Plus de 80% des Canadiens appuient le principe du bilinguisme officiel

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser.
Partagez
Tweetez
Envoyez

La population canadienne reste attachée à une vision du pays possédant deux langues officielles, selon un récent sondage Nielsen réalisé pour le Commissariat aux langues officielles.

88% des répondants appuient «les objectifs» de la Loi sur les langues officielles et 82% estiment que le 150e anniversaire de la Confédération, l’année prochaine, devrait être une occasion de promouvoir les langues officielles du Canada.

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, présentera certains des résultats du sondage le 1er septembre, à l’occasion d’une conférence internationale sur l’aménagement linguistique à l’Université de Calgary.

Et M, Fraser estime par ailleurs que «l’acceptation graduelle de la dualité linguistique nous a rendus plus ouverts, plus inclusifs et davantage disposés à accueillir d’autres personnes au sein de notre société».

«Cela nous distingue des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d’une grande partie de l’Europe», dit-il, faisant allusion à la montée des nationalismes et de la méfiance envers les immigrants et les réfugiés dans plusieurs pays.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Bilinguisme institutionnel et individuel

«C’est une nouvelle très encourageante, qui ne doit toutefois pas occulter tout le travail qu’il reste à faire pour atteindre l’égalité réelle du français et de l’anglais au Canada», commente Sylviane Lanthier, la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada.

«L’appui massif des jeunes, notamment, est de très bon augure pour l’avenir», dit-elle. Mais pour le lobby politique des francophones hors Québec, «cela ne signifie pas que l’on puisse dire mission accomplie». «Ces résultats sont un argument de plus pour que le gouvernement fédéral pose des gestes audacieux au chapitre des langues officielles».

La présidente de la FCFA souligne que 97% des répondants sont d’avis qu’Ottawa, la capitale du pays, devrait être reconnue comme officiellement bilingue, et que plus de 80% sont en faveur de l’enseignement du français et de l’anglais dans toutes les écoles primaires du Canada.

Une certaine «confusion» demeure, selon elle, sur les objectifs de la Loi sur les langues officielles par rapport aux bilinguismes institutionnel et individuel.

La Loi vise d’abord le bilinguisme des institutions fédérales, pas celui des citoyens. En fait, le bilinguisme des institutions sert justement à permettre aux citoyens de rester unilingues s’ils le désirent, même si les champions du bilinguisme institutionnel sont souvent les mêmes qui vantent les mérites du bilinguisme individuel.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Atteindre l’égalité réelle du français et de l’anglais au pays, c’est aussi s’assurer que les collectivités en milieu minoritaire qui veulent vivre et s’épanouir en français puissent le faire», rappelle Mme Lanthier.

Du Québec aux Prairies

Le sondage Nielsen a été réalisé par téléphone en février et en mars 2016. Plus de 80% des Canadiens appuient le bilinguisme officiel partout au pays:

92% au Québec

91% en Atlantique

90% en Alberta

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

87% en Ontario

85% en Colombie-Britannique

83% dans les Prairies

«C’est probablement la première fois qu’une telle question est posée lors d’un sondage national», pense M. Fraser. «L’appui généralisé des objectifs de la Loi sur les langues officielles indique à quel point les mentalités ont évolué.»

Après dix ans au poste de commissaire aux langues officielles, qui répond au Parlement, l’ancien journaliste du Toronto Star sera remplacé cet automne.

sondage

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur