Parlons équité en matière d’emploi en Ontario

Le racisme systémique existe chez nous

Partagez
Tweetez
Envoyez

Lundi 1er juin, après ses 21 secondes de silence avant de répondre à une question sur la crise sociale aux États-Unis, Justin Trudeau a promis d’en faire plus pour lutter «contre le racisme systémique qui existe au Canada», tout en exprimant son soutien aux manifestants pacifiques et dénonçant les pilleurs.

Bien que le gouvernement Trudeau ait investi dans une stratégie de lutte contre le racisme (45 millions $) jusqu’en 2022, il reste encore beaucoup à faire. Notamment concernant l’égalité d’accès à l’emploi.

Qu’en est-il en Ontario?

Loi désuète  

La Loi sur l’équité en matière d’emploi de l’Ontario (1993) reconnaît que «le taux de chômage est plus élevé chez les membres des minorités raciales plus souvent victimes de discrimination pour ce qui est de trouver un emploi, le conserver et d’obtenir de l’avancement… Ils sont sous-représentés dans la plupart des secteurs d’emploi.»

Le Code des droits de la personne de l’Ontario rappelle que l’équité en matière d’emploi signifie que «la personne a droit à un traitement égal en matière d’emploi, sans discrimination fondée sur la race.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cette situation, perçue il y a 27 ans, perdure encore malgré le fait que la diversité raciale – incluant les Autochtones – représente près du tiers de la population de l’Ontario d’aujourd’hui.

Inclusion culturelle

Où en sommes-nous en matière d’inclusion culturelle dans nos divers milieux de travail en Ontario? On peut s’interroger à la lumière de statistiques citées plus haut.

Sans compter les nombreux nouveaux immigrants peinant à trouver un emploi en raison du manque de reconnaissance de leurs diplômes et de leurs compétences transférables dans le contexte canadien.

Qu’en est-il de la vision créative de nos institutions et entreprises, leur capacité à se doter de politiques d’inclusion modernisées conçues pour favoriser notre essor socio-économique à l’image de notre société multiculturelle?

Notre politique publique de la discrimination positive favorisant un traitement préférentiel à l’égard de personnes sujettes à la discrimination en raison de leur origine ethnique s’avère mésadaptée. Multiculturalisme n’inclut-il pas multiethnicité?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Enquête RH

La Loi sur l’équité en matière d’emploi de l’Ontario promeut les principes de l’égalité et l’équité. Mais toute politique ne peut s’appliquer sans la mise en oeuvre de procédures pertinentes permettant de concrétiser sa réalisation.

C’est un sujet qui paraît difficile à cerner. Pour ce faire, il faudrait savoir comment s’effectue la gestion de la diversité culturelle dans nos milieux de travail.

La gestion du cycle RH (ressources humaines) comprend la planification stratégique, le marketing, recrutement, processus d’embauche, les conditions de travail, le développement professionnel, la résolution de conflit, la rétroaction, etc.

Or quelles sont les pratiques RH actuelles de nos entreprises en matière de gestion équitable du personnel reflétant notre multiculturalisme?

Une enquête provinciale sur la question permettrait de nous renseigner sur les besoins réels de nos employeurs, afin de les soutenir dans la mise en place d’outils de gestion RH appropriés, en appui à l’antiracisme au sein du marché du travail.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Stratégie statistique

Par ailleurs le dernier Rapport sur le marché du travail de l’Ontario (février 2020) n’inclut aucune statistique référant à la diversité culturelle dans les milieux de travail. Ce serait pourtant un indicateur d’intérêt pour déterminer les profils des employés ontariens afin d’aider à apporter les ajustements nécessaires en matière d’équité à l’accès en emploi.

En attendant les ajustements, on nous propose un futur prometteur selon deux récentes initiatives: La Stratégie de lutte contre le racisme envers les Noirs de l’Ontario (2017) et la Loi ontarienne contre le racisme (2017). À suivre…

Bon nombre de Franco-Torontois partagent le patrimoine africain. D’ici à 2036, on estime que la diversité multiraciale représentera près de la moitié de toute la population ontarienne.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur