Quand l’historique et le fantastique font bon ménage


1 avril 2014 à 9h57

Après l’immense succès de leur trilogie sur Étienne Brûlé, Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé publient un roman pour ados sur la crise scolaire engendrée par la mise en application du Règlement 17 dans l’Ontario de 1912-1927. Véritable quête identitaire d’un ado franco-ontarien, John et le Règlement 17 permet de revisiter des moments charnières de l’histoire franco-ontarienne.

Il n’est pas évident d’intéresser des ados à une histoire de crise scolaire qui s’est déroulée cent ans passés. Une narration linéaire, respectant les tenants et aboutissements de cette sombre affaire, aurait certainement ennuyé le jeune lectorat visé par Larocque et Sauvé.

Les coauteurs ont opté pour un récit oscillant entre 2012 et 1915, entre le réel, l’historique et… le fantastique.

Juste avant de mourir, le grand-père de John Ménard lui remet une boîte de coupures de presse. Elles racontent la crise scolaire de Green Valley, petit village situé près d’Alexandria (lieu de résidence des coauteurs). John ne va pas lire les articles du journal Le Droit, il va les vivre grâce à la présence de revenants, comme dans Le Horla de Guy de Maupassant.

La citation en exergue du roman est d’ailleurs de Maupassant: «La vraie peur, c’est quelque chose comme une réminiscence des terreurs fantastiques d’autrefois.»

Aux soubresauts de la crise scolaire de 1915 à Green Valley se greffent les trépidations d’un jeune homme énergique et sympathique. John Ménard fréquente une élève qui cherche à lui dicter ses quatre volontés. Il console une mère atteinte du cancer du sein. Et il cherche à éviter à sa sœur cadette les faux pas de la crise de l’adolescence.

Plus le fantôme de Florence Quesnel (institutrice de 1914-1915) se confie à John, plus il veut en savoir au sujet de la crise scolaire de Green Valley. Habité par une présence d’outre-tombe, il se réveille en sursaut à 1 h 11, puis à 4 h 44 (j’ai terminé la lecture du roman à 2 h 22). John vit dans deux mondes, le sien (2012) et celui de ses ancêtres. Son univers «se transforme et devient le leur». Le pari historico-fantastique des coauteurs est on ne peut plus réussi.

Les dialogues respectent les deux époques. Un commissaire d’école (1914) s’exprime ainsi: «Coup donc, y’a parsonne qui a fait comprendre à ce maudit Écossais-là qu’on avait le droit d’être icitte autant que lui. Y’as-tu quelqu’un qui va y écraser sa flûte pis la poche dans le fond du gorgoton? Je vous dis qu’en m’en retournant, su y’a un Écossais qui passe su mon chemin, y va en manger toute une!»

Et un jeune Franco-Ontarien d’aujourd’hui lance: «C’est too much, man! Disparaître comme ça à son âge, ça peut être freakin dangereux! À votre place, j’appellerais les cops.»

Il y a parfois des clins d’œil nostalgiques, comme ce passage où un enfant de 6 ans visite un magasin général pour la première fois et a droit à un bonbon à la menthe: «c’est la meilleure paparmane au monde»!

Quand John découvre que le combat épique des Français de Green Valley a mené à la fondation de l’École «libre» du Sacré-Cœur, il souligne tout de suite à son grand-père que ces Canadiens français sont «des vrais héros, pourtant l’histoire les a complètement oubliés». John et le Règlement 17 corrige cet oubli cent ans plus tard.

Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé, John et le Règlement 17, roman, Ottawa, Éditions David, coll. 14/18, 2014, 244 pages, 14,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Kathleen Wynne

Kathleen Wynne
En lire plus...

18 février 2018 à 7h00

Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut
«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut...
En lire plus...

17 février 2018 à 13h00

Stérilisation planétaire

Stérilisation planétaire extinction
Il y a 252 millions d’années avait lieu l’une des plus grandes extinctions de masse de l’histoire de notre planète. Étrangement, elle pourrait avoir...
En lire plus...

17 février 2018 à 11h00

À quoi ressemblait la première fleur?

la première fleur
Quelle forme une fleur peut-elle prendre et ne pas prendre? C’est une des énigmes auxquelles pourrait répondre un projet international visant à comprendre à...
En lire plus...

17 février 2018 à 9h00

Vivre près de 46 usines: du «racisme environnemental»

Laurence Butet-Roch
L'exposition «Nos ancêtres étaient des chefs»
En lire plus...

16 février 2018 à 16h28

De samedi à lundi: les bus et trains GO gratuits pour les enfants

Metrolinx GO Transit bus train
L’ensemble du réseau de bus et de trains de banlieues GO sera gratuit pour les enfants de 12 ans et moins pendant le long...
En lire plus...

16 février 2018 à 14h09

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur