Quand l’Égypte fascinait les Occidentaux

Au temps des expositions universelles

exposition universelle

Le pavillon de l'Égypte à l'Expo 1967 de Montréal.


13 juillet 2018 à 16h00

Les expositions universelles ont vu le jour à Londres en 1851. Elles ont pour but de dévoiler au public les dernières nouveautés en matière de développement scientifique et technologique.

Elles sont aussi des lieux de rassemblement et de partage des cultures.

Les Canadiens se souviennent bien de «l’Expo 67» de Montréal. La dernière avait lieu en 2015 à Milan, en Italie. Des pays tiennent parfois des expositions spécialisées, comme celle d’Astana, la capitale du Kazakhstan, en 2017, sur le thème de «l’énergie du futur». L’Expo 2020 est prévue à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Certains pays participant à ces expositions ont eu plus de succès que d’autres: le pavillon américain au dôme géodésique ou le pavillon soviétique avec ses capsules spatiales ont été les plus appréciés à l’Expo 67.

À la fin du 19e et au début du 20e siècle, c’était le cas de l’Égypte, dont la représentation a longtemps été à la croisée des fantasmes européens et la réalité historique du pays.

«L’Égypte est un pays qui faisait fantasmer les Occidentaux», explique Sherine El Sabaie, doctorante à l’Université de Toronto et elle-même d’origine égyptienne, conférencière le mois dernier à l’Alliance française de Toronto.

exposition universelle
La professeure Sherine El Sabaie de l’Université de Toronto a donné une conférence sur la représentation de l’Égypte dans les expositions universelles du 19e et du 20e siècle.

Royaume mystérieux

Depuis l’expo 1851 de Londres, chaque exposition a toujours accueilli un pavillon de l’Égypte.

À l’époque, l’Égypte était un pays assez mystérieux attirant de nombreux Occidentaux désireux d’en découvrir les richesses et les secrets.

«Lors des différentes expositions universelles, les pavillons égyptiens sont des reconstitutions de temples, mais également de mosquées ou de bâtiments à l’architecture islamique, et ils ont beaucoup de succès», explique la professeure Sherine El Sabaie.

exposition universelle
Le «Palais de l’Égypte» à l’expo de Liège en 1930.

Les Occidentaux, et en particulier les artistes et les architectes qui participeront par la suite à la mise en place des expositions universelles, partageaient leur point de vue à propos de ce pays.

«C’était aussi une aubaine pour l’Égypte», précise Sherine El Sabaie. «Cela permettait à ses dirigeants, notamment le vice-roi Ismaïl Pacha, d’ancrer l’Égypte dans la modernité.»

Une rue du Caire

«La plus célèbre représentation de l’Égypte au cours des expositions universelles est sans doute la reconstitution d’une rue du Caire permettant au visiteur de s’immerger complètement dans ce qu’était la ville du Caire à l’époque».

exposition universelle
La «rue du Caire» avec ses acteurs à l’exposition universelle de 1889 à Paris.

«Pourtant, ses représentations étaient plus proches de l’exotisme et du folklorisme que la réelle Égypte», affirme Sherine El Sabaie.

«Beaucoup de visiteurs égyptiens étaient déçus par la représentation de leur pays. En fait, ces représentations étaient plutôt des fantasmes occidentaux, validés par le vice-roi d’Égypte qui voulait donner une image de grandeur et d’exotisme à son pays.»

exposition universelle
Le pavillon de l’Égypte à l’exposition de 1900 à Paris.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur