Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.


21 mars 2017 à 0h27

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics qui souhaitent que tous les Canadiennes et Canadiens apprennent à mieux gérer leurs finances et à prendre de bonnes décisions au fil de l’évolution de leurs besoins et de leur situation.

Suivant sa ligne directrice originelle, Oasis a choisi de focaliser son action sur la situation des immigrantes francophones. Son projet de 24 mois, subventionné par Condition féminine Canada, vise à améliorer la préparation financière de ces femmes dans la grande région de Toronto. Il culminera par la publication prochaine d’un guide des bonnes pratiques financières à l’intention des femmes immigrantes.

«Nous souhaitons donner les outils et les ressources aux femmes qui ont besoin de refaire leurs vies après avoir subi la violence. 75% des femmes restent dans la violence, car elles ne savent pas s’en sortir financièrement, être autonomes», explique la responsable du projet, Fayza Abdalloui.

«Dans une relation violente, l’argent est un outil de pression. Il y a un manque d’opportunité de travail autonome pour les personnes immigrantes. Surtout pour les femmes», confirme Dada Gasirado, directrice d’Oasis. «Elles sont aussi victimes des idées que l’on se fait de leurs pays d’origine. Enfin, le manque de services en français freine les initiatives.»

Ainsi, l’association a créé un comité avec le Centre francophone de Toronto, le Collège Boréal, le Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones, le conseil scolaire Viamonde, les maisons d’hébergements pour femmes, le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) et le conseiller financier Rajiv Bissessur pour «faire sortir la violence économique». C’est avec eux qu’Oasis a réalisé son étude.

Une quarantaine de questions ont servi à élaborer un contexte. «58% des répondantes avaient plus de 1000 $ de dettes, 22% avaient du retard dans le remboursement», a-t-on notamment découvert. «Pour l’instant, ces femmes sont éduquées par les banquiers, qui voient en elles un moyen de faire des bénéfices», blâme à demi-mot Fayza Abdalloui.

Dada Gasirabo reconnaît que ces femmes, nouvelles immigrantes pour la plupart, sont souvent bloquées par manque de confiance ou par habitude. «Elles sont habituées à une société patriarcale. Elles ne savent pas non plus commet monter un projet financier ou comment financer ces projets. Nous souhaitons donner de l’espoir aux femmes de poursuivre leurs rêves. De plus, pour que les femmes quittent la violence, il faut qu’elles soient autonomes et qu’elles puissent se prendre en main financièrement, économiquement et émotionnellement.»

L’étude d’Oasis, achevée l’automne dernier, sera remise en forme et bientôt diffusée, avec le guide, aux médias, aux écoles et aux entreprises de la place financière torontoise, dans le but de démystifier le tabou de l’argent et de permettre aux femmes d’apprendre à saisir des opportunités pour s’affirmer financièrement dans leur vie de tous les jours.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur