Oasis : une hausse de 36% d’appels de femmes en détresse

L’organisme est toujours présent pendant le confinement

En personne ou à distance, les membres d'Oasis sont toujours présentes pour aider les femmes en détresse. Au centre, écharpe or: la directrice générale Dada Gasirabo.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Pendant la période du confinement, Oasis Centres des femmes rapporte avoir reçu une augmentation de 36% d’appels téléphoniques de femmes victimes de violence conjugale.

La directrice générale Dada Gasirabo souligne que même pour des raisons sanitaires et de confinement, la violence n’est acceptée en aucun cas. «N’hésitez pas d’appeler. Prenez le courage! Il y aura toujours quelqu’un qui va répondre à votre appel et que vous n’êtes pas seule. Nous sommes-là pour vous.»

Les moyens de communication

La directrice précise que pour toute urgence, il faut appeler le numéro de Fem’aide (1-877-336-2433) qui est disponible 24/7. En cas de danger imminent, c’est le 911 qu’il faut appeler.

Chez Oasis, chaque victime est traitée au cas par cas, selon sa situation et le niveau de sécurité adapté.

À Ottawa, pour celles qui n’osent ou qui n’aiment pas appeler et qui ont en leur disposition un téléphone cellulaire, un service de messagerie texte et de clavardage a été lancé à la mi-avril par la Coalition d’Ottawa contre la violence faite aux femmes. Il est disponible de 8h30 à minuit 7 jours sur 7. Le numéro de téléphone est le (613) 704-5535.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le rôle des témoins

Cependant, de nombreuses femmes n’ont pas accès à leur téléphone lorsque leur agresseur se retrouve proche d’elles ou n’ont pas le courage d’appeler par elle-même.

Dada Gasirabo spécifie que les témoins de violence conjugale – notamment les voisins, les amis et la famille – ont un grand rôle à jouer pendant la période du confinement.

«Un geste peut faire la différence dans la vie d’une femme victime de violence conjugale. Il peut sauver des vies, celle de la victime et celles de ses enfants.»

Même si la victime ne se sent pas prête à vouloir trouver de l’aide ou s’ils soupçonnent un danger, les témoins peuvent appeler à la ligne Fem’aide ou le 911 pour avoir du soutien concernant les moyens et les outils à mettre en place pour l’aider dans cette situation à risque.

Un appel pour dénoncer la violence conjugale. Photo: Unplash.

Les services offerts

À ce jour, Oasis a adapté virtuellement plusieurs de ses programmes et services tout en gardant la confidentialité des femmes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mentionnons ses programmes de: soutien personnel, soutien à la cour, femmes immigrantes et réfugiés, appui transitoire, soutien au logement, liaison et sensibilisation communautaire.

«Pour communiquer avec notre clientèle, nous utilisons notre page Facebook, Twitter et Instagram, et nous affichons des publications», déclare Dada Gasirabo.

Le programme Tremplin

Également, tous les ateliers du programme Tremplin d’Oasis sont maintenant proposés sur Zoom. Ines Benzahou, consultante externe de Tremplin, indique que la prochaine rencontre sera ce mercredi 29 avril à 18h et elle aura comme thématique la résilience.

Ines Benzahou explique: «Le programme Tremplin outille et aide les femmes désireuses d’acquérir leur autonomie financière par l’entrepreneuriat. De plus, il fait parti d’une panoplie de programmes d’Oasis visant à aider les femmes à acquérir une sécurité économique.»

En raison du prolongement de la crise sanitaire, plusieurs se demandent ce qui va arriver avec leur entreprise. «Pendant cette période difficile pour l’entrepreneuriat, Tremplin reste présent pour outiller les femmes, leur donner des ressources et les aider», assure Ines Benzahou.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur