Miss Marple en fauteuil roulant

Partagez
Tweetez
Envoyez

La romancière française Brigitte Aubert a remporté le Grand Prix de Littérature policière en 1996 avec La Mort des bois (Seuil), dans lequel elle mettait en scène Élise Andrioli, une enquêtrice tétraplégique, aveugle et muette. Ce personnage hors du commun revient maintenant dans une comédie policière intitulée La Mort au Festival de Cannes.

Membre du jury Jeunes Talents, Élise Andrioli est la narratrice du roman; elle débarque sur la Croisette et ne tarde pas à devenir une Miss Marple en fauteuil roulant aérodynamique, car les morts suspectes se succèdent à un rythme presque aussi effréné que celui des projections. Tant et si bien que l’invitée-surprise au Festival de Cannes est La Mort.

Élise Andrioli ne peut bouger que la main gauche et saluer comme la reine d’Angleterre; elle utilise un ordinateur à synthèse vocale spécial non-voyants et ses yeux sont ceux de sa fidèle dame de compagnie et indispensable bras droit, Yvette… qui profite du Festival pour s’éprendre d’un vieux beau.

Le premier meurtre est celui d’une poétesse italienne, suivi par un vigile polonais, puis une attachée de presse et un jeune réalisateur. Quatre meurtres en quatre jours. «Oui, m’sieurs dames. Le meurtre, la distraction préférée d’Élise Andrioli.»

Comme cette dernière est aveugle mais pas sourde, elle imagine le policier Kevin Isidore comme Bruce Lee avec l’accent de Fernandel. Après quelques rencontres, il devient à la fois Isidore-on-l’adore et Isidore le flic inodore. Tous ces assassinats lui font «bâtir un échafaudage branlant pour que je m’y casse la comprenette».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les Festival dure dix jours, alors vous imaginez un peu la suite… Miss Marple en fauteuil roulant ou en Hercule Poirot de banlieue a toujours des suspects en réserve. «C’est comme ça dans les bons polars. L’auteur sort le suspects de son clavier plus vite qu’un magicien les lapins de son chapeau.»

Pour décrire l’effet Festival, la romancière écrit que la foule s’interpelle dans toutes les langues, «les sonneries des portables jouent une cacophonie dodécaphonique, tout le monde a l’air pressé et stressé».

Un peu plus loin, elle ajoute qu’il y a «trop de nuits blanches, d’écrans noirs et de verres à demi aussitôt vides». Le champagne coule à flot à chaque réception, tant et si bien que Cannes est «le plus grand raout alcoolisé de la planète».

Pour les membres du jury dont Élise fait partie, une journée typique est une enfilade de films, cocktails, vêtements de soirée, potins et… assassinats. Ajoutez à cela «tous ces poseurs et ces raseurs, c’est insupportable, sans parler de l’ambiance morbide qui se cache sous des airs de fête». Ce Festival de Cannes fait voir les stars et paillettes en avant-scène, mais en coulisses, c’est «la lambada macabre».

Brigitte Aubert glisse souvent des réflexions sur le comportement des gens. Elle écrit, par exemple, que «les hommes d’affaires du XXIe siècle sourient en moyenne cent cinquante fois plus que leurs ancêtres maquignons. Ce n’est pas qu’ils soient plus aimables, c’est qu’ils sont plus hypocrites.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ou encore, elle note comment l’imagination a un pouvoir inouï. Elle nous fait pleurer cent fois plus pour des malheurs sur grand écran que pour ceux bien réels du quotidien.

L’auteure écrit que le Festival de Cannes «est bourré d’anglophones bourrés». Son récit, lui, est bourré de mots anglais ou franglais comme blush, gloss et brushing, sponsors, glamour, standing ovation, room service, pipi-room, badgés, surbookés et briefés.

Il y a des expressions anglaises comme shake your mind, very bad time, working girl, escort boy, so seventies, terrific silence, enjoy! Dans une même page elle écrit «très people» et love affair.

Pourquoi dire «travailler en free lance» quand on peut travailler à la pige? Au Canada français, on ne brainstormingue pas, on fait du remue-méninge. On n’est pas trop old school, mais plutôt de la vieille école.

Nonobstant cette manie du fashionable english (comme dirait sans doute Aubert), le roman demeure une comédie policière féroce et hautement divertissante. Le style est résolument léger et l’humour on ne peut plus dévastateur.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur