Marc Nerbonne flirte avec la mort

Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis son atelier montréalais, Marc Nerbonne joue avec les textures et les couleurs de la mort pour composer des tableaux qui redonnent vie aux animaux écrasés, échoués, victimes pour la plupart de l’expansion exponentielle de l’homme vers des territoires jadis réservés à la nature. Pour la première fois, les Torontois peuvent découvrir son travail à la galerie O’Born de la rue Ossington.

De loin, le tableau ressemble à s’y méprendre aux œuvres classiques des peintres hollandais. Mais en se rapprochant, on commence à discerner des plumes, de la chair, de la fourrure.

Le tout intégré numériquement dans une composition visuellement très classique, avec souvent des paysages sombres et bucoliques entourant le sujet.

Depuis plusieurs années, Marc Nerbonne, diplômé en 2003 du programme Arts et Design de l’Université du Québec en Outaouais, collectionne les photos d’animaux morts, qu’ils soient sur le bord de la route, ou échoués le long des rivages. Il s’est constitué une banque d’images, qu’il peut utiliser à sa guise quand vient le temps de composer.

Victimes collatérales

«J’ai tout divisé en catégories. Je sais que pour la texture de la chair, ça me prend des viscères. C’est de l’art abject, mais il y a de la beauté dans la laideur», explique-t-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

S’il est relativement surprenant de tenir une discussion avec quelqu’un à propos de la meilleure période de l’année pour prendre en photo les animaux morts (c’est en hiver, quand ils sont encore gelés…), on comprend rapidement que ce qui intéresse Marc Nerbonne ne se trouve pas dans la mort en elle même, mais dans le message qu’il transmet à travers elle.

«Le titre de l’exposition, Keepers, c’est pour ceux qui absorbent les dommages collatéraux de la civilisation.» Traduction, on est en vie parce qu’on les sacrifie.

«C’est une constatation. Je veux juste amener une réflexion, un questionnement. Mais il y a de plus en plus un éveil, le développement d’une conscientisation chez les gens», poursuit-il.

Technique classique

Techniquement, le travail de Marc Nerbonne mélange le digital à la peinture traditionnelle. Il compose un sujet sur ordinateur, à partir des photos qu’il prend d’animaux morts et une fois cette étape terminée, il imprime le résultat et peint autour pour remettre le sujet en contexte. On se retrouve donc avec des bélugas meurtris, semblant se reposer sur une berge humide, bordés par la pâleur nocturne.

On peut aussi voir un vieil homme, une chemise faite de corbeaux, la moustache de raton laveur, visage de viscère et coiffé de poissons, protéger un enfant aussi laid que lui, devant une crique noircie par la pénombre d’un ciel orageux.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Si la description peut paraître glauque, il n’en est rien quand on se retrouve face au tableau. De loin, on jurerait qu’on regarde un tableau de maître classique.

«L’inspiration vient beaucoup de lectures, comme Umberto Ecco, qui parle beaucoup de la laideur, mais aussi par des peintures. Étape par étape on finit par développer cette démarche. C’est un peu pour ressusciter l’animal, lui rendre hommage», indique Marc Nerbonne.

De fait, les compositions questionnent et on oublie vite de quoi sont faits les personnages. La laideur se mêle aux paysages et le résultat en surprendra plus d’un.

«J’essaie d’amener un côté plus accessible, même si c’est un flirt avec la mort. Souvent les gens ne savent pas à quoi s’attendre. Ils aiment le côté glauque et finissent par se rapprocher du tableau. C’est quand même une réalité que je montre.»

Le passé et le présent

S’il ne se revendique pas activiste, ou artiste engagé, il veut clairement faire passer un message.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quel est le rapport qu’entretient l’homme avec la nature, mais aussi avec la technologie et le monde qui l’entoure. Le fait qu’il mélange une technique digitale pointue à un coup de pinceau classique devient tout à coup très clair.

« Je veux qu’il y ait une harmonie entre la peinture et le sujet fait à l’ordinateur. C’est un peu l’idée de l’avant et d’aujourd’hui. La somme des deux fait le tableau. C’est aussi une étude sociologique de ‘Me, myself and I’. Je veux remettre la mort dans la face des gens. C’est un signal sonore pour se remettre en question.»

Désormais, vous ne regarderez plus l’animal mort sur le bord de la route de la même manière.

De toute façon, si désormais vous le regardez, cela voudra dire que Marc Nerbonne a fait passer son message.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur