Quand l’absence de stress est une anomalie


10 mai 2016 à 8h31

Quiconque a déjà été stressé s’en doute un peu: le stress altère le bon fonctionnement de notre matière grise. Ne serait-il pas utile de trouver une façon de s’en débarrasser?

Pour les neurologues des 20 dernières années, la question est devenue : comment empêcher l’impact négatif du stress sur nos fonctions cognitives? Ils ont pour cela des «cobayes» tout trouvés: des personnes ayant montré une forte résilience face à des événements traumatisants.

S’il s’agit là d’un courant de recherche qui remonte aux lendemains de la Seconde guerre mondiale — avec les soldats et les survivants des camps de concentration — l’exploration du cerveau et la génétique sont en train de fournir de nouvelles pistes.

Par exemple, serait-il possible que la résilience, au lieu d’être la manifestation d’une action de défense de notre organisme, soit le contraire: le résultat d’une absence d’action?

Dans un récent reportage de la revue Nature, le neurobiologiste Eric Nestler, de l’École de médecine Mont-Sinaï à New York, émet l’hypothèse que les gens qu’il étudie (et les souris) vivent moins de stress parce que leur cerveau n’a justement pas cette réaction de défense que la majorité d’entre nous avons.

Cette réaction est par ailleurs tout à fait naturelle: le stress est souvent ce qui permet à un animal de survivre. Devant une menace, hormones et neurotransmetteurs s’allient pour obtenir une réaction le plus vite possible.
Mais fuir un prédateur et réagir aux 1001 tracas de la vie quotidienne ne sont pas la même chose: si ces neurologues ont raison, le stress serait donc un héritage de notre passé animal dont nous n’aurions plus autant besoin aujourd’hui.

Les personnes les mieux adaptées à la vie moderne seraient donc ces personnes «résilientes» qui intriguent autant les chercheurs.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur