Niagara l’hiver : mystère et boules de glace

Festivals de lumières et de vins


11 décembre 2017 à 12h00

La péninsule du Niagara est complètement différente l’hiver. La morte saison y est synonyme d’émotions fortes.

Le miracle surconsommé de Niagara est virginisé par la neige et la quasi-absence de touristes. L’hiver, Niagara Falls reprend l’aspect naturel et redoutable des chutes telles que vues il y a des siècles par les Premières Nations et les pionniers européens.

La glace s’agrippe

Les chutes et l’hiver forment une grande et créative équipe de sculptures sur glace. Jour et nuit, la rivière Niagara fait un saut de 50 mètres, frappe des rochers et remonte au ciel en millions de gouttes vaporeuses qui se greffent aux œuvres de glace existantes.

Les chutes canadiennes, par leur forme arquée, projettent au centre de la cataracte de puissants jets d’eau qui s’élèvent en puissance et formes des nuages glacés spontanés.

Ce sont toutefois les chutes américaines qui produisent, l’hiver, le spectacle le plus différent et saisissant. Le lit de rochers érodés, qui assombrit l’été le pied des chutes, forme l’hiver un rideau revêtu de neige congelée. Des deux côtés de la frontière, de la glace s’agrippe aux arbres, aux luminaires et à tout ce que la civilisation et la nature ont dressé.

Tout cela est beau mais pas chaud. La température aux abords des chutes semble beaucoup plus froide que celle indiquée par le thermomètre, et ce, à cause de l’humidité et du vent.

Niagara

Points d’observation

Les passerelles des tours Skylon et Minolta sont glaciales, mais elles accordent des vues inoubliables sur la rugissante rivière glacée. Ces tours sont illuminées durant le Winter Festival of Lights qui donne un caractère festif aux chutes en décembre et janvier.

En soirée, des éclairages multicolores donnent un caractère inattendu aux édifices et aux rues principales de Niagara Falls.

Les touristes d’hiver profitent de tarifs hôteliers réduits (beaucoup de chambres proposées à moins de 100 $). Plusieurs attraits kitch sont toutefois fermés – et ma foi c’est tant mieux. Du 22 décembre au 7 janvier, le Laserlight Show Borealis fera briller Niagara plusieurs fois par soirée.

La veillée du jour de l’an sera célébrée en grand, de 20h à 1h du matin, sur une scène en plein air mettant en vedette le groupe québécois Simple Plan et trois autres formations musicales. Mais ensuite, en janvier et surtout en février, les chutes gèleront en beauté et en sérénité.

Une installation du Festival of Lights de Niagara.
Une installation du Festival of Lights de Niagara.

Niagara on the Lake…

… est si populaire l’été qu’on peine à en profiter. L’hiver, le secteur historique redevient calme et il est bien sûr illuminé et festif. Les panoramas sur le lac Ontario sont inoubliables. Par temps clair, on voit Toronto au loin.

Plusieurs vineries de la région demeurent ouvertes l’hiver, alors que la péninsule du Niagara est devenue une région majeure de tourisme viticole.
Le Niagara College de Niagara-on-the-Lake propose toute l’année des visites guidées (tarif 5 $) de sa teaching winery, comprenant une dégustation commentée de trois vins ontariens.

Les vins de glace…

… sont la seconde signature mondiale de Niagara. Du 12 au 28 janvier, la 23e édition du Icewine Festival regroupera pas moins de 35 vineries. Dégustations, accords mets-vins et spectacles seront au menu.

La région du Niagara qui produit le plus de vin, Twenty Valley, organise aussi un festival, le WineFest, du 12 au 14 janvier, dans le village de Jordan. Janvier, c’est aussi le moment de la récolte des raisins gelés dont le jus concentré deviendra du vin de glace; il est parfois possible de participer à ces vendanges glacées.

Par ailleurs, la maison Peller organise une intense icewine experience le 20 janvier, qui comprend notamment une visite des vignes et une dégustation.

Le bar de glace de Peller Estates.
Le bar de glace de Peller Estates.

Hamilton et sa nouvelle gastronomie

Niagara Falls est à deux heures de voiture de Toronto. Entre la métropole et les chutes, Hamilton vit actuellement une renaissance économique.

Certes, l’allure de cette ancienne ville industrielle demeure rude et carrée, mais sa scène gastronomique bouillonnante a attiré l’attention de grands médias.

Ainsi, Hamilton permet à des chefs torontois établis de se réinventer et à de jeunes chefs d’expérimenter sans la pression des coûts d’opération accablants de Toronto.

En outre, la scène artistique et musicale de Hamilton demeure très active et originale. Cette ville mésestimée est à découvrir.

Niagara

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur