Nicholas et son Iron Man géant

Une statue de 17 pieds de haut devant la maison des Desjardins à Brampton

Nicholas Desjardins a construit de ses mains un géant Iron Man devant chez lui à Brampton. (Photo: Sandra Dorelas)

Nicholas Desjardins a construit de ses mains un géant Iron Man devant chez lui à Brampton. (Photo: Sandra Dorelas)


30 octobre 2017 à 11h00

Si vous passez dans le secteur de Heart Lake, à Brampton, vous pourriez être surpris d’y voir un monument géant ayant la forme du super-héros Iron Man.

Ça n’est pourtant pas si surprenant pour les résidents du quartier. L’année passée, à pareille date, un énorme dragon bleu était exposé sur le terrain avant de la famille Desjardins.

Secret de polichinelle

C’est samedi, il est à peine 6 heures du matin. Alors que la plupart des gens dorment encore, Nicholas est déjà à l’œuvre et travaille sur son nouveau projet qu’il avait pris soin jusqu’ici de garder caché dans sa cour arrière pour un effet de surprise.

Ce qui pouvait être un secret pour plusieurs, n’en est pourtant pas un pour les personnes qui habitent le secteur.

Sa statue d'Iron Man quelques jours avant l’Halloween. (photo: Sandra Dorelas)
Sa statue d’Iron Man quelques jours avant l’Halloween. (photo: Sandra Dorelas)

Une tradition

Depuis le mois d’août, on pouvait déjà voir des palettes de bois s’accumuler devant la résidence des Desjardins. Chaque année pour l’Halloween, durant ses temps libres, il construit de ses mains une structure en bois plus grande que nature.

Tout a commencé il y a quatre ans, alors que l’homme de 36 ans a décidé de raviver l’esprit des Fêtes dans la communauté. «Au fil des années, en faisant le tour du quartier, je remarquais que personne ne faisait plus grand chose pour les enfants, alors j’ai décidé de fabriquer quelque chose de spéciale», a-t-il confié à L’Express.

Comme dans un casse-tête

Charpentier de métier, Nicholas sait en plus recréer de gigantesques figures sans schéma ni plan. C’est à coups d’essais et d’erreurs qu’il parvient à façonner ses structures.

«J’aime me mettre au défi et voir ce que je suis capable d’accomplir», explique-t-il.

Pour ce faire, l’artisan ramène chez lui autant de palettes de bois qu’il lui est possible de trouver sur son lieu de travail. Ensuite, il défait les planches en plus petits morceaux pour les assembler et former la pièce finale comme dans un casse-tête.

Des enfants viennent admirer l’Iron Man de Nicholas à Brampton. (Photo: Sandra Dorelas)
Des enfants viennent admirer l’Iron Man de Nicholas à Brampton. (Photo: Sandra Dorelas)

 

Un esprit d’appartenance

Nicholas est fier de l’esprit d’appartenance qu’il a apporté à Heart Lake. Dans les environs de l’intersection de Bay Crest et Peterson,  son Iron Man de 17 pieds de haut rassemble les gens. Les automobilistes font un détour exprès pour prendre la photo du personnage.

Sur leur route vers l’école, les élèves prennent un moment pour s’arrêter et admirer le super-héro au costume rouge et or, en plus près d’une dizaine de membres de la communauté ont aidé à transférer la statue de la cour arrière au terrain avant de la maison.

Plus qu’un loisir

C’est pourtant ni pour la gloire ni pour l’argent qu’il le fait. Sa motivation lui vient plutôt du désir d’être un véritable artiste capable de mettre sur pied des œuvres d’art uniques et originales. L’artisan caresse le rêve de devenir un artiste reconnu dans le monde.

«J’aimerais un jour qu’on m’envoie à Times Square, à New York, pour fabriquer une sculpture de façon spontanée.»

Même si plusieurs souhaiteraient voir la création de Nicholas demeurer sur place pendant un temps, d’ici la fin du mois de novembre, il n’y aura plus aucune trace de la structure sur le terrain des Desjardins.

Nicholas Desjardins avait construit pour l’Halloween 2016 un dragon bleu. (photo: Sandra Dorelas)
Nicholas Desjardins avait construit pour l’Halloween 2016 un dragon bleu. (photo: Sandra Dorelas)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Incursion en terre berbère

La vallée de l'Ourika dans les Monts Atlas au Maroc.
Dans la vallée de l’Ourika
En lire plus...

15 janvier 2018 à 10h00

Isabelle Fleury à L’heure de pointe

Isabelle Fleury
De Sudbury à Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h30

Une nouvelle Clinique de psychothérapie francophone

Monique Ryan, Isabelle Bonsaint, Catherine Desjardins.
Trois Torontoises passionnées
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h00

Une nuit de débats sur le sommeil

Un débat dans le cadre de la Nuit des idées à Berlin l'an dernier.
Une initiative française mondiale à l’Université de Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 8h00

Ne pas être Kathleen Wynne: le principal atout de Patrick Brown?

Patrick Brown
Élections en Ontario le 7 juin
En lire plus...

15 janvier 2018 à 7h00

Les Libéraux misent gros sur le salaire minimum

HotBlack Coffee au 245 rue Queen Ouest.
La campagne des élections du 7 juin est commencée
En lire plus...

15 janvier 2018 à 6h00

L’examen théorique de conduite en arménien

permis-de-conduire-g1
21e langue
En lire plus...

15 janvier 2018 à 5h30

Les absents ont toujours tort?

Résultats de recherche d'images pour « empty teacher desk »
Un milliard économisé ici, un milliard encourru là...
En lire plus...

15 janvier 2018 à 5h00

La variété met du piquant dans la vie

Steve Zinger et Rob Bianchin dans leur entrepôt de Blendtek, qui abrite des centaines d’ingrédients, comme de l’huile de tournesol biologique à haute teneur en acide oléique. (Photo: Kinsey Winger)
Protéine de chanvre et de citrouille, farine de céréales anciennes, huile de tournesol, sirop de riz brun...
En lire plus...

15 janvier 2018 à 1h00

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt?

C'est plutôt le nombre d'heures et la qualité du sommeil qui comptent. (Photo: Wattanaphob | Dreamstime)
C'est plutôt le nombre d'heures et la qualité du sommeil qui comptent
En lire plus...

14 janvier 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur