Marée noire en mer de Chine: un désastre d’un type nouveau

Marée noire (Photo: Dennis Flarsen / Pixabay)


28 janvier 2018 à 13h00

Le naufrage d’un pétrolier iranien en mer de Chine, en plus d’avoir fait 32 morts, provoque depuis le 14 janvier une marée noire, dans des eaux qui, près des côtes chinoises, étaient déjà passablement affectées par des décennies de pollution.

Mais le vrai problème est ailleurs: c’est un déversement aux conséquences imprévisibles, en raison du type de pétrole que transportait le navire.

Le Sanchi transportait en effet 111 300 tonnes métriques de pétrole dit «léger», qu’on appelle un «condensat». Les grandes marées noires du passé, elles, impliquaient un pétrole brut plus lourd (au point où plusieurs hésitent à employer le terme «marée noire»).

À travers les accidents précédents, la science avait appris à connaître la façon dont se répand dans l’eau le pétrole brut — il peut rester au fond de l’océan jusqu’à quatre ans — et son impact dans la chaîne alimentaire, du plancton jusqu’aux dauphins.

Mais avec le pétrole léger, on dispose de très peu d’informations: près de deux semaines plus tard, les scientifiques ne sont toujours pas capables de s’entendre sur la façon dont le pétrole va se répandre, encore moins sur l’impact qu’il aura sur la vie marine. Le 14 janvier, «un type de désastre maritime entièrement nouveau est né», résume un reportage de la revue Nature.

Parmi les zones d’ombres :

– Le condensat ne s’accumule pas en «nappes» visibles à la surface, ce qui le rend difficile à suivre — et à contenir.

– Il ne coule pas, mais brûle, s’évapore ou se dissout, ce qui limite peut-être ses impacts toxiques à long terme, mais les rend imprévisibles à court terme.

– Ce dernier point concerne particulièrement les pêcheurs: la plus grande zone de pêche chinoise se trouve dans cette région.

– L’impact sur l’air du condensat qui a brûlé ou s’est évaporé n’a jamais été étudié à cette échelle.

– Cause supplémentaire de frustration pour les biologistes: la recette exacte du condensat n’a toujours pas été rendue publique — question de propriété intellectuelle, allègue la compagnie.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Objectif: une présence constante des langues officielles sur la place publique

Raymond Theberge CLO
La vision du nouveau CLO Raymond Théberge
En lire plus...

15 février 2018 à 10h00

L’épaulard capable d’apprendre des mots

Épaulard
Épaulards, baleines et dauphins utilisent une variété de sons pour communiquer entre eux
En lire plus...

15 février 2018 à 9h00

Le Roundup aussi cancérigène que l’amiante? On le saurait!

colza_Côte-d'Or_Bourgogne, Roundup, glyphosate
Si cet herbicide était aussi dangereux, on en aurait de meilleures preuves
En lire plus...

15 février 2018 à 7h00

Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...
En lire plus...

14 février 2018 à 16h24

Une chanson anglo-franco pour la Saint Valentin

Pour écrire Paris Amoureux, Mackenzie Kristjon a fait appel à la comédienne Iris Gardet-Hadengue
En lire plus...

14 février 2018 à 10h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur