Nicholas et le dragon bleu

Une attraction éphémère devant la maison familiale à Brampton

Nicholas Desjardins de Brampton a construit un énorme dragon de bois. (Photo: Sandra Dorélas)

Nicholas Desjardins de Brampton a construit un énorme dragon de bois. (Photo: Sandra Dorélas)


6 décembre 2016 à 0h24

Certains possèdent un talent pour le dessin, d’autres pour le chant, alors que quelques-uns ont le don de créer des œuvres d’art vraiment uniques. Nicholas Desjardins, un résident de Brampton, est capable de construire des structures de bois, mais pas n’importe lesquelles.

Constructeur de maisons de métier, Nicholas a la capacité de bâtir plusieurs types d’habitation. C’est ce qu’il fait depuis plusieurs années. C’est pour lui une passion. Mais il sait aussi créer des figures plus grandes que nature. Et quand il a une idée en tête, rien ne l’arrête.

En septembre dernier, l’homme de 35 ans a eu la ferme intention de transformer une vision en réalité: construire un dragon. «Je suis un artiste. Je bâtis des maisons depuis un certain temps déjà, alors j’ai fait un plus un et je suis arrivé avec ce projet», a-t-il confié.

Sans croquis ni plan détaillé, ce Franco-Ontarien d’origine s’est mis à l’œuvre. Il a récolté plusieurs dizaines de palettes de bois, pour ensuite les couper en morceaux. Chaque pièce servant à l’assemblage de la bête.

Pendant près de deux mois, beau temps comme mauvais temps, nuit comme jour, pratiquement tout son temps libre, c’est à la construction du mastodonte qu’il l’a consacré. Soixante heures de travail plus tard, tout était prêt.

La créature a attiré toute une foule la journée d’Halloween, autant des gens du coin que d’ailleurs. À un tel point, qu’un voisin, vêtu d’un dossard fluorescent, s’est improvisé agent de la circulation pour permettre aux piétons et aux automobilistes de se promener en toute sécurité.

Pour l’occasion, l’artiste a installé au cœur de l’énorme structure une machine qui laissait s’échapper une fumée de la gueule du reptile. En plus, grâce à des lumières installées aux abords des rues, le dragon brillait de mille feux.

C’est presque devenu une tradition chez la famille Desjardins. Chaque année depuis maintenant trois ans, Nicholas fait l’assemblage d’une énorme œuvre d’art exposée sur le terrain de la maison familiale située à l’intersection des rues Bay Crest et Peterson à Brampton.

«Il est comme ça depuis qu’il a cinq ans», a expliqué George Desjardins, son père. «Quand il a un but, il y met tout son effort et il l’atteint», a renchéri l’homme.

Ce ne sont d’ailleurs pas les idées qui manquent à l’artiste. L’année dernière, il a mis sur pied l’un des personnages fictifs de la série Transformers, un Mégatron, à la grande joie des enfants du secteur.

Mais rien ne dure éternellement. Même si plusieurs souhaitaient voir le dragon de bois demeurer sur place, Nicholas avait d’autres plans. Quelques semaines à peine après sa construction, plus aucune trace du monstre bleue n’était visible devant la maison des Desjardins. «Tout comme l’année passée et celle d’avant, il l’a (son œuvre) construite puis déconstruite. C’est beaucoup de travail, mais c’est surtout pour le plaisir», indique son père.

Nicholas caresse le rêve d’un jour créer un engin qui sera exposé au centre-ville de Brampton ou encore à Toronto. Il dit cependant ne pas avoir de projet immédiat et avoue vouloir prendre une pause bien méritée de ce genre d’activité… en tout cas jusqu’à l’année prochaine.

Le dragon en construction. (Photo: Sandra Dorélas)
Le dragon en construction. (Photo: Sandra Dorélas)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Après les cornes de rhinocéros, les dents d’hippopotames

Un rhinocéros tué dans une réserve naturelle, où il était censé être protégé. (Photo: Brent Stirton_
Le prix de la photo de l'année pour un animal massacré
En lire plus...

23 octobre 2017 à 1h37

La mécanique du racisme sur des rails d’acier

Colson Whitehead, Underground Railroad, roman traduit par Serge Chauvin, Montréal, Éditions Albin Michel, coll. Terres d’Amérique, 2017, 416 pages, 32,95 $.
Parmi les semences de coton se trouvent aussi celles de la violence et de la mort.
En lire plus...

22 octobre 2017 à 8h00

Quiz : Le vin

bacchus
Vin blanc, vin rouge, vin rosé, vin corsé, vin sucré, vin sec… Tout un univers que celui de Bacchus!
En lire plus...

22 octobre 2017 à 7h00

Une minute pour «pitcher» une idée française

Pierre-André Svetchine, de CoWork.io, a remporté le concours de présentations. Derrière lui: les trois membres du jury.
Des «start-ups» technos en tournée à Toronto et Montréal
En lire plus...

20 octobre 2017 à 17h05

Jacques Flamand, poète et bâtisseur, n’est plus

Jacques Flamand
Fondateur des Éditions du Vermillon
En lire plus...

20 octobre 2017 à 15h14

Franc’Open Mic n’est plus à «l’é-trois»

Florian François et Cyril Mignottet soufflent les bougies des 3 ans de Franc'Open Mic.
Troisième anniversaire de la scène franco au Rivoli
En lire plus...

20 octobre 2017 à 10h58

Soutien aux journaux: la ministre tiendra compte du comité parlementaire

La ministre Mélanie Joly à Sudbury lors de la récente annonce du financement fédéral à la nouvelle Place des arts.
Mélanie Joly veut aider les «nouveaux modèles d’affaires» de presse écrite
En lire plus...

20 octobre 2017 à 10h03

#MoiAussi à visage découvert

niqab
Pour des relations civilisées...
En lire plus...

19 octobre 2017 à 15h55

Karina Gauvin revient chanter avec sa première chorale

Karina Gauvin (10e à partir de la gauche) dans Dr. Canon’s Cure, de Derek Holman et Robertson Davies, en 1982.
50e anniversaire de la CCOC
En lire plus...

19 octobre 2017 à 10h22

Harcèlement sexuel: dans le milieu artistique franco-ontarien aussi

Le chanteur et musicien David Poulin. (Photo: Joël Ducharme)
#moiaussi
En lire plus...

18 octobre 2017 à 15h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur