Peut-on mettre un satellite en orbite sans autorisation?

fusee-Inde-PSLV

Le Polar Satellite Launch Vehicle, la fusée indienne qui, depuis 1997, met des satellites en orbite. (Photo: Indian Space Research Organization)


17 mars 2018 à 14h00

Pour la première fois, une compagnie privée est accusée d’avoir lancé des satellites sans y avoir été autorisée.

Mais cette affirmation, relayée ces derniers jours par le magazine IEEE Spectrum, entraîne immédiatement une question: qui a vraiment autorité là-dessus?

Comme il s’agit de satellites américains conçus par une compagnie américaine et destinés à des télécommunications qui serviront entre autres à des compagnies américaines, une autorisation de la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis semblait de rigueur.

De l’Inde en décembre dernier

Autorisation qui a été refusée en décembre 2017, un mois avant le lancement. Mais comme les quatre petits satellites ont été lancés depuis l’Inde par une fusée indienne, la juridiction devient plus floue.

Que ce soit ou non légal, il s’agirait de toute façon d’une première: les compagnies privées désireuses de mettre quelque chose en orbite se pliaient jusqu’ici à l’approbation de leur gouvernement — qu’il soit américain, français ou, à plus forte raison, russe ou chinois.

Risques de collision en orbite

Qu’une petite compagnie en démarrage de la Silicon Valley appelée Swarm Technologies ait décidé de passer outre est-il un accident de parcours ou un signe avant-coureur?

Dans un échange par courriel avec le président de cette firme, la FCC alléguait l’an dernier que d’agir ainsi unilatéralement augmentait les risques de collisions avec des satellites déjà en orbite. Si chaque future compagnie décide en effet de n’en faire qu’à sa tête, les orbites terrestres les plus lucratives deviendront encore plus encombrées.

satellite
Un micro-satellite de Swarm Technologies.

Micro-satellites

Les engins en question, appelés SpaceBee 1 à 4, sont ce qu’on appelle des «micro-satellites» — à peine 10 centimètres de côté par 3 cm de haut — destinés à servir de prototypes pour un futur réseau de communication dévolu à «l’Internet des objets».

Leur petite taille fait partie du concept: en théorie, on pourrait ainsi établir un nouveau réseau planétaire de communication à moindre coût.

Swarm Technologies a été créée en 2016 par deux ingénieurs, dont la Canadienne Sara Angelo, ex-employée de la NASA et de Google.

De Nouvelle-Zélande ce printemps

L’Agence spatiale indienne signalait simplement la présence, parmi d’autres satellites mis en orbite le 12 janvier par sa fusée PSLV, de ces quatre micro-satellites de communication, mais sans donner plus de détails, et la compagnie californienne est restée tout aussi discrète depuis janvier.

En fait, elle n’a même pas confirmé que ces quatre satellites lancés en janvier étaient les siens.

Plus tôt ce mois-ci, la FCC a de nouveau refusé son autorisation pour un lancement similaire de quatre autres satellites. Ceux-ci, selon les documents soumis par Swarm Technologies, seraient lancés ce printemps depuis la Nouvelle-Zélande par une fusée dont la compagnie, l’américaine Rocket Lab, vient tout juste d’effectuer son premier lancement.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Netflix, nouvelle plateforme des bizarreries de Gwyneth Paltrow

pseudoscience
Netflix ne se fera pas de nouveaux amis parmi les amateurs de vulgarisation scientifique et d’information véridiques: l’actrice Gwyneth Paltrow vient d’y obtenir une...
En lire plus...

15 février 2019 à 7h00

Réforme du système de santé: n’oubliez pas les services en français

santé
La décision attendue du gouvernement de l’Ontario de procéder à une réforme structurelle du système de santé serait «une opportunité d’améliorer l’accès aux services...
En lire plus...

14 février 2019 à 16h16

Cybersécurité: quelques clés pour protéger votre vie privée

vie privée
La radio communautaire franco-torontoise CHOQ-FM lance une nouvelle série de capsules vidéos pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux dangers qu’il peut représenter pour leur...
En lire plus...

14 février 2019 à 15h00

Les langues officielles enfin inscrites dans la Loi sur le divorce

La nouvelle Loi canadienne sur le divorce, dont l'ébauche a été adoptée en troisième lecture par la Chambre des communes le 6 février, confirme...
En lire plus...

14 février 2019 à 13h00

Au terminus McCowan, l’un des plus grands centres commerciaux au pays

Nous poursuivons notre tour d'horizon des extrémités du métro torontois à la station McCowan. Cette semaine, Visite Express à l'extrême-Est de la ville pour...
En lire plus...

14 février 2019 à 11h00

Le plus grand gratte-ciel obstruera la vue des Torontois

La construction du gratte-ciel de 306 mètres, nommé The One, qui se situera à l’angle des rues Yonge et Bloor et dont l’achèvement est...
En lire plus...

14 février 2019 à 9h00

Des ados veulent se faire vacciner sans le consentement de leurs parents

vaccin, vaccination
Défiant l’autorité de ses parents, un adolescent de l’Ohio a décidé de se faire vacciner — après avoir découvert qu’il ne l’avait jamais été,...
En lire plus...

14 février 2019 à 7h00

Ce qu’on comprend de l’affaire SNC-Lavalin Jody Wilson-Raybould jusqu’à maintenant

Un mois après le remaniement ministériel dans lequel Jody Wilson-Raybould a été rétrogradée, on comprend mieux ce qui s’est passé en coulisses face au...
En lire plus...

13 février 2019 à 20h40

Un vent d’optimisme sur Cinéfranco jeunesse

Larcelle Lean
Avant même le début du festival, un peu plus de 9 000 spectateurs sont déjà attendus au Famous Player place Canada pour la 10e...
En lire plus...

13 février 2019 à 13h13

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur