Notre drôle d’amour

Louis-Michel Lemonde, Un amour, roman, Montréal, Éditions Boréal, Collection Liberté grande, 2019, 112 pages, 19,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans le roman Un amour de Louis-Michel Lemonde, le nom du narrateur n’est jamais mentionné. «Un singulier fantasme de prostitution» l’habite depuis longtemps, même s’il avance dans la quarantaine. Il rencontre Jean-Louis, un ouvrier à la retraite et prêt a déboursé quelques dollars pour assouvir sa passion libidineuse.

Louis-Michel Lemonde nous raconte dès lors l’histoire d’un amour fou et glauque, nous révèle le récit furieux d’un coup de foudre, nous plonge dans la quête illusoire d’une jeunesse perdue.

La première drague a lieu dans un bar gai à Montréal, puis tous les samedis, après leurs sorties habituelles, les deux hommes existent «bel et bien intensément l’un pour l’autre durant quelques minutes». Autrement, ils s’appellent les autres soirs vers vingt et une heures.

Mariés malgré eux-mêmes

L’auteur illustre avec doigté comment l’habitude peut «marier» deux êtres malgré eux-mêmes, «pour le meilleur et pour le pire». Peu à peu, les liens se resserrent jusqu’à devenir «une chaîne dont les maillons de complicité amicale, de consolation sexuelle, parfois même de mauvaise entente, nous ont solidement attachés l’un à l’autre».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le quarantenaire finit par cesser d’exiger le peu d’argent offert par Jean-Louis alias Johnny. «Peu à peu, jouant la passion, j’ai fini par m’éprendre de cet homme que je ne trouve ni beau, ni intelligent, ni digne d’admiration, au point de ne plus pouvoir m’en passer.»

Éloge du vécu homosexuel

À force de partager la vie de Jean-Louis, le narrateur (serait-ce l’auteur?) finit par le considérer comme «un être vulnérable, plus humain, donc digne de respect et d’une certaine compassion». Il va aussi finir par l’accompagner jusqu’à son dernier souffle.

À travers cette singulière et miséricordieuse liaison racontée avec brio, on comprend comment un lien plus fort que tout peut parfois unir deux êtres, délivrés de tout souci des apparences ou de toute convention.

C’est plus qu’un éloge du vécu homosexuel, c’est un coup d’encensoir à la quintessence même de la passion amoureuse.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur