Le temps d’écran, c’est comme le chocolat: il ne faut pas en abuser

Départager les usages positifs et négatifs


28 mars 2017 à 1h37

Téléphones intelligents, tablettes électroniques, ordinateur, télévision. Les jeunes passent de plus en plus de temps devant leurs écrans. Un comportement sédentaire, qui inquiète les experts de la santé publique, en plus des parents. Pourtant, ce qu’on croit savoir des impacts n’est pas aussi clair. Survol en quatre temps.

Trop de temps

Selon un rapport publié l’automne dernier par l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), les jeunes passent beaucoup de temps devant les écrans. Les enfants de deux ans et demi regardent la télévision en moyenne 8,82 heures par semaine tandis que les enfants et adolescents de 11 à 17 ans consacrent au moins 35 heures par semaine aux divers écrans.

Le rapport de l’INSPQ s’attarde principalement au rôle des écrans dans l’augmentation des comportements sédentaires des jeunes. Cela favoriserait le surpoids et l’obésité, qui limite la capacité d’un individu à être actif.

De plus, l’exposition aux écrans, donc à la lumière bleue, entraverait le sommeil. Or, un sommeil de mauvaise qualité est lui-même associé avec l’obésité… qui peut aussi nuire au sommeil! Tout un cercle vicieux.

Observable

Mais en est-on aussi sûr? Caroline Fitzpatrick, professeure de psychologie à l’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse, signale que la majorité des études sur le temps d’écran sont réalisées à partir de questionnaires remplis spontanément par les participants. Or cette méthodologie est une source connue de biais.

Par ailleurs, il est difficile de relier finement un comportement comme la sédentarité avec les paramètres liés à la santé et au bien-être chez les jeunes.

En 2016, une méta-analyse de 235 études, rassemblant plus de 1,5 million de participants de 71 pays, rapportait que la qualité des données récoltées allait de modérée à très faible. Pour les chercheurs, les résultats obtenus seraient purement observationnels et devraient être confirmés en suivant un meilleur design expérimental.

Étrangement, les chercheurs ne remettent pourtant pas en question les résultats compilés. Ce dernier point ne surprend pas Linda Pagani, de l’Université de Montréal, car les résultats sur l’impact chez les jeunes sont déjà observables, selon elle. Une méthodologie idéale, comme un essai contrôlé randomisé, ne ferait qu’ajouter une vision au microscope d’un problème que l’on voit déjà très bien à l’œil nu.

Cerveau malléable

Entre zéro et cinq ans, le cerveau est malléable.

Comme les écrans interactifs réagissent immédiatement au toucher, ils offrent donc une gratification instantanée. Les personnages colorés de leurs émissions favorites peuvent aussi sembler beaucoup plus intéressants que l’environnement normal du tout-petit.

Enfin, des changements de plan fréquents dans une émission de télé peuvent stimuler de manière excessive le cerveau encore en développement des enfants, entraînant une plus grande difficulté de concentration lors des tâches quotidiennes.

Mme Fitzpatrick, qui étudie la préparation scolaire à la maternelle dans différents contextes démographiques et sociaux, a contribué récemment à une étude concluant que les enfants qui regardent plus souvent la télévision auraient également plus de difficultés à contrôler leurs émotions et leur comportement, un phénomène qui serait encore plus marqué dans les familles à faible revenu.

En conséquence, dit-elle, ces jeunes arrivent moins bien à prioriser et planifier leurs actions, ce qui influence négativement leur réussite scolaire.

Les ados

Les jeunes de 11 à 17 ans passeraient quant à eux plus de sept heures par jour devant des écrans, nous apprend le rapport de l’INSPQ.

«Il est certain que ces chiffres comprennent plusieurs temps d’écran différents: celui passé à la maison, à l’école et durant les déplacements», relève Mme Fitzpatrick. «Sinon il n’y aurait pas assez d’heures dans une journée. On parle donc autant de temps d’écran positif (recherche sur internet, rédaction de devoirs, etc.) que de temps d’écran négatif. Dans les faits, c’est très difficile à départager.»

Avec la multiplication des plateformes et leur rapidité d’apparition, les chercheurs manquent de recul pour mettre au point des protocoles expérimentaux et analyser correctement l’effet des tablettes électroniques et des téléphones intelligents sur les jeunes.

Les adolescents ont leur propre cellulaire, qui peut autant être une source de soutien que concentrer des interactions sociales négatives comme le harcèlement en ligne. Mais ici, les données manquent.

Recommandations

Au Canada, les experts offrent des recommandations fermes: ne permettre aucun temps d’écran aux enfants de 0 à 2 ans; autoriser un maximum d’une heure par jour pour les enfants de 2 à 5 ans et de deux heures par jour, sans contenu violent, pour les enfants de 5 à 11 ans.

Dans ses nouvelles directives, l’Académie américaine de pédiatrie (AAP) présente quant à elle une série d’astuces à l’usage des parents d’enfants de 2 à 5 ans:

• privilégier un contenu de qualité éducative;

• accompagner l’enfant pour lui expliquer ce qu’il voit et répondre à ses questions;

• ne pas permettre d’écran durant les repas et durant l’heure précédant le coucher;

• partager des moments d’écran en famille, pour des jeux ou des émissions;

• placer les écrans dans une pièce commune pour qu’un adulte puisse voir ce qui s’y passe;

• autoriser les enfants, quel que soit leur âge, à utiliser les écrans pour discuter à distance avec des membres de la famille, avec des applications comme FaceTime ou Skype.

L’AAP souligne également l’importance du jeu libre chez les tout-petits et de l’activité physique pour toute la famille.

Elle n’impose pas de limite quotidienne de temps consacré aux écrans pour les jeunes de plus de 6 ans. Cependant, elle recommande aux parents d’établir un plan d’utilisation des écrans pour chaque membre de la famille, adultes compris, avec une limite sur le temps d’usage des différentes plateformes.

C’est une approche qu’appuie Mme Fitzpatrick. «C’est en responsabilisant les enfants envers leur usage des médias qu’on voit le plus d’effets. Il faut considérer le temps d’écran comme le chocolat. C’est bon d’en avoir, mais pas trop. Même s’il s’agit d’un chocolat de haute qualité à 90 % de cacao, il ne faut pas en abuser.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur