Nicolas Paquin raconte la guerre aux jeunes

«Malgré sa devise, le Québec n'observe pas de devoir de mémoire»

Nicolas Paquin

Nicolas Paquin a écrit la trilogie Les Volontaires, aux éditions du Phoenix.


5 décembre 2018 à 13h00

Lorsqu’il avait 18 ans, Nicolas Paquin s’était mis en tête d’écrire un livre sur la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, le nombre d’ouvrages déjà parus l’avait démotivé, il était persuadé que tout avait déjà été dit sur le sujet.

Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard, lorsqu’il rencontre un ancien vétéran, Gilbert Boulanger, qu’il se lance.

La semaine dernière, il est venu présenter sa trilogie jeunesse, Les Volontaires, au Salon du livre de Toronto, qui avait lieu comme chaque début de décembre à la Bibliothèque de référence.

Parler des morts

Gilbert Boulanger était mitrailleur pendant la guerre. «Les chances de survie de ceux qui s’envolaient dans les bombardiers étaient d’une sur trois. Gilbert a réussi à faire 38 missions», explique Nicolas Paquin.

«C’était un homme très modeste. À l’écouter, il ne s’en était sorti que grâce au hasard, n’avait aucun mérite. En revanche, il disait que ses camarades décédés étaient les vrais héros. Les savoirs dans des cimetières et que personne ne parle d’eux le révoltait. J’ai alors décidé de le faire.»

Son premier tome, Sous le feu de l’ennemi, dédicacé à Gilbert Boulanger, parle d’un jeune garçon passionné par l’aviation qui s’enrôle dans l’armée.

Nicolas Paquin
Nicolas Paquin est venu présenter sa trilogie, Les Volontaires, au Salon du Livre de Toronto. Il participait ici à une discussion avec les auteurs Viateur Lefrançois et Martine Biron-Rodriguez.

Prisonnier de guerre

Le suivant, Combattre dans l’ombre, est dédié à Jacques Nadeau. Ce vétéran canadien a survécu au terrible raid de Dieppe du 19 août 1942. Le quart des troupes canadiennes engagées y est décédé. Il a ensuite été fait prisonnier pendant 32 mois par les Allemands.

À partir de leurs échanges, Nicolas Paquin évoque alors le sentiment d’isolement vécu par les prisonniers de guerre. Jacques Nadeau est décoré de la Légion d’honneur française en 2016, et l’auteur en profite pour lui remettre son livre.

«Son absence m’habite»

Pour son troisième tome, Nicolas Paquin a adopté une démarche différente. «J’ai lu les 72 lettres qu’avait écrites Ross Eveleigh Johnson, un jeune homme qui s’est enrôlé dans la guerre, et qui y est décédé à l’âge de 21 ans.» Théâtre de guerre est un hommage à ce jeune soldat parti trop tôt.

«Son absence m’habite», nous confie l’auteur. «Il a été mis de côté par sa famille, sa petite amie. Je refuse qu’il soit oublié une deuxième fois, j’ai décidé de le sortir de l’oubli.»

«La guerre a brisé des gens en pleine adolescence. La meilleure façon de leur rendre hommage est que l’on vive en paix et en liberté aujourd’hui.»

«Je me souviens»

«La devise du Québec est ‘Je me souviens’, pourtant il n’y a pas de devoir de mémoire au Québec», regrette l’auteur. «On ne parle presque pas de ces anciens combattants. C’est lorsque je vais en Normandie que je trouve des gens qui s’impliquent pour faire revivre la mémoire de nos soldats.»

«Je me sens utile à faire cela. Je pense que c’est à ça que sert la littérature jeunesse: faire comprendre aux jeunes que lire c’est échanger.»

Nicolas Paquin a reçu le prix Philippe-Aubert-de-Gaspé en 2017, et a vu son travail être reconnu à Dieppe, Coutances et St-Malo, en France.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur