Mise en lecture de 8 Femmes : pari réussi pour les Indisciplinés de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

Tester une pièce sur le public avant de la jouer est un concept utile pour s’assurer un futur succès. La troupe de théâtre torontoise, les Indisciplinés, a tenté l’exercice, dimanche 3 avril, dans la salle de répétition du théâtre français.

Mettre en scène le film de François Ozon, 8 Femmes, a été une évidence pour la compagnie des Indisciplinés qui comprend beaucoup plus de femmes que d’hommes.

Mais pour être sûre de son choix, la troupe a effectué une mise en lecture, en costumes, de la pièce.

À la fin de cette lecture, le public a été sollicité pour voter si oui ou non la troupe devrait monter entièrement 8 Femmes, et si oui ou non elle devrait faire plus de mise en lecture comme celle-ci.

75 personnes se sont déplacées pour assister à ce rendez-vous un peu spécial. Et le dynamisme de cette lecture a fait mouche puisqu’il y a eu 74 «oui» au vote. De quoi motiver les comédiennes pour nous offrir, en 2012, un très beau spectacle.

Les spectateurs de cette mise en lecture n’ont eu droit qu’à la première moitié de la pièce. Le suspens de ce huis clos féminin qui mêle intrigue et chansons reste donc entier. Très bonne stratégie de la part des Indisciplinés, qui gardent ainsi leur public en haleine. Quelle femme a tué Marcel, le maître de la maison?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Après seulement deux mois de répétitions pour cette mise en lecture, les comédiennes semblent déjà avoir pris une totale possession de leur personnage.

Régine Guyomard, qui joue le personnage très sérieux et pincé de tante Augustine, avoue «il doit y avoir un peu d’Augustine en moi».

Pourtant, Gaëlle Essoo, comédienne des Indisciplinés, explique, «les personnages ne sont pas figés. Il va y avoir des castings pour peut-être redistribuer les rôles».

Barbara-Audrey Bergeron, présidente de la compagnie, nous confie, «je suis inquiète, mais contente. Je pense que la mise en lecture a été un succès, que les gens ont aimé le concept». Et en parlant au public, on se rend compte que c’est le cas.

Alors rendez-vous en 2012 pour savoir qui a tué Marcel.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur