Facebook, Twitter… On n’a pas le choix de ne pas être là

Le Web 2.0

Partagez
Tweetez
Envoyez

Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux ont pénétré nos vies et ceux de nos proches. Les rumeurs se diffusent encore plus vite qu’à l’accoutumée et vous souhaitez contrôler l’image de votre entreprise sur la toile. Comment gérer la situation? En utilisant vous aussi ces réseaux, comme l’a expliqué Marie-Josée Gagnon, présidente de Casacom, lors du déjeuner-causerie de Noël du Club canadien organisé mercredi dernier au Royal York.

Les médias de masse s’affaiblissent, la confiance dans les institutions s’effrite et l’individu lambda prend le pas sur l’expert d’hier parce qu’il nous ressemble. Internet a révolutionné la manière de s’informer, les réflexes d’une partie de la population connectée.

Pour une entreprise, cette population est une aubaine, bien que peu de modèles financiers co-existent pour le moment – publicité ou abonnement – dans le domaine.

La communauté formée par ces internautes représente parfois, comme pour le site Facebook, près de 350 millions d’utilisateurs dont la moitié se connecte quotidiennement. Une entreprise ou un organisme qui parvient à capter cette cible peut renforcer son image, ses services, ses ventes, selon ses objectifs.

Six étapes sont nécessaires à la création d’un bon développement dans le Web 2.0 selon la conférencière: un bon audit, une écoute attentive, une stratégie, la participation, la promotion et l’évaluation.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Son analyse tend à démontrer que le Web 2.0 favorise la transparence et la pertinence des contenus puisque soumis aux réactions directes des internautes, il faut montrer de l’honnêteté, écouter la demande.

Tout ceci est bien beau, mais aujourd’hui le Web 2.0 semble faire partie de toute compagne de promotion, marketing donc il aurait été plus que judicieux d’axer l’intervention sur les conseils, les méthodes à mettre en place pour maximiser sa présence sur Internet 2.0 que d’expliquer la marche à suivre pour le faire.

Il faut, on l’accorde, commencer par le commencement, mais là, si quelqu’un a vraiment appris quelque chose de nouveau il doit se faire du souci quant à sa connaissance du marché et de l’utilisation d’Internet.

Au final, une conférence qui explique le Web 2.0, comme si cela venait d’arriver alors que certains développent déjà les prochaines étapes du web.

Une des pistes consiste à l’intervention de professionnels dans les domaines occupés par les citoyens. Une autre réflexion sur le futur d’internet met en lumière la nécessité de protéger l’image, le nom d’une personne; être certain que c’est bien elle qui parle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour les plus accrocs, les sites Internet d’informaticiens parlent d’ores et déjà de Web 2B, Web squarred, Web 3.0 ou encore Web 4.0.

Pour ce qui est le Web 2.0, en 2006, il y a trois ans, le magazine Times avait élu les internautes personnalité de l’année, pour avoir pris le contrôle de l’information sur la toile.
Comme quoi le Web 2.0 ne date pas d’aujourd’hui.

Le Web 2.0 c’est:
• Être acteur: l’internaute interagit sur le contenu (wiki, blogue, mais aussi les votes de mises en valeur d’article, les commentaires)
• Être maître de ses choix (flux RSS: je choisis les informations qui me parviennent)
• Utiliser l’étiquetage (mots-clés) pour faciliter ses recherches et celles des autres
• Et cela reste avant tout un terme «buzz» utilisé par les médias pour parler de l’arrivée de l’Internet social.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur