Mireille Messier : achetez un livre franco-ontarien cette semaine!

À l'occasion du Jour des Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes

je lis franco-ontarien
Mireille Messier. Photo : page Facebook de Mireille Messier
Partagez
Tweetez
Envoyez

Auteure et rédactrice jeunesse, Mireille Messier connaît une belle carrière. Ancienne comédienne pour une émission jeunesse de TFO, elle a sorti son premier écrit en 1999. Depuis, elle comptabilise 31 livres à son actif. Quatre nouveaux ouvrages devraient sortir d’ici 2022-2023.

Elle est elle-même une très grande lectrice. Elle pioche parmi plusieurs genres, mais se concentre tout de même sur la littérature jeunesse. « Les livres jeunesse ont beaucoup changé en 20 ans, c’est donc important d’être au courant des nouvelles tendances », explique-t-elle.

« Le 25 septembre, j’achète un livre franco-ontarien »

Elle est à l’origine, en 2015, de la journée le 25 septembre, j’achète un livre franco-ontarien. Cette initiative appelle à acheter au moins un livre franco-ontarien le 25 septembre, Jour officiel des Franco-Ontariens.

Ce serait un geste concret pour manifester un appui à la culture franco-ontarienne, fait-elle valoir en entrevue avec l-express.ca.

je lis franco-ontarien
Affiche de la journée du livre franco-ontarien. Illustration: Marc Keelan-Bishop

« Si on souhaite continuer à avoir des auteurs de chez nous qui publient des histoires locales, il faut aussi acheter leurs livres. C’est devenu d’autant plus crucial pour nous depuis la pandémie ». De plus, il n’existe plus que 6 librairies francophones en Ontario.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cette année, Mireille Messier a même poussé l’idée encore un peu plus loin en proposant un calendrier de l’avent littéraire. Du 1er au 25 septembre, elle publie chaque jour une suggestion d’auteur ou de livre franco-ontarien.

« Je cherche à piquer la curiosité des gens, et mieux les outiller avant le jour J », indique-t-elle.

Les internautes et lecteurs sont aussi invités à publier sur les réseaux sociaux à propos du 25 septembre, avec le mot-clé #jelisfo.

L’album Sergent Billy plusieurs fois lauréat

Également, son album Sergent Billy : la vraie histoire du chevreau devenu soldat, illustré par Kass Reich, est paru au printemps 2020. Il a été finaliste et gagnant de plusieurs prix, dans sa version française ainsi qu’anglaise.

Sergent Billy a remporté la médaille d’or du prix littéraire Rocky Mountain Book Award 2021. Il est lauréat du Prix Mélèze 2021, ainsi que du prix Shining Willow 2020. Enfin, il est finaliste pour le Prix Hackmatack, donc le gagnant sera dévoilé en 2022.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

 

L’album retrace l’histoire vraie d’un chevreau qui fut adopté comme animal mascotte par le 5e Bataillon canadien. Il alla alors jusqu’en Europe, sur le front de la Première Guerre mondiale, où il vécut de nombreuses péripéties. Enfin, il put rentrer sain et sauf, et surtout monter en grade, dans son petit village de la Saskatchewan.

« C’est une très belle histoire qui, je trouve, n’était pas assez connue au Canada », explique l’auteure. « Lorsque j’en ai entendu parler, elle a piqué ma curiosité et j’ai décidé de la partager avec les jeunes ».

L’auteure réalisera prochainement plusieurs ateliers virtuels à propos de l’album Sergent Billy dans les classes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
mireille messier
Couverture de l’album Sergent Billy, en version française.

Le milieu de l’écriture chamboulé par la pandémie

La covid a largement impacté la situation d’auteure de Mireille. « C’était très difficile au début, mais nous (les auteurs) n’avons pas eu d’autre choix que de s’adapter. J’ai par exemple été incapable d’écrire au début de la pandémie, je n’avais plus d’inspiration ».

La production, impression et livraison de livres ont aussi énormément ralenti, reportant la sortie de nombreux albums.

Et le confinement a compliqué la découverte de nouveaux auteurs par le public, déplore Mireille Messier. « Les quelques livres qui se vendaient encore étaient les classiques et les valeurs sûres, pas les romans de petits auteurs locaux ».

Mais l’auteure jeunesse ne perd pas espoir et continue à publier des histoires, bien que la pandémie ne soit pas terminée. Elle souligne aussi que la vente repart doucement, avec beaucoup de nouvelles parutions disponibles chez plusieurs éditeurs récemment.

Ateliers de Mireille Messier auprès des jeunes

Du fait de la pandémie, Mireille Messier a aussi dû adapter les ateliers qu’elle donne habituellement dans les classes. Cela fait plus de quinze ans qu’elle intervient auprès des élèves, de la maternelle à la sixième année.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

« Depuis l’année dernière, je me suis familiarisée avec plusieurs plateformes en ligne, et mes ateliers fonctionnent toujours très bien », explique-t-elle. Elle a notamment dû faire des versions PDF de ses livres pour pouvoir les projeter sur écran.

Cette nouvelle organisation lui a permis d’atteindre de nouveau sa moyenne d’une centaine d’ateliers par année. Lors de ceux-ci, elle évoque notamment le métier d’auteur, et ce qu’elle nomme « la chaîne du livre ».

L’auteure jeunesse Mireille Messier au Salon du livre de Toronto en décembre 2019.

Les présentations virtuelles ont même de nouveaux avantages à ses yeux. « Les enfants me voient directement dans mon milieu de travail et je peux leur montrer tous mes brouillons, livres et illustrations. Il y a une proximité qui s’est créée, les enfants me posent des questions plus pointues ou même me montrent un texte qu’ils ont écrit ! ».

Et elle peut désormais intervenir face à plusieurs classes en même temps, sans avoir besoin de se déplacer. L’auteure a par exemple animé des ateliers pour des écoles du Yukon, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick ainsi que de Colombie-Britannique.

Mireille Messier souligne également l’initiative du programme « Lire en Ontario », qui finance les interventions d’auteurs francophones dans les écoles. « C’est important de permettre à toutes les écoles, même celles avec moins de moyens, d’inviter les auteurs francophones », insiste-t-elle.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur