» en Ontario français

Double coup de tonnerre en Ontario français jeudi
En lire plus...

15 novembre 2018 à 19h00

Rodéo de photojournalisme pour des étudiants de La Cité

foire agricole
Cinq étudiants du cours de photojournalisme de Linda Dawn Hammond, du Collège La Cité à Toronto, ont visité la foire agricole annuelle de Toronto.
En lire plus...

15 novembre 2018 à 15h00

La programmation informatique s’invite dans nos écoles

Kids Code Jeunesse
Kids Code Jeunesse souhaite rendre accessible les ressources programmatiques aux enfants dans les écoles.
En lire plus...

15 novembre 2018 à 13h00

Faire découvrir notre système judiciaire au jeune public

jeunes
Le ROEJ veut promouvoir le dialogue entre les différents acteurs de notre système judiciaire et les enseignants, les intervenants communautaires et les étudiants.
En lire plus...

15 novembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur