Pascal Siakam : «J’ai confiance en mon travail»

Nick Nurse, Kyle Lowry, Pascal Siakam et Danny Green sont passés devant les journalistes après la victoire des Raptors à Orlando, vendredi soir.

Pascal Siakam en conférence de presse d'après match.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les Raptors de Toronto ont pris l’avantage (2-1) dans la série qui les oppose à Orlando avec leur victoire 98-93 face au Magic.

L’entraineur Nick Nurse, le meneur Kyle Lowry, l’ailier Pascal Siakam et l’arrière Danny Green se sont présentés en conférence de presse d’après-match. Extraits.

Nick Nurse

Nick Nurse répondant aux questions des journalistes.

Sur la défense et le rôle de Serge Ibaka: «J’ai trouvé notre défense très bonne ce soir. Serge n’a pas eu un très bon passage en première mi-temps. Mais en deuxième, c’était totalement l’inverse. Il était près du cercle, il l’a protégé, il a pris des rebonds. C’était un moment très important pour lui. A ce moment-là, Marc (Gasol) jouait très bien et il a pris cette faute (sa quatrième). Quand nous avions vraiment besoin de quelqu’un pour prendre son relais, il a été présent. C’était très important.»

Sur la façon dont Ibaka s’est remobilisé après sa première mi-temps: «Il fait ça habituellement. Quand le match avance, il est de plus en plus fort. C’est un peu son histoire. Mais je pense qu’on doit juste lui attribuer ce crédit. Serge est rentré sur le terrain en sachant qu’on avait besoin de lui et il était très déterminé. Il n’avait pas marqué de point quand il est entré, donc il a décidé d’aider l’équipe du meilleur qu’il pouvait. Il a commencé par sa défense, puis je pense que ça l’a aidé en attaque, car il a fait de jolies actions de ce côté du terrain également.»

«Nous avons trouvé la force de nous remobiliser»

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sur la défense du Magic sur Kawhi Leonard (5/19 au tir): «Ils ont été beaucoup plus sur lui, à le prendre à plusieurs, à être deux sur la balle. C’était une performance courageuse de sa part. Il ne s’est pas entraîné ces deux derniers jours , il ne se sentait pas très bien. Pour lui, de lutter contre ça et de jouer tout de même 37 minutes… Je regarde les statistiques et je suis fier de ses 10 rebonds. Il s’est battu. Ce n’était pas facile pour lui. Encore une fois, j’ai trouvé qu’ils ont été très très durs physiquement sur lui. Il est resté sur le terrain, il a pris les coups et a continué à jouer.»

Sur le match de Pascal Siakam: «Il a mis beaucoup de paniers importants. Il a été patient. Je l’ai vu attendre d’avoir le duel avantageux, attendre d’avoir la bonne situation, le bon angle, la bonne feinte… C’était vraiment des actions pleines de maturité pour un jeune joueur. Il donne l’impression d’être toujours meilleur, semaine après semaine. C’est vraiment bon pour nous.»

Sur ce que démontre cette victoire des capacités de l’équipe à l’extérieur: «Ça montre notre dureté. Le match était vraiment celui auquel je m’attendais. Je pensais vraiment que ça allait être une ambiance difficile. Orlando est une bonne équipe. J’aime la façon dont nous nous sommes imposés au début, puis la façon dont nous avons répondu ensuite. Nous avons été menés deux fois, et nous avons répondu immédiatement à chaque fois. Nous avons trouver la force de nous remobiliser tous ensemble et, je le répète, nous avons pris beaucoup de coups en allant au panier. Mais nous avons réussi, malgré tout, à beaucoup marquer malgré cela.»

Kyle Lowry

Kyle Lowry en conférence de presse après le match.

Sur Pascal Siakam: «Il est incroyable. C’est le joueur qui a le plus progressé dans la NBA cette année. Il va continuer à être meilleur. Je pense que sa mentalité est juste de jouer et s’amuser. Je crois que nous avons commencé à comprendre cette saison, qu’il avait le duel avantageux en sa faveur la plupart du temps. C’est vraiment bien de voir un gars qui vient de là où il vient. Il y a quelques années, il ne jouait pas beaucoup. Il est allé avec la G League, puis a gagné le titre. Ensuite, il a eu une bonne année la saison dernière. Et aujourd’hui il est passé à l’étage supérieur cette saison. C’était un excellent match de sa part, vraiment sympa à voir.»

«Pour moi, l’essentiel est de jouer de la bonne manière»

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sur l’importance des actions décisives en fin de match qui ont donné la victoire aux Raptors: «Ça aide mentalement à se dire qu’on peut faire face à toute situation. On sait qu’on va faire de grosses actions et qu’on peut faire des erreurs. Mais le truc avec les grandes équipes, c’est qu’on ne doute jamais, on essaie d’être sur la même longueur d’onde. On l’a été ce soir (vendredi soir), on a essayé de savoir ce qui pouvait se passer. Ils ont mis de gros tirs, mais on s’est remobilisé, on a pris notre temps. Nous avons raté des tirs mais nous avons trouvé un moyen de sortir avec la victoire à la fin.»

Sur le fait d’avoir plus de joueurs capables de marquer dans l’équipe cette saison: «Tout le monde peut scorer dans notre équipe. Pascal a mis 30 points ce soir (vendredi soir), Kawhi en a mis 37 lors du match précédent. Pour moi, l’essentiel est de jouer de la bonne manière. Cette année a été différente depuis le début avec l’émergence de Pascal, le transfert et l’arrivée de Marc (Gasol), mais en fin de compte tout ce qui compte pour moi, c’est de gagner des matchs.»

Pascal Siakam

Pascal Siakam en conférence de presse.

Sur l’importance de ses capacités à marquer pour l’équipe: «Je pense que nous avons tous des chances égales de marquer dans cette équipe. C’est le genre d’équipes que nous sommes, tout le monde a sa chance. Ce soir (vendredi soir) c’était moi, le prochain match ça pourrait être Danny (Green), ou Kyle, ça peut être n’importe qui. Moi, mon truc c’est de prendre ce que la défense me donne et faire avec.»

Sur les aspects de son jeu qu’il a améliorés cette saison: «Pour moi c’est juste d’avoir joué plus de matchs, d’être plus familier avec le jeu, avoir plus de temps de jeu. J’ai progressé dans mon maniement du ballon, mon dribble, ma capacité à créer pour les autres. Tout ça m’aide à naviguer dans la défense et à trouver mes coéquipier ou à marquer. Mais pour moi de manière général, je suis juste plus à l’aise dans le jeu, ma compréhension du jeu et son rythme. Je ne fais plus les choses vite, je ralentis. En regardant des joueurs comme Kawhi, je comprends mieux comment gérer le rythme.»

«Chaque match est comme une expérience»

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sur le fait qu’il ne joue au basket que depuis 7 ans: «Chaque soir c’est quelque chose de nouveau, chaque soir je deviens meilleur. C’est ça qui est beau, juste le fait de savoir que tu n’es pas encore où tu veux être et que chaque jour il y a quelque chose de nouveau que tu peux apprendre. C’est ce qui est excitant pour moi. Chaque match est comme une expérience, c’est ce qui est bien.»

Sur sa confiance en lui: «Elle ne fait qu’augmenter. Je crois que ça aide quand vous avez des coéquipiers comme Danny et toute une équipe qui vous supportent. Quand t’es dans une bonne dynamique, ils vont te chercher. Des choses comme ça aident pour la confiance. Et pour moi, je fais confiance en mon travail. Je travaille beaucoup et chaque fois que je suis sur le terrain, c’est une bénédiction. J’ai confiance en mon travail. Ce n’est pas comme si je rentrais sur le terrain et je faisais des choses que je n’ai jamais faites. Je travaille sur ces choses tous les jours et j’essaie d’être meilleur.»

Danny Green

Danny Green en conférence de presse d’après match.

Sur le joueur le plus dangereux à Orlando: «Je pense qu’il faut regarder match par match. Au match 1, DJ Augustin nous a fait beaucoup de mal et je pense qu’il représente beaucoup pour leur attaque. Mais, évidemment, ce soir (vendredi soir), Terrence (Ross) était chaud, c’est un joueur qui peut aussi nous faire mal. Au match 2, Aaron (Gordon) avait été dangereux. Mais, en fait, ils ont beaucoup d’armes, beaucoup de joueurs qui peuvent faire beaucoup de choses différentes. Vucevic a aussi été très bon. Nous essayons de nous focaliser sur le plus possible d’adversaires que nous pouvons. Il y a toujours des ajustements à faire au match suivant.»

Sur Pascal Siakam: «Sur certains de ses mouvements, parfois je suis très surpris de la manière dont il les réalise. Quand Kyle Lowry lui envoie une passe du milieu de terrain et qu’il l’attrape, parvient à savoir quoi en faire dans les airs, et la met dans le cercle, c’est impressionnant. Certaines de ses finitions m’impressionnent, quand il est proche du panier mais qu’il a des angles difficiles et qu’il réussit quand même à marquer. Mais à force de voir ça toute l’année, on a joué presque 80 matchs ensemble, on s’y habitue en quelque sorte. On a été gâté de le voir lui et Kawhi cette saison donner l’impression que c’est facile. J’ai essayé de faire ces choses-là moi-même, ça n’a pas été très bon. Je continue à travailler là-dessus, ça va me prendre du temps. Mais je vais y arriver. Ce n’est jamais trop tard.»

«Rendre les jeunes joueurs meilleurs»

 

Sur son expérience des phases finales avec San Antonio: «On essaie de ne pas trop dire « c’est comme ci qu’on a fait là-bas, c’est comme ça qu’on a fait ». C’est certain, quand on nous pose des questions on essaie d’y répondre par notre expérience, ce qu’on a vécu de bien et de moins bien. Mais c’est une nouvelle équipe, une organisation différente, un système différent, une ville et une ambiance différente. Les joueurs sont aussi différents, il faut s’adapter à chaque personne. On ne peut pas faire comme si c’était les personnes de San Antonio. Nous utilisons ces théories, ces habitudes et ces principes en les incorporant à ce qui se fait ici, pour essayer d’aider les jeunes joueurs et les rendre meilleurs.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur