Pierre Elliott Trudeau et Stephen Harper, deux fossoyeurs?

Partagez
Tweetez
Envoyez

À deux semaines des élections, l’auteur franco-ontarien Elmer Smith propose de disposer du legs de Pierre Elliott Trudeau et de chasser du pouvoir le premier ministre Stephen Harper. Il le fait dans un récit-essai intitulé Mes deux fossoyeurs, paru en format numérique seulement.

Selon l’auteur, qui se définit comme «un vieux croulant franco-ontarien», Trudeau et Harper ont marché dans un même sillon machiavélique à bien des égards. Tous deux sont autocrates rigides, rarement à l’écoute, ennemis acharnés des droits collectifs, multiculturels de pensée et d’attitude.

Trudeau a mis le Québec à sa place au moyen d’une vue pancanadienne des deux peuples fondateurs ainsi que par l’adoption de la Charte des droits de 1982, mettant fin au rêve de son peuple de bâtir une patrie sur les bords du Saint-Laurent et vouant par-là les francophones de la diaspora canadienne à une mort à petit feu.

«Harper, depuis qu’il est au pouvoir, a sonné la charge dans un combat de tous les instants à bride abattue contre tout ce qui bouge de démocratie et d’humanité dans la nation.»

* * *
À lire aussi dans L’Express:
Des réactions franco-torontoises à l’élection de Justin Trudeau
Une nouvelle saison politique (François Bergeron)
Félicitons notre premier ministre franco-ontarien (Gérard Lévesque)
Trudeaumanie 2.0 (François Bergeron)
Moins d’élus francophones à l’extérieur du Québec (Paul-François Sylvestre)
Finalement, il n’y a pas que l’économie… (François Bergeron)
Trois candidatures franco-torontoises (François Bergeron)
Le gouvernement Harper a bafoué les droits linguistiques (Gérard Lévesque)
Qui a peur du niqab? (François Bergeron)
Le NPD oublie les francophones! (Paul-François Sylvestre)
Un enjeu en trois dimensions (François Bergeron)
Politique et religion: la démarcation s’estompe (François Bergeron)
L’économie des stupides (François Bergeron)
Ce Sénat que Harper aurait pu abolir (François Bergeron)
C’est quoi la droite? (François Bergeron)
Thomas Mulcair par lui-même: moi aussi, je suis un bon Jack (François Bergeron)
Rien de gagné pour personne (François Bergeron)
Une campagne originale sur un enjeu tradititionnel (François Bergeron)
Les candidats devraient se positionner sur l’accès à la justice (Gérard Lévesque)
Une longue période électorale qui va coûter cher aux contribuables (Gérard Lévesque)
«Sorry, I don’t speak French» (Paul-François Sylvestre)
Regard franco sur les prochaines élections (Paul-François Sylvestre)
La FCFA veut des engagements «simples»
Les retombées des «moments» Duceppe et Péladeau (Gérard Lévesque)
Gilles Duceppe derechef (François Bergeron)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur