On a perdu un satellite, mais il ne faut pas le dire

Décollage de la fusée Falcon 9 de Space X.


12 janvier 2018 à 12h54

La compagnie SpaceX a lancé dimanche soir dernier sa première fusée de l’année. Elle devait mettre en orbite quelque chose. On ignore quoi, mais ça s’est mal passé.

Tout ce que les experts savaient avant le lancement, c’est que la mission portait le nom de code Zuma, que le satellite avait été construit par la firme Northrop Grumman, dont le client était «le gouvernement américain».

Et c’est tout. Personne n’aurait entendu parler de ce qui était possiblement un satellite-espion s’il avait été lancé, comme jadis, par une plus discrète fusée militaire.

Mais dès lundi matin, les observateurs d’affaires spatiales bourdonnaient de rumeurs du fait que la compagnie SpaceX n’avait pas claironné que «sa» mission avait été un succès.

Lundi soir, des journalistes écrivaient, sur la base de sources anonymes, que Zuma pourrait être «mort en orbite» après sa séparation d’avec la fusée Falcon 9. Certains affirment qu’il pourrait être déjà retombé dans l’océan, avec le deuxième étage de la fusée.

Réagissant par courriel aux rumeurs, le directeur des opérations de SpaceX a affirmé laconiquement qu’après «analyse de toutes les données, Falcon 9 a tout fait correctement dimanche soir».

Quelle qu’en soit la cause, l’incident a permis de rappeler que c’était tout de même le troisième contrat dit de «sécurité nationale» entre SpaceX — la compagnie créée par le milliardaire Elon Musk — et ce qu’on présume être le ministère américain de la Défense.

Un signe de plus de la place croissante qu’est en train de prendre le secteur privé dans l’espace, si même ces lancements jadis ultra-secrets commencent à lui être confiés. En tout, ce sont plus de 30 lancements — rarement aussi secrets — que SpaceX serait censé accomplir cette année, contre un record de 18 l’an dernier.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Prix Jeanne Sabourin à Claude Guilmain

Prix Jeanne Sabourin
9e Gala Reconnaissance de Théâtre Action
En lire plus...

18 juin 2018 à 15h59

Accueil «par et pour» les francophones à l’aéroport Pearson

Une initiative à répéter dans d’autres aéroports au pays
En lire plus...

18 juin 2018 à 14h59

Marche gastronomique dans Chinatown

Dix plats dans six restos en deux heures et demie
En lire plus...

18 juin 2018 à 10h00

Quand les « indiennes » ont révolutionné la mode européenne

Pour saisir le sens et l’importance d’une découverte, il faut se replacer à l’époque où celle-ci a été faite. En Europe, dans le passé,...
En lire plus...

17 juin 2018 à 11h00

Errer entre deux mondes

Guy Bélizaire vient de publier À l’ombre des érables et des palmiers, un recueil de nouvelles dont certaines sont écrites au « je ». Est-ce une...
En lire plus...

17 juin 2018 à 9h00

Quiz : Le lundi de la matraque

quiz
Ça brassait au Québec dans les années 60-70: le Lundi de la matraque en est un épisode mémorable.
En lire plus...

17 juin 2018 à 7h00

Suer pour rester en santé

santé
Recherche et activité physique : un demi-siècle de médecine préventive
En lire plus...

La schizophrénie du placenta

On savait déjà que les sources de la schizophrénie étaient en partie génétiques. Et une hypothèse veut depuis longtemps que des complications pendant la...
En lire plus...

16 juin 2018 à 7h00

High Park, un espace de verdure au cœur de la ville

High Park
Visites Express
En lire plus...

15 juin 2018 à 17h00

Un pavillon des saveurs francophones à la FrancoFEST de Hamilton

FrancoFEST Hamilton
Le Couleur, Céleste Lévis, Jacobus, Claude Bégin, Jamie Adkins...
En lire plus...

15 juin 2018 à 15h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur